Allodynie

Allodynie (grec. Άλλος - autre et grec. Οδύνη - douleur) - douleur liée à l'exposition à des stimuli, qui ne la provoque généralement pas [1]. Les dommages thermiques ou mécaniques entraînent souvent une allodynie sur le site des dommages. L'allodynie doit être distinguée de l'hyperalgésie, c'est-à-dire d'une sensibilité accrue de la douleur aux stimuli, provoquant habituellement une douleur.

Il existe différents types ou types d'allodynie:

  • Allodynie mécanique (aussi appelée allodynie tactile)
    • Allodynie mécanique statique - douleur en réponse à un léger toucher / une légère pression [2]
    • Allodynie mécanique dynamique - douleur en réponse à des coups légers [3]
  • Allodynie de chaleur (chaude ou froide) - douleur provoquée par des températures modérées dans la zone touchée de la peau
  • Allodynie - douleur causée par la mobilité normale des articulations et des muscles.

Raisons

L'allodynie est un signe clinique de nombreuses affections douloureuses, telles que la neuropathie périphérique [4], le syndrome de Sudek, la névralgie post-herpétique, la fibromalgie et la migraine. L'allodynie peut également être causée par certaines populations de cellules souches utilisées pour traiter les lésions nerveuses, notamment les lésions de la moelle épinière. [5]

Rédiger un avis sur l'article "Allodynia"

Les notes

  1. ↑ Merskey Bogduk (Eds.) Classification de la douleur chronique. Seattle: Groupe de travail sur la taxonomie de l'IASP, 1994

3. "Comparaison de l'allodynie mécanique dynamique (brosse) et statique (pression) dans la migraine". Céphalalgie 26 (7): 852–6. doi: 10.1111 / j.1468-2982.2006.01121.x. PMID 16776701.

4. Landerholm, A. (2010). Douleur neuropathique: douleurs somatosensorielles, allodynie mécanique et soulagement de la douleur. Thèse Stockholm: Karolinska Institutet diss.kib.ki.se/2010/978-91-7457-025-0/thesis.pdf

5. CP Hofstetter, Holmström NA, Lilja JA (mars 2005). "L'allodynie limite l'utilité des greffes intraspinales de cellules souches; la différenciation dirigée améliore les résultats". Nature Neuroscience 8 (3): 346–53. doi: 10.1038 / nn1405. PMID 15711542.

Quand on touche la peau de la jambe, c'est douloureux: qu'est-ce que l'allodynie?

Les maladies de la peau sont différentes. Certains semblent actifs, alors que d'autres ne peuvent être déterminés qu'avec une pression, c'est-à-dire une méthode tactique.

Si vous avez mal à la peau aux pieds au toucher, il est fort probable que vous souffriez d'allodynie.

C'est une maladie rare et mal comprise, elle survient n'importe où sur le corps, mais touche le plus souvent les mains et les pieds.

Ce problème implique non seulement des sentiments inconfortables, mais aussi un facteur psychologique. Les personnes qui l’entourent ne voient pas la maladie et en sont souvent sceptiques, ce qui amène des pensées contradictoires à son propriétaire: n’est-ce pas le fruit de mon imagination?

Symptômes de la maladie

Malheureusement, l'allodynie existe et le patient ressent beaucoup d'inconfort.

Les symptômes de la maladie comprennent les facteurs suivants:

  • Douleur, douleur et plus de douleur. Il ne s'agit pas d'un effet de force spécifique sur la peau. Dans ce cas, le contact des ailes de papillon ou la marche d'une mouche le long de la jambe provoque une douleur réelle. Même le vent apporte un malaise. Facteur désagréable, n'est-ce pas? Surtout quand il s'agit de jambes. Le port de collants devient difficile, car la peau fait mal;
  • Sensation de brûlure. Cette sensation accompagne également l'allodynie. Parfois, la cause de ce symptôme est une hyperplasie, une sensibilité excessive de l'épiderme. Cependant, brûler sans raison est un autre avantage dans la direction de l'allodynie;
  • Sentiment d'influence externe. Souvent, les patients se plaignent d'une sensation qui se présente, comme si quelque chose rampait sur ma jambe. Bien sûr, il n'y a pas d'araignées et de serpents, mais voici les sentiments;
  • Augmentation de la température corporelle. Ici, cela vaut la peine d'être attentif. La chaleur provient souvent d'herpès ou de furoncles. Si la température a augmenté en premier, alors c'est en faveur de l'allodynie;
  • Mauvais sommeil, insomnie.

N'importe lequel de ces symptômes est une raison pour demander de l'aide à un médecin. Ne vous laissez pas soigner, ne laissez pas tout au hasard avec l'expression favorite «Peut-être que ça passera tout seul!». Sinon, ce sera pire.

Causes de l'allodynie

Alors, quelle est cette maladie qui provoque une douleur au moindre contact sans raison apparente?

Non, une personne ne devient pas folle, malgré le fait que la cause de la maladie réside souvent dans le cerveau. Mais pas toujours.

Les experts ont identifié plusieurs causes du développement de la maladie dans lesquelles la peau fait mal:

  • Tromperie du cerveau. Dans ce cas, le cerveau réagit de manière incorrecte aux stimuli externes, ce qui donne l'impression que la peau est douloureuse.
  • La migraine Les conséquences de cette maladie incitent souvent le cerveau à mal interpréter le toucher;
  • La méningite L'inflammation du cortex cérébral est une autre raison de contracter l'allodynie;
  • AVC Les hémorragies cérébrales ne passent pas non plus et peuvent causer des problèmes;
  • Blessures à la tête;
  • Blessures à la colonne vertébrale;
  • Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA);
  • Longue exposition aux rayons ultraviolets. Cela peut être le résultat d'une exposition naturelle au soleil, et peut-être d'une visite au solarium afin d'acheter du bronzage artificiel;
  • Fibromyalgie Syndrome de fatigue constante, trouble du sommeil;
  • Le zona C'est le résultat de la varicelle ou du zona;
  • Neuropathie L'hypersensibilité cutanée à la suite d'un béribéri ou d'un diabète sucré;
  • L'hérédité. Dans de rares cas, l'allodynie est héritée.

Il s’agit d’une liste incomplète des causes existantes qui donnent l’impression que votre pied vous fait mal ou vous brûle au toucher. Ne vous fiez donc pas aux facteurs ci-dessus pour définir la maladie. La bonne décision serait de voir un médecin.

Traitement d'allodynie

Le traitement de ce trouble se résume à l’élimination de la douleur qui se produit lors du contact avec la peau des jambes. Si vous examinez attentivement les causes de la maladie, il devient clair que presque toutes sont incurables.

Vous ne pouvez pas vous débarrasser des effets de la méningite ou des blessures à la tête, peu importe combien vous voulez. Il en va de même pour le sida et le diabète. Dans tous les cas, il n’est pas nécessaire de désespérer, le traitement contre l’allodynie rétablira les sensations tactiles des jambes ou réduira le seuil de douleur.

Il convient de rappeler qu’un dermatologue n’est pas le seul médecin avec qui vous devrez parler. Dans ce cas, le problème est plus de nature neurologique, l'allodynie ne peut pas être attribuée à un certain nombre de maladies de la peau. En conséquence, le traitement sera effectué sous la surveillance d'un neuropathologiste, à qui le dermatologue enverra le patient.

Voici donc une liste des médicaments que le patient rencontrera sur le chemin de la guérison.

Les médicaments analgésiques d'action locale. Ceux-ci peuvent être des onguents, des gels et des crèmes contenant des ingrédients soulageant la douleur.

Par exemple:

  • Viprosal. Valable dans 10-15 minutes. La composition de la pommade contient du poison gurzy, de l'huile de camphre et du sapin;
  • Finalglot. Cela inclut des ingrédients synthétiques tels que le niboxil;
  • Apisatron. Il soulage les tensions musculaires, normalise le travail du système circulatoire et a un effet bénéfique sur les terminaisons nerveuses. Comprend le venin d'abeille, le salicylate de méthyle et l'isothiocyanate d'allyle;
  • Myoton. Convient pour les allergies aux additifs synthétiques, ainsi qu'aux adhérents d'ingrédients naturels. Myoton est idéal pour le traitement de l'allodynie, car il est destiné aux peaux particulièrement sensibles.

Rappelez-vous que les auto-pommades et les gels ne peuvent pas être prescrits, cela devrait être fait par un médecin.

En plus des analgésiques, des anticonvulsivants sont prescrits pour soulager les tensions musculaires et rétablir une circulation sanguine normale.

Ce peut être:

Les patients atteints d'allodynie se plaignent souvent d'un sommeil médiocre, car la nuit, la peau fait également mal. Dans ce cas, les sédatifs aideront à normaliser le bon mode de la journée. Utilisé comme produit fini, par exemple, infusion de valériane et d'autres moyens. Le thé de la collection d'herbes apaisantes vous aidera à vous détendre et à vous endormir.

Parmi les médicaments, il faut porter une attention particulière aux médicaments suivants:

  • Novo-passit. Contient des ingrédients à base de plantes: mélisse, houblon, aîné, aubépine, millepertuis, valériane;
  • Persen. A également une origine naturelle. Comprend la mélisse, la menthe et la valériane;
  • Dormiplant Une excellente option pour bien dormir avec allodyni. Se compose de valériane, de mélisse et d'éthanol.

Dans certains cas, un traitement antidépresseur est nécessaire. Ils luttent également contre l'irritabilité et la nervosité. En bref, ils ont mis en ordre le système nerveux dont la défaillance est la cause de la douleur et de la sensation de brûlure au contact de la peau des jambes.

Si la peau vous fait très mal et que vous vous sentez constamment brûlée, le médecin vous prescrira des médicaments contenant des substances narcotiques. N'aie pas peur. De petites doses et un court traitement ne rendront pas un toxicomane malade et ne provoqueront pas de dépendance. En règle générale, plusieurs injections sont prescrites. Après l'arrêt du traitement par les stupéfiants, la douleur réapparaît, mais le patient n'est plus aussi inquiet. Un traitement supplémentaire est effectué de la manière habituelle.

L'allodynie est une maladie qui se traduit par une douleur lorsque vous touchez la peau des jambes ou une autre partie du corps sans raison apparente. Ne supportez pas la douleur, demandez de l'aide à l'hôpital, car la cause de ce problème réside à l'intérieur et a le plus souvent une nature neurologique.

Douleurs de la peau (allodynie) sur le corps humain: comment y faire face

Si vous entrez accidentellement en collision avec une autre personne ou un objet, une douleur insupportable peut survenir, mais dans certains cas, elle peut apparaître même après le toucher habituel de la peau. La sensation de douleur peut se propager à différentes parties de celle-ci, affectant les membres, la tête, l'estomac et d'autres parties du corps.

Une personne en raison d'une telle hypersensibilité de la peau devient irritable, il ne peut pas dormir, parfois il est accompagné d'un état dépressif.

Quelle est la douleur de la peau

Lorsque la peau en réponse à un stimulus réagit avec un message douloureux fort, la maladie a alors un nom bien défini en médecine - l'allodynie. Cela se produit même au contact habituel de la peau avec votre doigt ou au contact du linge de lit ou des vêtements. Chez certains patients, une réponse de la peau a été observée même au moindre souffle du vent.

La douleur peut être constante, une brûlure ou des démangeaisons, elle peut se répandre dans tout le corps. Le plus souvent, les maladies acquises, qui incluent diverses pathologies de la moelle épinière, sont la cause de son apparition.

Types de douleur et localisation

La peau d'allodynie peut être de plusieurs types:

  • sa version statique mécanique est caractérisée par une très forte sensibilité, même si un coton est placé sur le corps humain, il se plaindra de douleur;
  • la douleur tactile ne se manifeste qu'après l'impact directionnel sur la peau;
  • thermique, dans lequel le tissu cutané réagit aux changements de température;
  • dynamique mécanique se manifeste par une réaction à un toucher faible.

La localisation de la douleur peut toucher n'importe quelle partie du corps.

Sur la tête

Les facteurs suivants peuvent influer sur l'apparition de douleurs sur la peau:

  • Stress décalé. Il provoque des réactions complexes dans le corps: une accélération du pouls, une augmentation de la pression.
  • L'hypothermie de la tête provoque une inflammation des vaisseaux sanguins ou l'apparition de spasmes.
  • Pathologie neurologique.
  • Dystonie végétative. Il y a beaucoup de vaisseaux sanguins dans la tête, si la circulation sanguine est perturbée, ils réagissent brusquement, un spasme peut apparaître dans leurs parois, provoquant une douleur.
  • Toute blessure à la tête affecte la peau et la tête réagit par la douleur.
  • Les rhumes.

Les causes externes provoquant des maux de tête sont:

  • à utiliser lorsque vous coiffez des bandages, des pinces ou des épingles fermes pour cheveux;
  • coiffe longue inconfortable;
  • utilisation fréquente de thermodurcissable et de sèche-cheveux;
  • l'avitaminose;
  • la pédiculose;
  • utilisez des bigoudis pour friser les cheveux pendant la nuit.

À pied

Porter des chaussures serrées ou ses modèles avec une chaussure inconfortable peut causer de la douleur même après les avoir enlevées. La sensibilité élevée de la peau des jambes est également affectée par des troubles neurologiques ou des pincements.

À portée de main

La douleur peut survenir après des brûlures, dues non seulement à des agents chimiques, mais également au rayonnement ultraviolet, après un intense coup de soleil, surtout au début des vacances.

Sur le ventre

La douleur peut survenir chez les femmes enceintes lorsque la peau est étirée pendant la période de maturation du fœtus. Ce phénomène est également observé lorsque des vergetures se forment chez une personne, que la peau commence à être douloureuse et à démanger, puis que la déchirure rose translucide du tissu devient visible.

Au dos

La douleur peut survenir en raison d'infections rénales, rachidiennes, virales ou fongiques, de dommages dus aux radiations, d'une polyneuropathie ou d'un antécédent cardiculaire.

Sur le visage

La douleur est un phénomène caractéristique d'irritation des muscles de l'œil ou du nerf facial. Toucher les joues peut être ressenti comme une gêne en cas de vieillissement sous-cutané des boutons, de migraines ou de lésion des os du crâne.

Sur le côté

La première chose qui peut causer de la douleur dans ces endroits est une ecchymose. Les principales causes de douleur peuvent être:

  • maladies des organes internes;
  • problèmes avec le système digestif ou le système urogénital;
  • des dommages ou des maladies des os du sacrum, du bas du dos, du coccyx et sur le fond se développent des déviations de la susceptibilité des ligaments, des articulations et des nerfs.

Sur la fesse

Souvent, le syndrome douloureux apparaît lorsque le nerf sciatique se coince ou que le coccyx est endommagé.

Sur l'épaule

La douleur peut apparaître après le sommeil. Si vous dormez toute la nuit sur l'une des épaules ou lorsque quelqu'un dort dessus, elle se manifeste également par des brûlures et des dommages mécaniques.

Au temple

Le plus souvent, le syndrome de la douleur dans cette zone apparaît lors de migraines ou de maux de tête. Cela provoque souvent:

Au genou

La douleur au genou peut avoir un caractère «réfléchi», c'est-à-dire qu'il existe une sorte de maladie dans le corps, dont l'une des complications est la douleur aux jambes. Par exemple, cela se produit en cas d'arthrose. Toucher le genou peut être accompagné de douleur, même en cas de rupture du ligament, d'inflammation du tendon, de synovite et de bursite.

Sur l'omoplate

Dans certains cas, une attaque de sténocardie s'accompagne d'une douleur à l'abandon de l'omoplate, pouvant être provoquée par une névralgie intercostale et une ostéochondrose de la région cervicale.

Pourquoi l'allodynie peut-elle se produire?

La peau ne peut pas répondre adéquatement aux stimuli, si les fonctions du système nerveux sont altérées ou ont des dysfonctionnements, et s'il est difficile pour le cerveau de percevoir les impulsions qui lui sont envoyées, elles sont déformées sous forme de sensations de douleur accrues. Dans ce corps, la protection tactile fonctionne, par conséquent, elle réagit également aux contacts à peine perceptibles et aux coups violents.

Ces cas peuvent survenir après un AVC ou une lésion cérébrale traumatique, ainsi que dans les maladies suivantes:

  • La migraine Des maux de tête fréquents peuvent provoquer un ternissement de la sensibilité de la peau ou une augmentation de sa sensibilité.
  • Produits chimiques, eau chaude ou appareils ménagers, ainsi que la lumière UV. Dans ce cas, il s'avère non seulement une blessure à la peau, mais également une gêne dans la zone touchée.
  • Le zona, qui se manifeste par l'ingestion du virus de l'herpès, ainsi que les terminaisons nerveuses, sont endommagés dans le corps ainsi que la varicelle, ainsi le contact avec la peau provoque une douleur intense.
  • Réactions allergiques. Ils ne peuvent être exprimés qu'au contact de la literie ou des vêtements sans symptômes associés.
  • Neuropathie Cela peut provoquer des dysfonctionnements de la glande thyroïde, une carence en vitamines, une mauvaise digestion des nutriments par le système digestif et des lésions crâniennes.
  • Les pathologies du cerveau et de la moelle épinière, qui s'accompagnent d'une violation de la fixation et de la perception de l'influx nerveux, peuvent conduire à des manifestations douloureuses, même au toucher le plus faible de la peau.
  • Maladies démyélinisantes liées au système nerveux, dans lesquelles il y a violation de l'intégrité des gaines de myéline, c'est-à-dire des parois des cellules nerveuses.
  • Fibromyalgie Une telle maladie s'accompagne d'une fatigue extrême, une personne ne peut même pas effectuer de simples mouvements et, lorsqu'il touche la peau, il développe une douleur.
  • Infection par le VIH.
  • Surtensions nerveuses et contraintes constantes.
  • Effets thermiques, radiologiques et chimiques sur la peau, ce qui peut réduire considérablement son immunité.

Élimination des symptômes de la douleur

En se référant à un spécialiste, il essaie de trouver la cause de la douleur dans l'une des peaux ci-dessus. Si cela est dû à une maladie chronique ou à une autre maladie, la douleur disparaît d'elle-même après le traitement.

Dans d'autres cas, la douleur de la peau au toucher est éliminée par l'utilisation de massages ou de médicaments spéciaux.

Médicaments

Aidera à soulager la douleur:

  • antidépresseurs: amitriptyline, afobazol, asafen;
  • analgésiques: paracétamol, métamizol;
  • anti-inflammatoires: Diclofénac sodique, ibuprofène et kétoprofène.

Des narcotiques sont prescrits pour des douleurs très vives. Des opérations spéciales sont effectuées, après quoi les terminaisons nerveuses sont bloquées dans les zones où la douleur est perceptible.

Massages

La douleur de la peau sur la tête et le dos aidera à effectuer un massage, il est fait à la fois manuellement et avec des masseurs spéciaux. La peau est lubrifiée aux huiles relaxantes: lavande, camomille et citron.

Si des sensations douloureuses apparaissent sur fond de stress constants et de surtensions nerveuses, aucun moyen ne pourra les éliminer, jusqu'à ce que la raison qui les a provoquées soit éliminée. Dans certains cas, une musique calme et agréable avec une relaxation complète ou une relaxation aide à soulager la douleur.

Pourquoi les racines des cheveux font mal, racontez la vidéo ci-dessous:

Types, manifestations et thérapie de l'allodynie

L'allodynie est un syndrome dans lequel une personne ressent de la douleur en raison de facteurs qui ne causent généralement pas de douleur. Il ne s’agit pas d’une hyperalgésie, dans laquelle une personne est plus sensible aux stimuli normaux, l’allodynie se manifeste dans plusieurs cas, y compris en raison de dommages mécaniques ou thermiques.

Il provoque une douleur insupportable et complique grandement la vie d'une personne.

Il existe plusieurs types d'allodynie:

  • mécanique ou tactile, lorsque la douleur provient du toucher;
  • la statique mécanique résulte de la pression ou du toucher;
  • dynamique lorsque le nettoyage de la peau devient douloureux;
  • thermique, provoque une forte réaction à un objet froid ou chaud.

Ce type d'hypersensibilité peut être une manifestation d'autres maladies, telles que des carences nutritionnelles, des problèmes de système nerveux ou certaines infections virales.

Symptômes et manifestations

Les symptômes de cette pathologie sont très faciles à reconnaître. La douleur peut être localisée ou généralisée. Le symptôme principal est une réaction au stimulus, qui ne provoque généralement pas de douleur. Pour vérifier, vous pouvez prendre une gaze ou un coton et le secouer sur la peau. Vous pouvez également toucher la zone touchée avec votre doigt ou une compresse froide ou chaude. Si l'une de ces actions cause de la douleur, le patient est allodynique.

Elle peut également se manifester par des démangeaisons, des picotements, des brûlures ou le sentiment que quelque chose rampe sur la peau.

Raisons

Un tel syndrome peut causer un grand nombre de causes. Ils peuvent être mineurs (coup de soleil, par exemple) ou graves (maladie complexe).

Parmi les facteurs les plus probables figurent:

  • neuropathie (dommages aux nerfs entraînant une augmentation de la sensibilité. Ils peuvent également être causés par le diabète, des carences en vitamines, des lésions mécaniques ou autres);
  • exposition prolongée au soleil (les brûlures I et II affectent la sensibilité et l’augmentent considérablement);
  • migraines (les personnes atteintes de cette maladie peuvent ressentir une douleur résultant d'une exposition même mineure);
  • le zona (le développement de ce parasite sur la peau provoque une maladie dont l'une des manifestations peut être une sensibilité anormale);
  • les maladies démyélinisantes (conditions médicales qui affectent fortement le système nerveux, causant ses anomalies);
  • des défauts ou des lésions cérébrales (des dysfonctionnements de certains départements peuvent entraîner une mauvaise évaluation des signaux envoyés par les terminaisons nerveuses).

Traitement

Le traitement de cette pathologie dépend principalement de la cause qui a provoqué une telle réaction de l'organisme. Si la maladie sous-jacente est grave, il ne sera pas facile de se débarrasser de l'allodynie.

En cas de manque de vitamines du groupe B et d’autres, le déroulement du traitement peut soulager le patient de sensations désagréables. D'autres facteurs, tels que le zona, peuvent également être guéris sans problèmes majeurs.

Pour réduire la douleur, le médecin peut vous prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des analgésiques, etc.

Dans les cas difficiles, peuvent utiliser des médicaments avec un effet narcotique (tramadol, morphine, alfentanide). Parfois, il peut être efficace d’utiliser des crèmes, de la capsaïcine, etc. Comme les douleurs persistantes tourmentent une personne, elles peuvent prescrire des antidépresseurs et des sédatifs.

Comment traiter l'allodynie à la maison?

Parfois, il est possible d'arrêter la douleur des remèdes populaires. Cela peut être un ajout important à la thérapie traditionnelle.

Parmi les outils les plus éprouvés, citons:

  1. Teinture d'ail. Il est utilisé pour essuyer la peau. L'huile d'ail doit être dissoute dans la vodka, mélanger et laisser reposer un moment. La composition résultante doit essuyer le point sensible.
  2. Infusion d'herbes de sommeil. Il aide également avec les migraines, l'insomnie, les crampes, etc. L'herbe doit être versée avec de l'eau chaude et infusée pendant environ 7 heures, puis filtrée. Vous devez boire un peu avant le coucher.
  3. Infusion sur l'écorce de saule. L'écorce est remplie d'eau bouillante et chauffée à ébullition. Boire 1 c. cuillère 3 fois par jour.
  4. Bains avec une décoction de cônes et de branches de pin. Cônes et branches remplis d'eau chaude et portés à ébullition. Ensuite, vous devez partir pendant 6 heures. Après cela, vous pouvez verser le bouillon dans le bain et nager.

Cependant, avant d'utiliser tout cela, consultez votre médecin afin de déterminer si vous avez une réaction allergique à tel ou tel médicament!

Allodynie c'est quoi

Allodynie (grec. Άλλος - autre et grec. Οδύνη - douleur) - douleur liée à l'exposition à des stimuli, qui ne la provoque généralement pas [1]. Les dommages thermiques ou mécaniques entraînent souvent une allodynie sur le site des dommages. L'allodynie doit être distinguée de l'hyperalgésie, c'est-à-dire d'une sensibilité accrue de la douleur aux stimuli, provoquant habituellement une douleur.

Il existe différents types ou types d'allodynie:

  • Allodynie mécanique (aussi appelée allodynie tactile)
    • Allodynie mécanique statique - douleur en réponse à un léger toucher / une légère pression [2]
    • Allodynie mécanique dynamique - douleur en réponse à des coups légers [3]
  • Allodynie de chaleur (chaude ou froide) - douleur provoquée par des températures modérées dans la zone touchée de la peau
  • Allodynie - douleur causée par la mobilité normale des articulations et des muscles.

L'allodynie est un signe clinique de nombreuses affections douloureuses, telles que la neuropathie périphérique [4], le syndrome de Sudek, la névralgie post-herpétique, la fibromalgie et la migraine. L'allodynie peut également être causée par certaines populations de cellules souches utilisées pour traiter les lésions nerveuses, notamment les lésions de la moelle épinière. [5]

Ecrire un avis sur l'article "Allodynia"

Les notes

  1. ↑ Merskey Bogduk (Eds.) Classification de la douleur chronique. Seattle: Groupe de travail sur la taxonomie de l'IASP, 1994

3. «Comparaison de l'allodynie mécanique dynamique (à la brosse) et statique (à la pression) dans la migraine». Céphalalgie 26 (7): 852–6. doi: 10.1111 / j.1468-2982.2006.01121.x. PMID 16776701.

4. Landerholm, A. (2010). Douleur neuropathique: douleurs somatosensorielles, allodynie mécanique et soulagement de la douleur. Thèse Stockholm: Karolinska Institutet diss.kib.ki.se/2010/978-91-7457-025-0/thesis.pdf

5. CP Hofstetter, Holmström NA, Lilja JA (mars 2005). "L'allodynie limite les greffes cellulaires des greffes intraspinales de cellules souches neurales dirigées par différenciation." Nature Neuroscience 8 (3): 346–53. doi: 10.1038 / nn1405. PMID 15711542.

Types, manifestations et thérapie de l'allodynie

Il provoque une douleur insupportable et complique grandement la vie d'une personne.

Il existe plusieurs types d'allodynie:

  • mécanique ou tactile, lorsque la douleur provient du toucher,
  • statique mécanique, provient de pression ou de contact,
  • dynamique, lorsque le nettoyage de la peau devient douloureux,
  • thermique, provoque une forte réaction à un objet froid ou chaud.

Ce type d'hypersensibilité peut être une manifestation d'autres maladies, telles que des carences nutritionnelles, des problèmes de système nerveux ou certaines infections virales.

Symptômes et manifestations

Les symptômes de cette pathologie sont très faciles à reconnaître. La douleur peut être localisée ou généralisée. Le symptôme principal est une réaction au stimulus, qui ne provoque généralement pas de douleur. Pour vérifier, vous pouvez prendre une gaze ou un coton et le secouer sur la peau. Vous pouvez également toucher la zone touchée avec votre doigt ou une compresse froide ou chaude. Si l'une de ces actions cause de la douleur, le patient est allodynique.

Elle peut également se manifester par des démangeaisons, des picotements, des brûlures ou le sentiment que quelque chose rampe sur la peau.

Un tel syndrome peut causer un grand nombre de causes. Ils peuvent être mineurs (coup de soleil, par exemple) ou graves (maladie complexe).

Parmi les facteurs les plus probables figurent:

  • neuropathie (lésion nerveuse entraînant une augmentation de la sensibilité. Elle peut également être causée par le diabète, des carences en vitamines, des lésions mécaniques ou autres),
  • une exposition prolongée au soleil (les brûlures de degré I et II affectent la sensibilité et l’augmentent considérablement),
  • migraines (les personnes atteintes de cette maladie peuvent ressentir une douleur résultant d'une exposition même mineure),
  • le zona (le développement de ce parasite sur la peau provoque une maladie dont l'une des manifestations peut être une sensibilité anormale),
  • les maladies démyélinisantes (conditions médicales qui affectent fortement le système nerveux, causant ses anomalies),
  • des défauts ou des lésions cérébrales (des dysfonctionnements de certains départements peuvent entraîner une mauvaise évaluation des signaux envoyés par les terminaisons nerveuses).

Le traitement de cette pathologie dépend principalement de la cause qui a provoqué une telle réaction de l'organisme. Si la maladie sous-jacente est grave, il ne sera pas facile de se débarrasser de l'allodynie.

En cas de manque de vitamines du groupe B et d’autres, le déroulement du traitement peut soulager le patient de sensations désagréables. D'autres facteurs, tels que le zona, peuvent également être guéris sans problèmes majeurs.

Pour réduire la douleur, le médecin peut vous prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des analgésiques, etc.

Dans les cas difficiles, peuvent utiliser des médicaments avec un effet narcotique (tramadol, morphine, alfentanide). Parfois, il peut être efficace d’utiliser des crèmes, de la capsaïcine, etc. Comme les douleurs persistantes tourmentent une personne, elles peuvent prescrire des antidépresseurs et des sédatifs.

Parfois, il est possible d'arrêter la douleur des remèdes populaires. Cela peut être un ajout important à la thérapie traditionnelle.

Parmi les outils les plus éprouvés, citons:

  1. Teinture d'ail. Il est utilisé pour essuyer la peau. L'huile d'ail doit être dissoute dans la vodka, mélanger et laisser reposer un moment. La composition résultante doit essuyer le point sensible.
  2. Infusion d'herbes de sommeil. Il aide également avec les migraines, l'insomnie, les crampes, etc. L'herbe doit être versée avec de l'eau chaude et infusée pendant environ 7 heures, puis filtrée. Vous devez boire un peu avant le coucher.
  3. Infusion sur l'écorce de saule. L'écorce est remplie d'eau bouillante et chauffée à ébullition. Boire 1 c. cuillère 3 fois par jour.
  4. Bains avec une décoction de cônes et de branches de pin. Cônes et branches remplis d'eau chaude et portés à ébullition. Ensuite, vous devez partir pendant 6 heures. Après cela, vous pouvez verser le bouillon dans le bain et nager.

Cependant, avant d'utiliser tout cela, consultez votre médecin afin de déterminer si vous avez une réaction allergique à tel ou tel médicament!

Douleur cutanée au toucher: causes et traitement

Certaines personnes ont un problème désagréable et douloureux: sans aucune raison apparente, leur peau commence à se faire mal au moindre contact. De plus, la douleur n'est pas localisée au point de contact et capture de grandes parties du corps: membres supérieurs et inférieurs, abdomen, dos.

Une maladie dans laquelle la peau devient trop sensible, réagit douloureusement même aux stimuli faibles, appelée allodynie.

Cette pathologie est considérée comme un syndrome neuropathique, elle ne permet pas à une personne de mener une vie heureuse et épanouissante. En raison de la douleur constante, une personne devient irritée, souffre d'insomnie, tombe dans la dépression.

Allodynie - quelle est cette pathologie?

Avec la maladie, toute douleur sur une partie du corps peut provoquer n'importe quoi: une légère pression sur la paume de la main, des vêtements serrés, une literie et même des rafales de vent.

La douleur est constante, peut être brûlante, piquer, démanger. Ils couvrent généralement tout le corps, mais dans certaines maladies neurologiques, ils sont localisés sur une zone spécifique de la peau.

Il existe quatre types d'allodynie:

  • Tactile - se produit lorsque vous touchez une intensité quelconque
  • Statique mécanique - apparaît après le contact de la peau avec n’importe quel objet,
  • Dynamique mécanique - est la réponse de la peau à un léger massage ou pétrissage,
  • Thermique - se produit lorsque de fortes fluctuations de la température ambiante.

Les causes de la maladie

L'allodynie n'est pas une pathologie indépendante, c'est un symptôme de diverses maladies et troubles du corps. Provoquer une pathologie cutanée douloureuse dans la plupart des cas, les facteurs suivants.

Très souvent, les causes de l'allodynie sont des maladies neurologiques.

La douleur superficielle chez une personne peut être accompagnée de fièvre. En cas d'allodynie avec fièvre, les pathologies suivantes sont susceptibles de se développer dans le corps.

Si, sans raison apparente, la peau de l’estomac, du dos, des membres inférieurs et supérieurs est douloureuse, vous devez immédiatement consulter un médecin. Il est impossible de traiter cette pathologie par négligence, car elle peut indiquer des anomalies graves dans le corps, nécessitant un traitement prolongé et sérieux.

Traitement du syndrome de douleur neuropathique

Le syndrome de douleur neuropathique est détecté à l'aide de tests de diagnostic spéciaux permettant d'évaluer les symptômes de l'état pathologique et de prescrire le traitement médicamenteux approprié.

  • courants diadynamiques
  • magnétique, laser, lumière, kinésithérapie,
  • massages et exercices thérapeutiques,
  • techniques de relaxation.

L'utilisation de médicaments à base de plantes, basée sur l'utilisation de décoctions de médicaments, de teintures, n'est autorisée que sur consultation d'un neurologue.

L'accès rapide à un médecin, la mise en œuvre stricte de ses rendez-vous, ses recommandations, sont la clé pour obtenir un résultat positif et éliminer le syndrome de douleur neuropathique.

Traiter la douleur de la peau au toucher

Le médecin ne diagnostique facilement que dans un cas: lorsque le patient se présente à la réception avec une douleur cutanée après avoir visité le solarium.

Après un bronzage artificiel, de nombreuses personnes constatent que toucher leur peau leur fait mal. Les raisons d'un tel état déplaisant sont différentes: un degré de rayonnement ultraviolet excessivement élevé, des produits cosmétiques bien choisis pour le bronzage, dépassant le taux de séjour dans la capsule.

La sueur saturée de toxines peut provoquer une inflammation des canaux cutanés. Les terminaisons nerveuses situées dans les couches moyennes de la peau deviennent plus sensibles au cours de la réaction inflammatoire.

Le plus souvent, l'allodynie survient sous l'influence d'infections à streptocoques et à staphylocoques. Le traitement des maladies infectieuses de la peau est généralement effectué par des médicaments externes.

Alors que le médecin découvre la cause de la pathologie, il prescrit au patient des médicaments qui soulagent la douleur et améliorent le bien-être. Les médicaments suivants sont habituellement prescrits:

Il est strictement interdit d'expérimenter les doses et la durée d'utilisation de stupéfiants, sans quoi une dépendance pourrait en résulter.

L'acupuncture, la réflexothérapie, la thermothérapie donnent un effet positif notable.

Le médecin peut recommander au patient une méthode moderne de traitement - l'introduction d'implants électroniques sous la peau.

Ces dispositifs régulent l'intensité de l'influx nerveux, de sorte que la sensibilité de la peau soit normalisée.

Il faut comprendre que l'allodynie est une pathologie complexe et imprévisible, à laquelle les médecins ne peuvent pas toujours faire face. Chez certains patients, malgré les mesures thérapeutiques prises, l’état s’aggrave progressivement. Parfois, le médecin ne peut pas déterminer la cause de la maladie, ses actions conduisent à la santé du patient, ce n’est pas bon, mais nuisible.

Lorsque le fonctionnement de la moelle épinière et du cerveau est altéré, les douleurs cutanées ne peuvent être guéries. Chez le malade, des modifications irréversibles de la psyché se développent progressivement, il commence à réagir de manière inadéquate aux phénomènes les plus courants et aux stimuli inoffensifs.

Quand on touche la peau de la jambe, c'est douloureux: qu'est-ce que l'allodynie?

Les maladies de la peau sont différentes. Certains semblent actifs, alors que d'autres ne peuvent être déterminés qu'avec une pression, c'est-à-dire une méthode tactique.

Si vous avez mal à la peau aux pieds au toucher, il est fort probable que vous souffriez d'allodynie.

C'est une maladie rare et mal comprise, elle survient n'importe où sur le corps, mais touche le plus souvent les mains et les pieds.

Ce problème implique non seulement des sentiments inconfortables, mais aussi un facteur psychologique. Les personnes qui l’entourent ne voient pas la maladie et en sont souvent sceptiques, ce qui amène des pensées contradictoires à son propriétaire: n’est-ce pas le fruit de mon imagination?

Symptômes de la maladie

Malheureusement, l'allodynie existe et le patient ressent beaucoup d'inconfort.

Les symptômes de la maladie comprennent les facteurs suivants:

N'importe lequel de ces symptômes est une raison pour demander de l'aide à un médecin. Ne vous laissez pas soigner, ne laissez pas tout au hasard avec l'expression favorite «Peut-être que ça passera tout seul!». Sinon, ce sera pire.

Causes de l'allodynie

Alors, quelle est cette maladie qui provoque une douleur au moindre contact sans raison apparente?

Non, une personne ne devient pas folle, malgré le fait que la cause de la maladie réside souvent dans le cerveau. Mais pas toujours.

Les experts ont identifié plusieurs causes du développement de la maladie dans lesquelles la peau fait mal:

  • Tromperie du cerveau. Dans ce cas, le cerveau réagit de manière incorrecte aux stimuli externes, ce qui provoque une sensation de douleur à la peau,
  • La migraine Les conséquences de cette maladie incitent souvent le cerveau à mal interpréter le toucher,
  • La méningite L’inflammation du cortex cérébral est une autre raison de contracter une allodynie,
  • AVC Les hémorragies cérébrales ne passent pas non plus et peuvent causer des problèmes,
  • Blessures à la tête
  • Blessures à la colonne vertébrale,
  • Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA)
  • Longue exposition aux rayons ultraviolets. Cela peut être le résultat d'une exposition naturelle au soleil et peut-être d'une visite au solarium afin d'acheter du bronzage artificiel,
  • Fibromyalgie Syndrome de fatigue constante, troubles du sommeil,
  • Le zona C'est le résultat de la varicelle ou du zona,
  • Neuropathie La soi-disant hypersensibilité de la peau, résultant du béribéri ou du diabète sucré,
  • L'hérédité. Dans de rares cas, l'allodynie est héritée.

Il s’agit d’une liste incomplète des causes existantes qui donnent l’impression que votre pied vous fait mal ou vous brûle au toucher. Ne vous fiez donc pas aux facteurs ci-dessus pour définir la maladie. La bonne décision serait de voir un médecin.

Vous ne pouvez pas vous débarrasser des effets de la méningite ou des blessures à la tête, peu importe combien vous voulez. Il en va de même pour le sida et le diabète. Dans tous les cas, il n’est pas nécessaire de désespérer, le traitement contre l’allodynie rétablira les sensations tactiles des jambes ou réduira le seuil de douleur.

Il convient de rappeler qu’un dermatologue n’est pas le seul médecin avec qui vous devrez parler. Dans ce cas, le problème est plus de nature neurologique, l'allodynie ne peut pas être attribuée à un certain nombre de maladies de la peau. En conséquence, le traitement sera effectué sous la surveillance d'un neuropathologiste, à qui le dermatologue enverra le patient.

Voici donc une liste des médicaments que le patient rencontrera sur le chemin de la guérison.

Les médicaments analgésiques d'action locale. Ceux-ci peuvent être des onguents, des gels et des crèmes contenant des ingrédients soulageant la douleur.

Par exemple:

  • Viprosal. Valable dans 10-15 minutes. La composition de la pommade contient du poison gurzy, de l'huile de camphre et du sapin,
  • Finalglot. Ceci inclut des ingrédients synthétiques tels que le niboxil,
  • Apisatron. Il soulage les tensions musculaires, normalise le travail du système circulatoire et a un effet bénéfique sur les terminaisons nerveuses. Comprend le venin d’abeille, le salicylate de méthyle et l’isothiocyanate d’allyle,
  • Myoton. Convient pour les allergies aux additifs synthétiques, ainsi qu'aux adhérents d'ingrédients naturels. Myoton est idéal pour le traitement de l'allodynie, car il est destiné aux peaux particulièrement sensibles.

Rappelez-vous que les auto-pommades et les gels ne peuvent pas être prescrits, cela devrait être fait par un médecin.

En plus des analgésiques, des anticonvulsivants sont prescrits pour soulager les tensions musculaires et rétablir une circulation sanguine normale.

Ce peut être:

Les patients atteints d'allodynie se plaignent souvent d'un sommeil médiocre, car la nuit, la peau fait également mal. Dans ce cas, les sédatifs aideront à normaliser le bon mode de la journée. Utilisé comme produit fini, par exemple, infusion de valériane et d'autres moyens. Le thé de la collection d'herbes apaisantes vous aidera à vous détendre et à vous endormir.

Parmi les médicaments, il faut porter une attention particulière aux médicaments suivants:

  • Novo-passit. Contient des ingrédients à base de plantes: mélisse, houblon, aîné, aubépine, millepertuis, valériane,
  • Persen. A également une origine naturelle. Comprend la mélisse, la menthe et la valériane,
  • Dormiplant Une excellente option pour bien dormir avec allodyni. Se compose de valériane, de mélisse et d'éthanol.

Si la peau vous fait très mal et que vous vous sentez constamment brûlée, le médecin vous prescrira des médicaments contenant des substances narcotiques. N'aie pas peur. De petites doses et un court traitement ne rendront pas un toxicomane malade et ne provoqueront pas de dépendance. En règle générale, plusieurs injections sont prescrites. Après l'arrêt du traitement par les stupéfiants, la douleur réapparaît, mais le patient n'est plus aussi inquiet. Un traitement supplémentaire est effectué de la manière habituelle.

L'allodynie est une maladie qui se traduit par une douleur lorsque vous touchez la peau des jambes ou une autre partie du corps sans raison apparente. Ne supportez pas la douleur, demandez de l'aide à l'hôpital, car la cause de ce problème réside à l'intérieur et a le plus souvent une nature neurologique.

Allodynie c'est quoi

Si une personne a la peau au visage au toucher, ce qui provoque de nombreuses sensations désagréables qui réduisent considérablement le confort de la vie, il s'agit très probablement d'une maladie appelée allodynie. L'émergence et le développement d'une telle maladie ont de nombreuses raisons. Le traitement de la maladie est assez compliqué. La publication traitera des causes de la maladie, de ses variétés, du diagnostic et des méthodes de traitement.

Types de douleur dans la peau du visage

Cette maladie peut être classée comme suit:

  • allodynie de type tactile, tandis que la maladie blesse la peau du visage de le toucher avec les doigts;
  • Allodynie statistique (mécanique) - la douleur survient lorsqu'un coton-tige ou un disque entre en contact avec le visage;
  • effets mécaniques ou dynamiques - la douleur se développe avec des actions telles que le lavage;
  • L'allodynie de type thermique se produit lors de sauts de température, par exemple si une personne entre dans une pièce chaude dès le froid.

Tous les types de maladies provoquent presque les mêmes symptômes. Mais selon la raison de l'apparition des signes de la maladie se manifestent à différents stades de la lésion.

Seule cette maladie est presque impossible à guérir. Par conséquent, nous devons immédiatement consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie. Le groupe à risque comprend les personnes âgées de 20 à 30 ans, bien que des signes de la maladie puissent se développer chez les jeunes de 18 à 19 ans.

Causes de la douleur

Des maux de peau sur le visage peuvent être dus à des facteurs psychologiques dus à une sensibilité excessive de la peau. Le même problème peut provoquer un rayonnement ultraviolet, obtenu pendant les saisons froides lors de la visite du solarium, et en été - sur la plage.

Mais il peut y avoir des problèmes plus graves. Troubles pathologiques possibles dans le fonctionnement du cerveau, en cas de confusion des signaux provenant de divers stimuli. Dans de tels cas, le cerveau comprend généralement une protection contre le toucher tactile, qui se manifeste lorsque vous essayez de toucher la peau du visage. Cette situation se produit généralement après un accident vasculaire cérébral ou de graves lésions au crâne.

La cause de la maladie peut être une neuropathie provoquée par le béribéri, des blessures ou des troubles du système endocrinien.

Provoquer une augmentation de la sensibilité de la peau aux infections virales, processus inflammatoires.

Un état similaire peut apparaître après l'herpès, le zona ou la varicelle (le zona). Même la migraine habituelle peut déclencher le développement de la maladie. Certaines personnes développent la fibromyalgie lorsque ce type de douleur se manifeste dans l’ensemble du corps. Dans ce cas, le patient ressent une fatigue constante.

Il existe un groupe de maladies qui affectent les gaines de myéline qui servent de revêtement du tissu nerveux. Ils peuvent également causer des douleurs cutanées sur le visage de la tête.

Lorsque la moelle épinière ou les cellules nerveuses de la moelle épinière sont endommagées, les patients ressentent une sensibilité accrue de la peau.

Cela peut blesser la peau à cause des crépitements qui se produisent lors de l'exposition à une substance chimique, aux intempéries ou au manque de vitamines diverses.

Sur les joues, le syndrome de la douleur peut survenir chez l'homme en raison de son âge. Les capillaires se rétrécissent avec le temps, provoquant la stagnation du sang et le développement de la douleur.

L'apparition d'une sensibilité élevée de la peau sur un côté du visage peut être déclenchée par une ostéomyélite, des caries, des lésions des os du crâne.

Des phénomènes similaires se produisent lors de l'exposition au SIDA ou à des produits chimiques (radiations).

L'allodynie peut se développer sans certains nutriments, tels que les minéraux.

Divers signes de la maladie

L'allodynie survient souvent soudainement. Le symptôme principal de la maladie est la douleur causée par le toucher du visage. La douleur peut être localisée. Certains patients ont un syndrome douloureux qui se développe sur la surface avant à gauche ou à droite. La douleur elle-même peut être aiguë ou mineure. Dans de nombreux cas, il y a une rougeur de la peau due à l'insuffisance de l'action des récepteurs.

Si la douleur se manifeste d’une part à une température, vous devez d’abord savoir ce qui vient en premier - douleur ou fièvre. Si le processus inflammatoire est causé par une infection, les glandes sudoripares tentent d'éliminer les toxines du corps. Lorsque cela se produit, inflammation des terminaisons nerveuses. Tout ce qui précède conduit au fait que la peau du visage devient rouge dans la partie où l'invasion des microbes s'est produite. Cela se produit généralement lorsque les staphylocoques sont infectés.

Si, au début, le syndrome douloureux localisé sur l’un des côtés du visage s’est développé, puis que la température a augmenté, il s’agit peut-être de l’apparition d’un furoncle ou d’une lésion de l’érysipèle. Avec l'allodynie, une personne développe l'insomnie, la nervosité. Chez de nombreux patients, l'apparition de la maladie provoque une sensation de brûlure sur la peau, des démangeaisons et des fourmillements. Un autre symptôme de la maladie est une sensation de mouvement sous la peau d'un insecte. Certaines personnes se plaignent auprès des médecins, lorsqu'elles sont examinées, que leur visage est en feu, comme si elles avaient été gravement brûlées.

Traitement de la maladie avec divers médicaments

Il est assez difficile pour les médecins de poser le diagnostic correct pour cette maladie. Cela est plus facile si l’on sait que le patient a récemment visité un lit de bronzage, après quoi sa peau a commencé à faire mal. Ensuite, pour éliminer efficacement le problème, les médecins conseillent au patient d’abandonner ses visites au solarium pendant 12 mois.

Le traitement de la maladie est effectué avec divers médicaments locaux. Ils soulagent l'inflammation, éliminent les rougeurs.

S'il est déterminé que la maladie est provoquée par des troubles endocriniens ou des maladies auto-immunes, les médecins doivent alors suivre certains paramètres sanguins, à savoir le taux de sucre chez un patient.

Dans le cas où la douleur de la peau est causée par des blessures ou des maladies antérieures, les médecins tentent de stabiliser la situation en introduisant le patient en rémission ou, si possible, en éliminant la maladie sous-jacente.

Alors que les médecins recherchent les causes de l'allodynie, les patients reçoivent des médicaments qui éliminent la douleur. Pour le soulagement de la douleur, ces médicaments sont utilisés:

  • analgésiques à effets locaux;
  • médicaments pour soulager les crises, ils sont nécessaires pour éliminer la tension sur les muscles et les muscles lisses de divers petits vaisseaux.
  • prescrit un cycle thérapeutique d'anti-inflammatoires non stéroïdiens;
  • des antidépresseurs peuvent être utilisés, ils soulagent les irritations, détendent le patient, éliminent la nervosité;
  • Pour lutter contre l'insomnie, ils utilisent des sédatifs.

Chez certaines personnes, la maladie provoque une douleur telle qu'elle ne peut être arrêtée qu'avec des médicaments. Mais dans certains cas, même cela n’aide en rien, car le syndrome douloureux apparaît de nouveau chez le patient après trois injections du médicament. Dans ce cas, une hospitalisation et un traitement hospitalier sont nécessaires.

Autres traitements pour la maladie

Pour atténuer la position du patient, les médecins peuvent prescrire une thérapie physique. L'utilisation de la chaleur sèche aide certaines personnes. Des méthodes telles que la réflexothérapie et l’acupuncture ont montré une efficacité élevée dans la lutte contre la maladie.

Certains patients vont mieux après une séance de psychothérapie. L'implantation de dispositifs contrôlant le passage des impulsions nerveuses sous la peau est considérée comme la méthode la plus moderne de traitement de la maladie.

Mais au stade actuel de développement, la médecine ne peut pas toujours aider le patient, car pour éliminer cette maladie, les médecins doivent souvent agir presque à l'aveuglette. Dans certains cas, lorsque le patient a atteint une sensibilité cutanée normale, il se détériore par la suite. Les causes de ce phénomène n'ont pas encore été clarifiées. L'utilisation de nombreuses procédures thérapeutiques dans un tel cas peut grandement nuire au patient.

Si quelque chose est perturbé dans l'activité du cerveau, les médecins ne seront pas en mesure d'éliminer la sensibilité accrue de la peau. Toute tentative de traitement dans ce cas entraîne une violation de la perception de l'adéquation par le patient, ce qui augmente sa nervosité et aggrave son état. Cependant, ces violations sont assez rares, l'allodynie ayant principalement des causes moins graves et pouvant être traitée.

Il existe différents types ou types d'allodynie:

  • Allodynie mécanique (aussi appelée allodynie tactile)
    • Allodynie mécanique statique - douleur en réponse à un léger toucher / une légère pression [2]
    • Allodynie mécanique dynamique - douleur en réponse à des coups légers [3]
  • Allodynie de chaleur (chaude ou froide) - douleur provoquée par des températures modérées dans la zone touchée de la peau
  • Allodynie - douleur causée par la mobilité normale des articulations et des muscles.

Raisons

L'allodynie est un signe clinique de nombreuses affections douloureuses, telles que la neuropathie périphérique [4], le syndrome de Sudek, la névralgie post-herpétique, la fibromalgie et la migraine. L'allodynie peut également être causée par certaines populations de cellules souches utilisées pour traiter les lésions nerveuses, notamment les lésions de la moelle épinière. [5]

Les notes

2. "EMLA) sur la douleur spontanée et évoquée dans la névralgie post-herpétique". Douleur 81 (1–2): 203–9. doi: 10.1016 / S0304-3959 (99) 00014-7. PMID 10353509.

3. «Comparaison de l'allodynie mécanique dynamique (à la brosse) et statique (à la pression) dans la migraine». Céphalalgie 26 (7): 852–6. doi: 10.1111 / j.1468-2982.2006.01121.x. PMID 16776701.

Q: Wikipedia: Articles isolés (type: non spécifié)

4. Landerholm, A. (2010). Douleur neuropathique: douleurs somatosensorielles, allodynie mécanique et soulagement de la douleur. Thèse Stockholm: Karolinska Institutet diss.kib.ki.se/2010/978-91-7457-025-0/thesis.pdf

5. CP Hofstetter, Holmström NA, Lilja JA (mars 2005). «L'allodynie limite l'utilité des greffes intraspinales de cellules souches neurales; la différenciation dirigée améliore le résultat. Nature Neuroscience 8 (3): 346–53. doi: 10.1038 / nn1405. PMID 15711542.

Extrait caractérisant l'allodynie

À ce moment-là, il a reçu une lettre de sa femme, qui l'a supplié pour la date, a écrit sur sa tristesse pour lui et sur son désir.
à eux, le priant de lui rendre visite quelques minutes pour discuter d’un sujet très important. Pierre a vu qu'il y avait un complot contre lui, qu'ils voulaient le connecter à sa femme et que cela ne lui déplaisait même pas dans l'état dans lequel il se trouvait. Il s'en fichait: Pierre ne considérait rien dans la vie comme une question d'une grande importance et, sous l'influence de l'angoisse qui le possédait maintenant, il ne valorisait ni sa liberté, ni sa persistance à punir sa femme.
"Personne n'a raison, personne n'est à blâmer, donc elle n'est pas à blâmer", pensa-t-il. - Si Pierre n'a pas tout de suite accepté de prendre contact avec sa femme, c'est parce qu'il était dans l'état d'angoisse dans lequel il se trouvait qu'il était incapable de faire quoi que ce soit. Si sa femme était venue le voir, il ne l'aurait pas chassée maintenant. N'était-ce pas la même chose pour Pierre, vivre ou ne pas vivre avec ma femme?
Sans rien répondre à sa femme ou à sa belle-mère, Pierre se rendit une fois tard dans la soirée sur la route et se rendit à Moscou pour voir Joseph Alekseevich. Voici ce que Pierre a écrit dans son journal.
«Moscou, le 17 novembre.
Maintenant, je viens d'arriver du bienfaiteur et je m'empresse d'écrire tout ce que j'ai vécu en même temps.
Sif Alekseevich vit mal et souffre pour la troisième année de la douloureuse maladie de la vessie. Personne n'a jamais entendu un gémissement de lui, ni les mots d'un murmure. Du matin jusqu'à tard dans la nuit, il travaille la science, à l'exception des heures où il mange le plus simple des aliments. Il m'a reçu gracieusement et m'a mis sur le lit sur lequel il était étendu; Je lui ai fait signe des chevaliers de l’Orient et de Jérusalem, il m’a répondu de la même manière et, avec un doux sourire, il m’a demandé ce que j’avais appris et acquis dans les lodges prussiens et écossais. Je lui racontai tout ce que je pouvais, en transférant les motifs que je proposais dans notre boîte à Saint-Pétersbourg et en rendant compte de la mauvaise réception qui m'était faite et de la discontinuité qui s'était produite entre moi et les frères. Après avoir réfléchi et réfléchi, Iosif Alekseevich m'a fait part de son point de vue sur tout cela. Il m'a éclairé instantanément de tout le passé et de tout le futur sentier qui m'a précédé. Il m'a surpris en me demandant si je me souvenais du triple objectif de l'ordre: 1) garder et apprendre le sacrement; 2) en se purifiant et en se corrigeant pour en percevoir la perception, et 3) en corrigeant la race humaine par la poursuite d'une telle purification. Quel est le but le plus important et premier de ces trois? Bien sûr, propre correction et purification. Ce n'est que dans ce but que nous pouvons toujours lutter, quelles que soient les circonstances. Mais en même temps, cet objectif exige le plus de travail de notre part et, par conséquent, étant confondu avec l’orgueil, nous manquons cet objectif et prenons un sacrement que nous sommes indignes d’accepter à cause de notre impureté ou nous nous engageons à corriger le genre humain lorsque nous le sommes. un exemple de crasse et de débauche. L’illumination n’est pas un pur enseignement, précisément parce qu’elle a été emportée par des activités sociales et pleine de fierté. Sur cette base, Joseph Alekseevich a condamné mon discours et toutes mes activités. Je suis d'accord avec lui dans mon coeur. À l'occasion de notre conversation sur mes affaires familiales, il m'a dit: - Le devoir principal d'un vrai maçon, comme je vous l'ai dit, est de m'améliorer. Mais souvent, nous pensons qu’en nous retirant toutes les difficultés de notre vie, nous atteindrons plutôt cet objectif; au contraire, mon seigneur, m’at-il dit, c’est seulement en pleine agitation laïque que nous pouvons atteindre trois objectifs principaux: 1) la connaissance de soi, puisqu’une personne ne peut se connaître que par comparaison, 2) l’amélioration, seulement par la lutte, et 3) pour atteindre la vertu essentielle - amour de la mort. Seules les vicissitudes de la vie peuvent nous en montrer la vanité et contribuer - notre amour inné de la mort ou de la renaissance à une nouvelle vie. Ces propos sont d'autant plus remarquables que Joseph Alekseevich, malgré ses graves souffrances physiques, ne vit jamais et qu'il aime la mort, à laquelle, malgré toute la pureté et la hauteur de sa personne intérieure, il ne se sent toujours pas suffisamment préparé. Alors le bienfaiteur m'a expliqué tout à fait la signification du grand carré de l'univers et a souligné que le triple et le septième nombre sont la base de tout. Il m'a conseillé de ne pas m'éloigner de la communication avec les frères de Saint-Pétersbourg et, ne prenant que des positions de 2 degrés dans la boîte, d'essayer de distraire les frères de leurs passe-temps de fierté et de les orienter vers le véritable chemin de la connaissance de soi et de l'amélioration. De plus, je me suis tout d'abord personnellement conseillé de garder une trace de moi-même et, dans ce but, je me suis procuré un cahier dans lequel je rédige et continuerai à consigner tous mes actes ».

Département de neurologie, RMAPO, Moscou

La polyneuropathie est une maladie du système nerveux périphérique caractérisée par des lésions diffuses relativement symétriques des fibres nerveuses et se manifestant par des symptômes moteurs, sensoriels et autonomes. La douleur, ainsi que la parésie, l'amyotrophie, la perte de réflexes tendineux, les modifications de la sensibilité, le dysfonctionnement cardiovasculaire et les troubles trophiques font partie des manifestations les plus fréquentes de la polyneuropathie [1]. La douleur est souvent la principale plainte des patients atteints de polyneuropathie et le facteur décisif qui réduit leur qualité de vie. La douleur avec polyneuropathie est un exemple classique de douleur neuropathique qui, contrairement à la douleur la plus fréquente - la douleur nociceptive - n'est pas associée à la stimulation des récepteurs de la douleur transmis dans le système nerveux central, mais à des modifications des propriétés des fibres nerveuses somatosensorielles [2]. La forte intensité et la persistance de la douleur neuropathique, son caractère particulier, souvent douloureux, sa résistance aux méthodes d'anesthésie traditionnelles confèrent à ce problème une pertinence exceptionnelle [2, 6, 7].

Caractéristiques de la douleur dans la polyneuropathie
La nature de la douleur avec la polyneuropathie est différente, mais le plus caractéristique est une sensation constante de brûlure, de démangeaisons, d’ cérébelleux ou de refroidissement, moins souvent il existe un piercing plus aigu, une prise de vue, une coupure, une déchirure, un piercing [1, 3, 6]. La douleur s'accompagne généralement d'un changement de sensibilité et est généralement localisée dans la même zone. Dans la plupart des cas, la douleur commence aux parties les plus distales - la surface plantaire des pieds, qui est expliquée par la lésion avancée des fibres nerveuses les plus longues, puis peut, comme d’autres symptômes de polyneuropathie, se propager dans la direction proximale (c’est-à-dire qu’elle présente un type de distribution polyneuropathique) [6].
La douleur peut être spontanée ou provoquée. L'hyperalgésie et l'allodynie sont causées par la douleur. L'hyperalgésie se caractérise par une sensibilité accrue à la douleur, de sorte qu'une douleur relativement intense peut être induite par une irritation de la douleur relativement faible. L'allodynie se caractérise par la survenue d'une sensation douloureuse accompagnée d'une irritation non douloureuse - contact, pression légère, irritation d'un AVC ou pétrissage (allodynie mécanique), exposition à un faible stimulus thermique, qui normalement ne provoque pas de sensation de douleur (allodynie froide ou thermique), de mouvement.
En raison de l'hyperalgésie et de l'allodynie, la peau devient extrêmement douloureuse. Dans des cas typiques, le patient ne supporte même pas le toucher d'une couverture, et parfois le linge de lit habituel. Au fur et à mesure de la progression et de l'approfondissement de l'hypoesthésie, la douleur peut être remplacée par un engourdissement et la zone douloureuse peut se déplacer dans la direction proximale. Souvent, la douleur est notée au repos et augmente la nuit, perturbant le sommeil. Constante, douloureuse, difficile à traiter, la douleur conduit souvent à une dépression émotionnelle, ce qui augmente la douleur [16].
Dans les polyneuropathies chroniques, dans un nombre significatif de cas, la douleur tend à s’améliorer spontanément sur plusieurs mois, mais elle augmente parfois régulièrement avec d’autres manifestations de la polyneuropathie. La régression de la douleur peut indiquer non seulement le rétablissement des fonctions, mais également la progression du processus pathologique (dans ce dernier cas, la douleur est réduite dans le contexte de l'expansion de la zone de réduction de la sensibilité de surface).
La nature de la douleur dans la polyneuropathie dépend de la gravité du processus, du type et de la taille des fibres touchées. La douleur prononcée se produit plus souvent avec les neuropathies axonales, avec une lésion prédominante de fibres fines [1, 2, 6]. À cet égard, le syndrome douloureux accompagne souvent des violations de la sensibilité à la douleur et à la température, ainsi que des troubles végétatifs-trophiques. Les causes possibles de la polyneuropathie avec douleur intense sont présentées dans le tableau. 1. Dans la pratique clinique, la cause la plus courante de polyneuropathie douloureuse est le diabète sucré (polyneuropathie diabétique) [7, 16].

Pathogenèse de la douleur dans la polyneuropathie
La cause immédiate de la douleur et des phénomènes qui l'accompagnent, tels que l'hyperalgésie, l'allodynie ou la dysesthésie, sont le plus souvent des lésions des fibres Aδ et C [2, 16]. Les phénomènes de perte et d’irritation sont étrangement liés. Les détails de ce processus restent flous, mais il semblerait que la sensibilisation des nocicepteurs et des fibres C associées soit associée à des phénomènes d'inflammation neurogène, d'activité spontanée ectopique de zones partiellement endommagées de fibres nerveuses et de processus axonaux en régénération, efaptic (sans médiateur). a) transfert des impulsions d'un axone à un autre (par exemple entre des fibres somatosensorielles et douloureuses) lors de leur contact. Apparemment, la réorganisation fonctionnelle secondaire des neurones centraux sous l'influence d'une afférentation périphérique améliorée, en particulier d'une sensibilisation centrale au niveau des cornes postérieures de la moelle épinière, semble également être importante. L'un des mécanismes universels de la douleur neuropathique est l'augmentation de l'excitabilité des membranes des fibres nerveuses associée à une expression accrue des canaux sodiques potentiellement dépendants [9].

Principes du traitement de la douleur pour la polyneuropathie
Le traitement de la douleur par une polyneuropathie implique principalement des processus étiologiques et pathogéniques (Tableau 2), ainsi que tous les facteurs pouvant contribuer au développement ou à l'intensification de la douleur. Par exemple, dans la polyneuropathie diabétique, la forme la plus courante de polyneuropathie douloureuse, l'hyperglycémie joue un rôle important dans la pathogenèse de la douleur, ce qui peut réduire le seuil de la douleur et réduire l'effet des analgésiques. Une normalisation de la glycémie peut donc entraîner une diminution significative de la douleur [1, 16].
La douleur neuropathique, contrairement à la douleur nociceptive, est difficile à traiter avec les analgésiques conventionnels et les AINS, mais elle peut être contrôlée à l'aide de plusieurs groupes de médicaments neurotropes qui affectent l'un ou l'autre des mécanismes de la douleur neuropathique. Ceux-ci incluent les antidépresseurs, les anticonvulsivants, les anesthésiques locaux, le tramadol, les analgésiques opioïdes et certains autres moyens [9, 12, 13]. Le mécanisme d'action des médicaments pour le traitement de la douleur neuropathique est présenté dans le tableau. 3
Les antidépresseurs ont un effet modéré sur les douleurs chroniques de toutes origines, mais sont particulièrement importants dans le traitement des douleurs neuropathiques. L'efficacité thérapeutique des antidépresseurs prescrits pour soulager la douleur neuropathique a été démontrée de manière convaincante dans une méta-analyse d'un certain nombre d'études contrôlées par placebo. L'effet antidépresseur des antidépresseurs n'est pas directement lié à leurs effets antidépresseurs, comme en témoigne le fait qu'il se manifeste souvent à des doses beaucoup plus faibles et vient plus rapidement. On pense que l'effet analgésique est associé à une activité accrue des systèmes noradrénergiques et sérotoninergiques qui exercent un effet inhibiteur sur la conduction de l'influx de douleur le long des voies nociceptives dans le SNC [6].
Les antidépresseurs tricycliques ont l'activité analgésique la plus élevée et sont considérés comme les médicaments de choix pour la douleur neuropathique. Des mécanismes supplémentaires de leur action sont le blocage des canaux sodiques et l’antagonisme vis-à-vis des récepteurs NMDA-glutamate qui interviennent dans l’hyperalgésie et l’allodynie [3, 8, 9]. L'amitriptyline la plus largement utilisée. La dose initiale du médicament est de 10 à 12,5 mg la nuit, puis la dose est augmentée progressivement de 10 à 25 mg tous les 7 jours pour obtenir l'effet souhaité (maximum 150 mg / jour). La dose quotidienne est prise une fois la nuit ou broyée en 2-3 doses. Chez certains patients, l'effet analgésique est obtenu lors de la prescription de doses faibles ou moyennes, chez d'autres, uniquement lorsqu'il est utilisé à fortes doses. En cas de dépression concomitante, des doses plus élevées du médicament sont généralement nécessaires. Si l'intolérance à l'amitriptyline est possible, d'autres antidépresseurs tricycliques, tels que l'imipramine ou la clomipramine, peuvent être prescrits. Le traitement à l'essai avec des antidépresseurs devrait durer au moins 6 à 8 semaines, avec la dose maximale tolérée que le patient devrait prendre pendant au moins une à deux semaines.
Bien que l’amitriptyline soit efficace chez environ 70% des patients souffrant de douleur neuropathique, de sédation excessive, d’effet anticholinergique prononcé (bouche sèche, constipation, rétention urinaire, etc.), des effets indésirables sur le système cardiovasculaire en limitent l’utilisation. Il est à noter que chez les patients atteints de fibres végétatives (neuropathie végétative) et d’une insuffisance végétative cliniquement manifeste ou cachée, la sensibilité aux effets indésirables des antidépresseurs tricycliques (sur le système cardiovasculaire, le système urinaire, etc.) est particulièrement élevée. Avant la nomination d'un antidépresseur tricyclique, un ECG préalable est nécessaire, en particulier chez les personnes de plus de 40 ans. L'utilisation d'antidépresseurs tricycliques chez les patients présentant une rétention urinaire, un glaucome à angle fermé, une déficience cognitive, un déséquilibre et des troubles de la marche devrait être limitée.
Avec une faible tolérance aux antidépresseurs tricycliques, il est possible d'utiliser des antidépresseurs tétracycliques (par exemple, maprotilina, 25-100 mg / jour) ou des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (venlafaxine, 150-225 mg / jour, ou duloxétine, 60 mg / jour) [8]. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (citalopram, paroxétine) provoquent moins d'effets secondaires, mais ont un effet analgésique moins net, ce qui peut être dû à l'absence d'effet direct sur la transmission noradrénergique. Ils sont indiqués principalement dans les cas où la douleur est associée à une dépression et que le patient ne tolère pas les autres antidépresseurs [6, 8].
Selon des études contrôlées, les anticonvulsivants réduisent l'intensité de la douleur d'au moins la moitié de la moyenne de plus de 50% des patients atteints de douleur neuropathique. L'efficacité des anticonvulsivants, ainsi que des antidépresseurs, est très variable et il est presque impossible de prédire à l'avance si la douleur s'atténuera chez ce patient en particulier avec un médicament particulier.
Actuellement, des essais cliniques contrôlés chez des patients atteints de polyneuropathie douloureuse ont démontré l'efficacité de deux médicaments: la gabapentine et la prégabaline [8]. La gabapentine est un analogue structurel du GABA, mais son mécanisme d'action est expliqué par l'interaction du médicament avec l'alpha2-delta (α2δ), une sous-unité des canaux calciques potentiellement dépendants. Cela entraîne une diminution de la libération de médiateurs tels que le glutamate et la substance P, ainsi que l'inhibition du passage des impulsions nociceptives au niveau de la moelle épinière. La dose initiale de gabapentine est de 100 à 300 mg par nuit. Ensuite, la dose quotidienne augmente progressivement tous les 3 à 5 jours de 100 à 300 mg, passant ainsi à un triple. La dose efficace moyenne est de 1800 mg / jour (600 mg 3 fois par jour), la dose maximale étant de 3600 mg / jour. Pour titrer la dose, la gabapentine peut prendre de 2 à 8 semaines. Avant de conclure à l’inefficacité du médicament, il faut prendre sa dose maximale tolérée une à deux semaines. En plus de réduire la douleur, le médicament peut contribuer à la normalisation de l'état affectif des patients et au sommeil nocturne, cependant, certains patients peuvent développer une somnolence indésirable. Pour l'éviter, il est recommandé de prescrire la plus grande partie de la dose la nuit. Autres effets indésirables: étourdissements, troubles gastro-intestinaux, œdème périphérique, prise de poids - sont généralement facilement exprimés et nécessitent rarement l’arrêt du médicament. Chez les personnes âgées, ainsi qu'en présence d'un déséquilibre de sensibilité profonde, le médicament doit être utilisé avec prudence, car il peut aggraver le déséquilibre et la marche. La dose de gabapentine doit être limitée en cas d'insuffisance rénale. En général, la gabapentine a un effet analgésique modéré dans les polyneuropathies, mais son innocuité relative en fait le médicament de choix dans les cas où les patients ne peuvent pas prendre d'antidépresseurs tricycliques. La prégabaline, comme la gabapentine, est un ligand de la sous-unité α2δ des canaux calciques. En termes d’efficacité et de sécurité, il correspond à peu près à la gabapentine, mais présente certains avantages pharmacocinétiques qui éliminent la nécessité d’un titrage prolongé et créent les conditions d’un effet plus rapide. Dans des études contrôlées, l’efficacité de la prégabaline dans la polyneuropathie diabétique douloureuse (à une dose de 150 à 600 mg / jour) a été démontrée [6, 8].
L'efficacité des anticonvulsivants bloquant les canaux sodiques dans les polyneuropathies est moins bien comprise. Le représentant le plus important de ce groupe de médicaments - la carbamazépine - est utilisé depuis longtemps dans le traitement de la douleur neuropathique et reste le médicament de premier choix pour la névralgie du trijumeau. La carbamazépine est initialement prescrite à raison de 100 mg deux fois par jour, puis augmentée à 200 mg 3 à 4 fois par jour. La dose maximale est de 1200 mg / jour. Les effets secondaires (vertiges, ataxie, troubles de la vision, nausées, somnolence, maux de tête) sont moins probables avec une augmentation lente de la dose. Il est préférable d'utiliser des préparations à base de carbamazépine à libération prolongée, suffisantes pour pouvoir être prises deux fois par jour. Ils fournissent une concentration plus stable du médicament au cours de la journée, ce qui réduit le risque d'effets secondaires. En cas de manque d'efficacité ou d'intolérance à la carbamazépine, l'oxcarbazépine peut être utilisée (300-1200 mg / jour). Les données sur l'efficacité de la phénytoïne, du topiramate, de la lamotrigine, de l'acide valproïque et du lévétiracétam dans le traitement de la douleur par une polyneuropathie sont contradictoires. Cependant, leur utilisation peut être justifiée dans les cas de résistance [3, 4, 13].
Les anesthésiques locaux, tels que la lidocaïne ou son analogue oral, le meksiletin, et les anticonvulsivants sont des médicaments qui stabilisent les membranes cellulaires. Le mécanisme d'action des médicaments de cette classe est associé au blocage des canaux sodiques dans les fibres nerveuses et à la suppression de la génération spontanée ectopique de leurs impulsions. La lidocaïne est administrée en goutte à goutte à une dose de 5 mg / kg dans 100-200 ml de solution isotonique pendant 40 à 60 minutes sur une période de une à trois semaines. Dans certains cas, une infusion de lidocaïne de courte durée peut entraîner un affaiblissement de la douleur intense de manière surprenante et persistante, mais le risque d'effets secondaires multiples, principalement sur le système cardiovasculaire, limite la valeur pratique de cette méthode. Au cours des dernières années, a mis au point une nouvelle forme posologique de lidocaïne - plaque pour l’administration transdermique du médicament (système thérapeutique transdermique - TTC). Les TTS avec lidocaïne (versatis) sont attachés à la zone de douleur maximale (par exemple, dans la région de la jambe), surtout si elle révèle une hyperalgésie et une allodynie. Le principal avantage de cette forme galénique est l’absence d’effets indésirables liés à l’action systémique de la lidocaïne [5]. De plus, la plaque recouvre la zone de sensibilité modifiée par une stimulation mécanique supplémentaire. En raison de son effet à long terme, le TTS avec la lidocaïne aide souvent à contrôler efficacement la douleur nocturne, qui peut être particulièrement douloureuse pour le patient. Dans une étude contrôlée par placebo chez des patients atteints de polyneuropathie diabétique douloureuse, l'utilisation de TTC avec de la lidocaïne a entraîné une diminution persistante de l'intensité de la douleur de plus d'un tiers et une amélioration significative de la qualité de vie en raison d'une augmentation de l'activité générale, de l'humeur, de la mobilité, de la capacité de travail et du sommeil [5]. À la fin de l'étude, environ le quart des patients ayant eu un effet particulièrement bénéfique avaient réussi à supprimer les autres analgésiques en passant à la monothérapie ou au moins en réduisant de manière significative leur dose. Des résultats similaires ont été obtenus chez des patients atteints de polyneuropathie sensorielle idiopathique [11]. Lorsque vous utilisez TTS avec de la lidocaïne, fixez simultanément une à trois assiettes 12 heures par jour au maximum. Le traitement d'essai devrait durer au moins deux semaines. À la réception de l'effet thérapeutique, les plaques contenant de la lidocaïne peuvent, si nécessaire, être utilisées pendant une longue période sans affaiblir l'effet analgésique.
Le tramadol (tramal) a un effet analgésique basé sur un double mécanisme. En plus d’affecter les récepteurs mu-opioïdes (son affinité pour eux est environ 10 fois plus faible que celle de la codéine), il peut également inhiber la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, ce qui, apparemment, potentialise considérablement l’effet analgésique modéré obtenu. effet opioïde relativement faible. L'effet thérapeutique du tramadol dans la polyneuropathie douloureuse a été prouvé dans au moins deux études contrôlées par placebo [10].
Le traitement commence par une dose de 50 mg par nuit (ou 25 mg 2 fois par jour), après 5-7 jours, la dose est augmentée à 100 mg / jour. Si nécessaire, augmentez la dose à 100 mg 2 à 4 fois par jour. Le traitement d'essai au tramadol devrait durer au moins 4 semaines [9]. L'efficacité peut être maintenue avec une longue réception pendant 6 mois ou plus. Le risque de toxicomanie associé au tramadol est nettement inférieur à celui des autres opioïdes et peut être considéré comme minime. De plus, selon E.H. Adams et al. (2006), lors de l'utilisation du tramadol pendant un an, les signes de toxicomanie ou d'abus ne se sont pas manifestés plus souvent que lors de l'utilisation d'AINS [4]. Néanmoins, il convient de faire preuve de prudence lors de la nomination de tramadol à des personnes sujettes à la toxicomanie. La probabilité d'effets secondaires (étourdissements, nausée, constipation, somnolence, hypotension orthostatique) est moindre avec une titration lente. Avec prudence, tramadol doit être prescrit aux personnes âgées dont la dose du médicament ne doit pas dépasser 300 mg / jour [4, 9].
L'association du tramadol au paracétamol (Zaldiar) réduit la dose de tramadol et donc le risque d'effets secondaires, sans sacrifier l'effet analgésique [14]. Quand une combinaison de ces deux médicaments a un mécanisme d'action différent (le mécanisme de l'effet analgésique du paracétamol peut être associé à un effet inhibiteur sur la synthèse centrale des prostaglandines, probablement due à l'inhibition de la COX-3), un effet synergique se produit. Une analgésie adéquate lors de la prise d'un complexe de médicaments est observée 1,5 à 3 fois plus souvent que lors de l'utilisation de chacun des composés aux doses appropriées. En outre, le paracétamol et le tramadol se caractérisent par un profil pharmacocinétique complémentaire, grâce auquel le médicament commence rapidement à agir - déjà après 15 à 20 minutes (grâce au paracétamol) et conserve longtemps un effet analgésique (dû au tramadol) [14, 15].
En raison du fait que Zaldiar contient une faible dose de tramadol (un comprimé contient 37,5 mg de tramadol et 325 mg de paracétamol), les effets indésirables de son utilisation (en particulier nausées, vomissements et vertiges) se produisent moins fréquemment que l'utilisation du tramadol au minimum recommandé. dose unique (50 mg). De plus, l'expérience en matière de traitement à long terme par Zaldiar est accumulée, en particulier chez les patients souffrant de douleurs neuropathiques, de maux de dos, d'ostéoarthrose, etc. Elle indique une préservation à long terme de l'effet du médicament, aucune tendance au développement de la tolérance et de la toxicomanie. Ainsi, au cours de l'étude ouverte de 23 mois menée chez des patients souffrant de douleurs chroniques au dos, il n'a pas été nécessaire d'augmenter la dose de Zaldiar, ce qui indique un manque de tolérance. Le but du médicament ne nécessite pas de titration à longue dose, le traitement peut être démarré avec une dose de un ou deux comprimés par jour, puis augmenté à 4 comprimés par jour [15].

Utilisation d'autres remèdes contre la douleur neuropathique
Pour renforcer l'effet analgésique, on peut utiliser des agonistes des récepteurs alpha2-adrénergiques (clonidine, tizanidine), des GABAergics (baclofène, clonazépam) et des récepteurs NMDA-glutamate. Avec une douleur plus ou moins localisée, il est conseillé d'utiliser en externe des préparations de capsicum. La capsaïcine qu'ils contiennent, stimulant les récepteurs de la capsaïcine, contribue à la diminution des réserves dans les tissus périphériques de la substance P et d'autres neurotransmetteurs, associés au développement d'une hyperesthésie et d'une douleur brûlante. Il est préférable d'appliquer 0,025 à 0,075% de crème de capsaïcine. Le médicament est appliqué sur la peau 2 à 4 fois par jour pendant 6 semaines au maximum [4, 6, 9].

La séquence d'utilisation des fonds pour le traitement de la douleur neuropathique
À ce jour, le choix d'un médicament pour le traitement de la douleur dans la polyneuropathie ne peut être fondé ni sur sa nature ni sur le mécanisme auquel il est destiné, et doit être effectué de manière empirique en tenant compte de l'efficacité et de la sécurité des médicaments individuels, de la sensibilité individuelle du patient, de son accessibilité et de la présence de maladies concomitantes [ 6, 8]. Par exemple, en cas de maladie cardiovasculaire grave, de glaucome à angle fermé, de troubles du système nerveux autonome, en particulier avec tendance à l'hypotension orthostatique ou à la rétention urinaire, il convient d'éviter l'utilisation d'antidépresseurs tricycliques.
En raison du manque d'études comparatives directes comparant l'efficacité de divers médicaments pour le traitement de la douleur neuropathique, il est habituel de mesurer leur efficacité indirectement - en termes de NNT ("le nombre de patients devant être traités pour obtenir un soulagement de la douleur de 50% chez un patient") [6, 8]. Cet indicateur est calculé sur la base de données de recherche spécifiques: plus il est bas (proche de l’unité), plus l’efficacité moyenne du médicament est élevée. Cet indicateur est complété par un autre indicateur qui évalue l'innocuité du médicament - NNH («nombre de patients à traiter afin d'obtenir un effet indésirable ayant forcé l'annulation du médicament (« préjudice »)». »Plus le NNH est élevé, plus le médicament est sûr. Tableau 4 Ces indicateurs sont présentés par rapport aux actifs immobilisés utilisés dans le traitement de la douleur neuropathique, le bénéfice pratique du médicament étant le plus clairement indiqué par le rapport NNT / NNH, qui est le plus favorable.
Le rapport optimal d’efficacité et de sécurité dans la polyneuropathie douloureuse a été observé dans les antidépresseurs tricycliques, la gabapentine (prégabaline) et le tramadol, qui sont généralement considérés comme des médicaments de première intention chez les patients atteints de polyneuropathie douloureuse [6, 8, 9].
Avec une prévalence limitée de la douleur, une TTC avec de la lidocaïne peut être ajoutée aux médicaments de première intention [6]. Dans tous les cas, chaque médicament prescrit à un patient souffrant de douleur neuropathique devrait avoir la possibilité de «faire ses preuves», ce qui implique qu'il soit prescrit à une dose adéquate (à condition qu'il soit bien toléré) pendant une période suffisamment longue comme décrit ci-dessus pour décrire chaque médicament individuellement [7]. Pour évaluer l'efficacité du traitement du syndrome de la douleur, il est utile d'utiliser une échelle visuelle analogique. En règle générale, l'effet du médicament peut être considéré comme cliniquement significatif si le score obtenu sur cette échelle est réduit d'au moins 50%.

La combinaison de médicaments dans le traitement de la douleur neuropathique
Aucun des médicaments ne donne un effet garanti avec la douleur neuropathique. Par conséquent, bien que le nombre de médicaments pris simultanément par le patient devrait généralement être limité, la douleur neuropathique ne peut être contrôlée de manière adéquate dans la plupart des cas que par une combinaison de deux médicaments ou plus.
Il n’est pas rationnel de prescrire une combinaison de plusieurs médicaments à la fois: il faut d’abord essayer un médicament et s’assurer qu’il n’a qu’un effet partiel sur les doses tolérées par ce patient, il devrait être suivi du suivant, qui a habituellement un mécanisme d’action différent. En pratique clinique, un antidépresseur associé à un anticonvulsivant, un anticonvulsivant associé au tramadol ou au zaldiar est souvent associé. Une combinaison de deux anticonvulsifs agissant sur différents canaux ioniques, tels que la gabapentine et la carbamazépine, est également possible, mais l'association de la carbamazépine et de la lamotrigine n'est pas rationnelle. TTC avec lidocaïne peut être ajouté à n’importe laquelle de ces combinaisons. Il est recommandé d'éviter l'association du tramadol (en particulier de fortes doses) avec des inhibiteurs de la MAO, des inhibiteurs sélectifs de la sérotonine ou du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline, car une telle association peut provoquer le syndrome de la sérotonine. Avec prudence, le tramadol doit être prescrit en association avec des antidépresseurs tricycliques (en raison du risque de syndrome sérotoninergique) [5].
Dans le traitement de la douleur, il est nécessaire de tirer pleinement parti des possibilités offertes par les méthodes de traitement non médicales (psychothérapie, relaxation psychophysiologique, réflexothérapie, balnéothérapie, électronéostimulation percutanée, magnétothérapie et autres procédures physiothérapeutiques). Nous ne devons pas oublier la puissante ressource des effets psychothérapeutiques, ainsi que le fait que de nombreux patients souffrant de douleur neuropathique sont extrêmement sensibles au placebo, dont le potentiel thérapeutique devrait également être utilisé.

Littérature
1. Levin, OS Polyneuropathie. M.: MIA, 2006. 496 p.
2. Strokov IA, Barinov A.N. Clinique, pathogenèse et traitement de la douleur dans la polyneuropathie diabétique // Journal neurologique. 2001. No. 6. P. 47-54.
3. Shtulman D.R., Levin, OS Neurologie Praticien de référence. M: MEDpress-inform, 2005. 944 p.
4. Adams E.H., Brenier S., Cicero T.J. et al. Comparaison de l'abus de tramadol, d'AINS et d'hydrocodone chez les patients souffrant de douleur chronique // J. Pain Symptom Manage, 2006. V. 31 (5). P. 465-476.
5. Barbano R. L., Herrmann D. N., Hart-Gouleau S., et al. Patch à 5% de lidocaïne dans la polyneuropathie diabétique // Arch. Neurol., 2004. V. 61. P. 914-918.
6. Bennet M. (ed). Douleur neuropathique. Oxford University Press, 2006. 176 p.
7. Berger A., ​​Dukes E.M., Oster G. Caractéristiques cliniques et coûts économiques des patients atteints de troubles neuropathiques douloureux // Douleur. 2004. V. 5. P. 143-149.
8. Fennerup N.B., Otto M., McQuay N.J. Algorithme de traitement de la douleur neuropathique // Douleur. 2005. V. 118. P. 289-305.
9. Dworkin R.H. Progrès de la douleur neuropathique // Arch. Neurol. 2003. V. 60. P. 1524-1534.
10. Harati Y., Gooch C., Swenson M. et al. 50: 50. pp. 250-257. Essai randomisé en double aveugle du tramadol pour le traitement de la neuropathie diabétique, Neurology, 1998. V. 50. P. 250-257.
11. Herrmann, D. N., Barbano R. L., Hart-Gouleau, S. et al. Étude par étiquette anid du timbre de lidocaïne 5% dans la polyneuropathie sensorielle idiopathique douloureuse // Pain Medicine, 2005. V. 6. P. 379.
12. Irving G.A. Evaluation et gestion contemporaines de la douleur neuropathique // Neurology, 2005. V. 64 (S.3). S. 21-27.
13. Leo R.J. Considérations relatives au traitement de la douleur neuropathique // Curr. Traitement en neurologie, 2006. V. 8. P. 389-400.
14. Medve R., Wang J., Karim S., comprimés de tramadol et d'acétaminophène pour la douleur dentaire // Anesthesia Progress, 2001. V. 23. P. 34-37.
15. Raffa R.B. Pharmacologie des analgésiques oraux combinés: thérapie rationnelle de la douleur // J. Clin. Pharmac. Thérapeutique, 2001. V. 26. 26. P. 257-264.
16. Vinik A.I., Mehrabyan A. Neuropathies diabétiques // Med Clin North Am., 2004. V. 88. P. 947-999.

Quel est le nom de la maladie?

L'allodynie est la condition dans laquelle une personne ressent de la douleur après avoir touché la peau. C'est un problème désagréable, qui cause beaucoup de désagréments et d'irritations.

Souvent, la douleur de l'enveloppe extérieure tourmente profondément le patient: il ressent une sensation douloureuse exagérée, qui souvent n'est même pas associée à des irritants.

En Savoir Plus Sur Les Convulsions

Examen des meilleurs onguents dans le traitement des éperons de talon

Une crème ou une pommade pour le traitement des éperons doit avoir trois effets thérapeutiques: anesthésier, soulager l'inflammation et les allergies.


Que faire s'il est pénible de marcher sur le coussinet plantaire?

S'il est pénible pour une personne de marcher sur le coussinet plantaire, différents processus ou pathologies peuvent être à l'origine d'une telle manifestation.