Qu'est-ce que l'enthésite et comment le traiter

La douleur dans les articulations est un problème courant qui nuit à la qualité de vie des personnes et nuit au travail. Les causes possibles de la douleur comprennent l'enthésopathie articulaire, une pathologie chronique caractérisée par une inflammation des tendons et des ligaments. Selon les statistiques, la maladie touche près de 70% de la population.

Enthésite - de quoi s'agit-il et comment le traiter? La réponse à cette question se trouve dans notre article.

Qu'est-ce que l'enthésite

L'arthrite articulaire (code CIM 10 (M76)) est une maladie chronique évolutive qu'il ne faut jamais sous-estimer. L'absence de thérapie compétente entraîne de graves conséquences, notamment une invalidité.

Le processus dégénératif commence par la destruction des tendons dans la zone de leur attachement à l'os. Il s'étend en outre aux autres tissus périarticulaires, aux extrémités du cartilage et de l'os articulaire. Les processus pathologiques provoquent le développement de tissu conjonctif grossier avec la formation de zones d'ossification (ossification) dans les tendons, les ligaments et les poches articulaires.

Attention! Avec la progression de la maladie, l'appareil tendon-tendon devient vulnérable, des ruptures partielles du tendon, des ligaments sont observés et un syndrome douloureux permanent se forme.

Causes de

Les facteurs suivants peuvent provoquer la formation d'une enthésite du ligament de la rotule ou d'une autre articulation:

  • microtraumatismes dans les tendons et les ligaments, formés par des mouvements monotones;
  • exercice excessif;
  • maladies articulaires inflammatoires et auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, etc.);
  • ostéochondrose cervicale avec syndrome radiculaire;
  • pathologies squelettiques congénitales;
  • maladies infectieuses et endocriniennes;
  • échec dans le métabolisme.

Le groupe à risque pour la maladie comprend les danseurs, les athlètes, les tourneurs, les plâtriers et autres.

Les symptômes

Les symptômes des processus inflammatoires dans les tissus périarticulaires ressemblent à d'autres maladies des articulations. Les types de symptômes de l'une ou l'autre forme d'enthésite dépendent du type de blessure et du site de localisation.

Par exemple, les symptômes suivants sont caractéristiques de la tendinite d’Achille:

  • douleur dans la région du tendon, qui augmente avec le mouvement;
  • l'apparition de gonflement sous la forme d'un rouleau;
  • rougissement progressif de la peau sur la zone touchée;
  • augmentation de la température locale;
  • échec dans l'activité de travail de l'articulation;
  • sensations douloureuses lors de la palpation de la zone touchée.

En règle générale, la maladie se développe progressivement, ce qui complique la détection rapide des premiers symptômes. Au fur et à mesure de la progression de l'enthésite, d'autres signes peuvent également être ajoutés - ruptures de tendon, instabilité articulaire, etc.

Méthodes de diagnostic

Après avoir traité le patient présentant les symptômes ci-dessus, le médecin procède à un examen physique, qui prend en compte les indicateurs suivants:

  • restriction de mouvement;
  • l'apparition de la peau et la présence de phoques;
  • douleur en ressentant la zone touchée;
  • détection de gonflement et de rougeur de la peau.

Également effectué méthodes d'examen instrumentales:

Méthodes de traitement

Le traitement de l'enthésite est complexe et fait appel à plusieurs techniques médicales. Une attention particulière doit être accordée à la rapidité et à l'exhaustivité de l'effet thérapeutique, dans la mesure où il minimise le risque de manifestation d'effets irréversibles.

Dans la plupart des situations cliniques, le spécialiste prescrit les traitements suivants:

  • des médicaments;
  • physiothérapie;
  • Thérapie d'exercice;
  • intervention chirurgicale;
  • massage et thérapie manuelle.

Des médicaments

Le médecin prescrit des médicaments dans la période aiguë de la maladie pour soulager la douleur et l'inflammation. En outre, les médicaments sont utilisés au stade de la réadaptation.

Il est important de rappeler que seul un spécialiste peut élaborer un schéma thérapeutique efficace, basé sur le tableau général de la maladie et les caractéristiques individuelles du patient.

Médicaments utilisés pour le traitement de l'enthésite:

  • les médicaments anti-inflammatoires et analgésiques (Diclofenac, Ibuprofen, Indomethacin);
  • anesthésiques locaux (Novocain, lidocaïne);
  • médicaments hormonaux (Diprospan, Kenalog);
  • chondroprotecteurs (chondroïtine et sulfate de glucosamine).

La chirurgie

Si le traitement conservateur n'a pas eu l'effet souhaité, le spécialiste décide de l'intervention chirurgicale. En médecine moderne, on utilise des types d'arthroscopie, qui sont plus sûrs et plus efficaces par rapport aux types d'intervention ouverts.

Le type de chirurgie dépend beaucoup de la localisation de la lésion. Par exemple, en cas d'enthésopathie de l'articulation de l'épaule, une réparation peut être nécessaire - rupture forcée de la capsule synoviale. De telles manipulations sont pertinentes pour les déformations cicatricielles prononcées afin d'augmenter l'amplitude de mouvement.

Avec la défaite du genou, les formations anormales sont susceptibles d'être enlevées. De plus, le chirurgien a excisé le tissu dystrophique, puis le coud.

Exercices de gymnastique dans le traitement de l'enthésopathie - une étape importante du traitement. Un ensemble d'exercices est sélectionné individuellement, en fonction de la zone touchée. La gymnastique doit être pratiquée quotidiennement, sans surcharger le corps.

Types d'exercices:

  1. Gymnastique pour la ceinture scapulaire. Position de départ - debout. Alternativement effectuer des balançoires et des mains en rotation. Tout d'abord, nous faisons l'exercice dans le sens des aiguilles d'une montre, puis après. Répétez 10-15 fois pour chaque main dans des directions différentes.
  2. Exercice pour l'articulation du genou. Les exercices les plus simples qui développent une articulation du genou sont des squats. Si l'exercice est difficile, vous pouvez vous appuyer sur une chaise ou une table. Nous commençons les squats à partir de 10 fois, chaque jour nous augmentons de 2 exercices.
  3. Gymnastique pour les articulations de la hanche. Pour effectuer l'exercice, tenez-vous droit et balancez alternativement vos jambes d'avant en arrière. Essayez de ne pas plier la jambe au maximum. Répétez 15-20 fois pour chaque membre.

Attention! Si les exercices vous gênent, arrêtez immédiatement leur mise en œuvre. Avec une charge excessive, le risque de dommages aux articulations est élevé.

Au cours de la thérapie par l'exercice, un massage de la zone touchée est souvent prescrit. Par exemple, lorsque l’articulation de l’épaule est intacte, plusieurs techniques de massage sont effectuées: frotter, caresser et pétrir le devant, le dos et le bas de l’épaule. Pendant la manipulation, le patient doit s’asseoir sur une chaise. Le meilleur de tous, si le massage sera effectué par un professionnel, car la probabilité de nuire au corps est élevée.

Physiothérapie

Les méthodes physiques d’influence sur les structures du tissu conjonctif sont incluses dans le traitement standard. La plupart d'entre eux doivent être utilisés à un stade précoce de la maladie et dans certains cas uniquement après le soulagement de l'inflammation et l'élimination du gonflement.

Types de procédures:

  • électrophorèse;
  • thérapie au laser;
  • traitement des courants UHF;
  • électrostimulation;
  • thérapie par ondes de choc;
  • thérapie magnétique;
  • traitement à la paraffine.

Méthodes de prévention

Pour prévenir le risque de développement d'une enthésopathie, il est nécessaire de prendre un certain nombre de mesures préventives:

  • observez le mode de travail et de repos;
  • manger sainement et équilibré;
  • traiter en temps opportun les maladies des articulations;
  • effectuer des exercices thérapeutiques;
  • Suivre un cours de massage avec le développement des zones à problèmes 2 fois par an.

De plus, il est important d'observer une attitude psycho-émotionnelle positive. À la fin du traitement thérapeutique, il est conseillé de prendre soin des membres inférieurs pour éviter les charges excessives, les sauts, la course et les longs entraînements.

Conclusion

Absolument toutes les maladies des articulations comportent des risques de conséquences dangereuses. Ils ne peuvent être évités qu’avec un traitement rapide chez le médecin et avec un traitement approprié.

Avec la progression de l'enthésopathie articulaire peut entraîner une invalidité complète ou partielle et une invalidité. L'automédication peut également avoir un effet néfaste sur l'évolution de la maladie: ne négligez pas l'aide de spécialistes.

Enthésopathie des grosses articulations - causes et symptômes d'une lésion, assistance médicale

La douleur dans les articulations est un problème très courant qui réduit l'activité physique et la qualité de vie. La cause de la douleur est souvent une enthésopathie des articulations - une maladie chronique, une combinaison d'inflammation et de dégénérescence dans la zone de fixation des tendons, des ligaments, des poches articulaires aux os. Trouvé dans 70% de la population. Les grosses articulations sont particulièrement touchées et supportent une charge maximale. Par conséquent, le plus souvent, les enthésopathies se développent dans les articulations du genou, de l'épaule et de la hanche.

Enthésopathie des grosses articulations

Qu'est-ce que l'enthésopathie articulaire - comment se développe la pathologie?

Enthésopathie des articulations est une maladie progressive, il faut le prendre au sérieux. L'absence de traitement en temps opportun peut entraîner une baisse des performances et même une invalidité.

Dans les exacerbations aiguës, une inflammation avec un syndrome douloureux prononcé (périarthrite) apparaît pendant la rémission, les signes de dégénérescence des structures périarticulaires (périarthrose) prédominent pendant la période de rémission.

Pathogenèse

Le processus commence par la destruction des tendons dans la zone de leur attachement à l'os. Il se propage ensuite vers d'autres tissus périarticulaires, le cartilage et les articulations des os. L'inflammation chronique provoque la formation de tissu conjonctif grossier avec l'apparition de sites d'ossification (ossification) dans les tendons, les ligaments, les poches articulaires. Cela conduit à la vulnérabilité de l'appareil ligamento-tendineux, à l'apparition de ruptures partielles des tendons, de ligaments et d'un syndrome douloureux chronique.

Causes de la maladie

Les principaux facteurs à l'origine de l'apparition de la maladie sont les suivants:

  • microtraumatismes dans les tendons et les ligaments lors de mouvements stéréotypés monotones;
  • surcharge physique prolongée;
  • maladies inflammatoires et auto-immunes des articulations (polyarthrite rhumatoïde, psoriasis, spondylarthrite ankylosante);
  • ostéochondrose cervicale avec syndromes radiculaires;
  • anomalies congénitales du squelette;
  • maladies infectieuses et endocriniennes;
  • troubles métaboliques (goutte, ostéoporose).

Les danseurs, les sportifs, les peintres, les polisseurs, les ajusteurs et les plâtriers sont plus sujets à la pathologie.

Classifications enthéopathie

  • anatomiquement (genou, hanche, épaule, talon, etc.);
  • sur le mécanisme de développement (dégénératif primaire, inflammatoire primaire).

Comment cela se manifeste-t-il?

La maladie se développe progressivement et les lésions des tissus traumatiques sont toujours au cœur.

  • douleurs dans les articulations, aggravées par les mouvements;
  • raideur articulaire, amplitude de mouvement limitée;
  • mauvaise santé, faiblesse grave, diminution du tonus émotionnel et invalidité dans les cas négligés.

Le plus souvent, le processus est à sens unique, mais lorsqu'il s'agit d'une visite tardive chez le médecin, un autre membre commence à s'embêter. Cela est dû à sa surcharge chronique due à une diminution de l'activité des muscles du côté malade.

La maladie se caractérise par une résistance au traitement et des rechutes fréquentes.

  • syndrome de douleur chronique;
  • atrophie musculaire;
  • contracture;
  • ruptures de tendons, ligaments, poches articulaires;
  • déformation de la zone touchée;
  • périostite.

Caractéristiques de l'enthésopathie du genou

Cette pathologie est la plus courante, en particulier chez les femmes âgées en surpoids. L'haltérophilie, le jogging, les sauts longs y mènent souvent.

L'articulation du genou est différente:

  • appareil développé pour les ligaments et les tendons;
  • éprouver une charge constante;
  • soumis à l'hypothermie et des blessures;
  • les membres inférieurs souffrent souvent de troubles circulatoires dus aux varices et à l'athérosclérose des vaisseaux.

La cavité de la poche articulaire du genou est remplie de liquide synovial, ce qui facilite le glissement des surfaces articulaires les unes par rapport aux autres. Pour qu’elle soit développée en quantité suffisante, une activité physique est nécessaire, une charge motrice sur les membres inférieurs.

Les tendons des muscles qui convergent dans la région de la fosse poplitée, plus près de sa face interne, souffrent. Caractérisé par une douleur accrue au genou lors de la montée des escaliers et au début du mouvement. Les mouvements actifs et passifs, y compris la flexion, l'extension, les virages, sont douloureux. Il y a une douleur à la palpation du genou, une fosse poplitée.

Enthésopathie de l'épaule

Développe avec la défaite des tendons du biceps. Lorsque vous effectuez des mouvements de rotation, il se produit une douleur qui s'étend sur la surface avant de l'épaule. Il devient difficile de lever la main au-dessus de votre tête ou de la prendre sur le côté. Des douleurs nocturnes douloureuses apparaissent, une personne ne peut pas s'allonger sur le côté d'une épaule douloureuse.

Enthésopathie de l'épaule

La pathologie est fréquente chez les lanceurs principaux, les gymnastes sportifs, les tireurs au tir à l'arc.

Enthésopathie de la hanche

Un autre nom pour cette lésion est la trochanterite. La maladie survient lorsque les tendons du groupe externe des muscles de la cuisse sont endommagés. Par conséquent, le patient ne peut pas dormir du côté douloureux, il est perturbé par des douleurs nocturnes à l'extérieur de la cuisse (ligne de stries), il est douloureux de s'asseoir les jambes croisées. Souvent des sprinters, des joueurs de football.

Diagnostics

Un diagnostic précis vous permet de faire une inspection par un spécialiste, ainsi que les résultats d'un examen instrumental.

  • limiter la quantité de mouvement;
  • la peau dans la région de l'articulation est chaude au toucher, le tendon du muscle enflammé est compacté;
  • la palpation de la zone touchée est douloureuse au niveau du site de fixation du muscle ou du ligament affecté;
  • parfois, il peut y avoir un gonflement, une rougeur de la peau.

Le médecin ordonne l'examen:

  • Rayons X, IRM (calcification des tendons musculaires, des ligaments, des calcines dans des poches synoviales, ostéoporose locale, processus osseux érosif);
  • ostéoscintigraphie;
  • Échographie.
Uzi

Enthésopathie articulaire - méthodes de traitement modernes

La thérapie doit être complète, individuelle, longue. L'essentiel est de traiter la maladie qui a conduit à la pathologie.

Thérapie conservatrice

Pour le patient, un mode de surveillance est important, à l'exception des surcharges et de l'hypothermie. Le médecin prescrit les médicaments suivants:

  • traitement anti-inflammatoire (AINS, hormones corticostéroïdes), y compris sous forme de pommades, de gels, de blocages intra-articulaires;
  • analgésiques;
  • les vasodilatateurs;
  • chondroprotektoy;
  • Vitamines B;
  • immunomodulateurs.
  • électrophorèse avec des glucocorticoïdes, des analgésiques;
  • thérapie magnétique;
  • traitement thermique (paraffine, boue);
  • échographie;
  • thérapie au laser;
  • thérapie par ondes de choc (pour soulager l'inflammation et la douleur).
Thérapie par ondes de choc

Massage efficace avec des éléments de thérapie manuelle et le développement de l'articulation touchée, thérapie par l'exercice. Méthodes largement utilisées de réflexologie.

Traitement chirurgical

En raison de l'inefficacité d'un traitement conservateur persistant, une intervention chirurgicale est nécessaire.

La chirurgie arthroscopique est réalisée avec parcimonie. Parfois, à cause de la limitation prononcée de l'amplitude de mouvement, les chirurgiens doivent casser le sac périarticulaire. Cela aide à augmenter l'activité motrice.

Prévention

Toutes les personnes à risque de développer une enthésopathie présentent un certain nombre de mesures préventives:

  • horaire de travail et de repos;
  • alimentation équilibrée;
  • traitement rapide des maladies des articulations;
  • exercices thérapeutiques mettant l'accent sur les structures articulaires les plus chargées;
  • massage avec le développement des zones à problèmes 2 fois par an;
  • rythme correct des mouvements;

En outre, l'attitude psycho-émotionnelle positive et la résistance au stress sont importantes.

Après la fin du traitement, il est conseillé de prendre soin des pieds, d’éviter les surcharges et les blessures, les sauts, la course, les longues marches.

Pour la santé des articulations, une activité physique est nécessaire. Mais en cas de douleur, de difficultés de mouvements, en particulier parmi les athlètes professionnels, les danseurs, les personnes travaillant dans des spécialités, il est recommandé de consulter un médecin de toute urgence. L’enthésopathie aux articulations du genou, de l’épaule et de la hanche peut entraîner une incapacité et une invalidité. L'autotraitement est dangereux par la progression du processus, le développement de complications. Nous devons être attentifs à notre santé et être examinés par des spécialistes à temps.

Symptômes et traitement de l'enthésite plantaire

L'enthésite plantaire est une maladie causée par des transformations inflammatoires et dégénératives au niveau du site de fixation du fascia plantaire au calcanéum. Ce type d'enthésite fait partie du processus inflammatoire global du fascia plantaire.

Étiologie

L'aponévrose plantaire ou aponévrose plantaire est une formation de tissu conjonctif qui s'attache aux os du calcanéum et de la phalange. Sa fonction principale est la formation et le maintien de la voûte plantaire longitudinale. En position debout, une personne pèse la moitié de son poids sur l'aponévrose plantaire. Une activité physique accrue peut provoquer des microtraumatismes dans l'attachement local au tubercule calcanéen (enthésis).

Souvent, pendant l'état horizontal (pendant le sommeil), les blessures sont résolues d'elles-mêmes. Cependant, sous l'action répétée du facteur causatif, le fascia est à nouveau déchiré ou détaché du site de l'attachement. Il en résulte une fasciite plantaire ou une enthésite plantaire. Un facteur causal sera un microtraumatisme à long terme de l'aponévrose, entraînant une inflammation des tissus aseptiques et un syndrome douloureux.

Cette pathologie affecte souvent les femmes qui ont atteint l'âge de quarante ans. Les facteurs provocateurs peuvent être appelés:

  • surpoids;
  • exercice prolongé avec une charge préférentielle sur le talon ou le tendon d'Achille;
  • pied plat ou arc gonflé;
  • rentrer le pied en marchant;
  • porter des chaussures inconfortables;
  • maladies du système musculo-squelettique;
  • blessure;
  • la goutte.

Avec l'enthésite plantaire chronique, avec le temps, la probabilité de formation de l'épine calcanale, c'est-à-dire la croissance osseuse (ostéophyte), résultant de dépôts de calcium, augmente.

Manifestations symptomatiques

Le symptôme principal est une sensation douloureuse dans la région du talon. Des symptômes inconfortables apparaissent ou augmentent après la charge, lesquels sont plus prononcés le matin, ils sont plus prononcés et s'atténuent avec le temps pendant la journée. Cette condition s'explique par une rupture du fascia pendant le sommeil ou un détachement du lieu de fixation (enthésis). La sensation douloureuse augmente de manière significative à la suite d'un séjour prolongé dans un état sédentaire pendant la mise en œuvre des premières étapes.

La formation d'un ostéophyte peut intensifier la symptomatologie du processus pathologique, car les ostéophytes exercent une pression sur les tissus adjacents. Généralement, ces croissances n'apparaissent pas du tout.

Diagnostiquer

Le diagnostic est effectué sur la base des plaintes et des données d'inspection. De plus, des examens radiographiques sont utilisés pour identifier l'éperon du talon.

Ce processus pathologique se distingue de:

  • syndrome du tunnel tarsien;
  • RA;
  • Syndrome de Reiter, etc.

Événements médicaux

Le traitement du processus pathologique dépend de la gravité des manifestations. Avec un degré modéré, les principales mesures consistent à décharger le fascia et à éliminer le processus inflammatoire dans les tissus mous.

La première option montre une activité physique réduite et un repos régulier à la marche. Les principales techniques thérapeutiques sont le pas à pas (application d’un bandage élastique spécial - tapotement ou patch sur l’arcade longitudinale), des exercices thérapeutiques et l’utilisation de dispositifs spécifiques pour le pied.

Afin d'obtenir une efficacité thérapeutique à la maison, des orthèses ou des orthèses sont utilisées, fixant le pied à un angle de 90 ° et portées uniquement la nuit. Dans l’après-midi, il est recommandé de porter des chaussures orthopédiques ou des semelles avec un renfort de cou-de-pied et une dépression dans la partie centrale du talon.

Pour le soulagement de l'inflammation et de la douleur, il est utilisé avec succès:

  • massage thérapeutique;
  • thérapie par le froid sous forme de bouteilles d'eau chaude avec de la glace appliquée sur le site de la blessure;
  • frottement ultérieur avec des agents chauffants et anti-inflammatoires;
  • applications à base de boue;
  • bains chauds;
  • antalgiques du groupe des AINS.

Dans les cas graves et la présence de douleur intense et d'ostéphite importante sont utilisés:

  • administration parentérale dans les tissus des pieds du SCS en association avec des anesthésiques;
  • destruction par les vagues de l'éperon de talon;
  • effet laser ou ultrason sur l'inflammation des tissus.

En cas d'échec du traitement conservateur, la chirurgie est pratiquée dans le but de l'excision de l'ostéophyte.

Prévision

La prévision de vie est assez favorable. Dans les variantes avancées, l'évolution du processus pathologique peut être compliquée par une fracture ostéophyte.

Mesures préventives

Les principales mesures préventives sont les suivantes:

  • l'utilisation de chaussures orthopédiques;
  • adhérence à la charge physique;
  • le maintien du poids est normal;
  • traitement des maladies du système musculo-squelettique.

Enthésite: diagnostic, traitement

À propos de l'article

Pour citation: Balabanova R.M. Enthésite: diagnostic, traitement // BC. 2012. №11. P. 538

Pour de nombreuses maladies rhumatismales (RH), le signe clinique principal est une lésion articulaire (arthralgie, arthrite). Cependant, d'autres structures anatomiques de l'articulation sont également impliquées dans le processus pathologique: ligaments, tendons, fascia, capsule articulaire et muscles adjacents. La spondylarthrite (SA) se caractérise par l'implication d'entheses - sites de fixation du composant ligament-tendon de l'articulation à l'os, ce qui est reflété dans les critères de la SA (tableau 1).

Enthesis peut être impliqué dans le processus pathologique de diverses maladies: métaboliques, dégénératives, traumatisantes, considérées comme des enthésopathies, des enthésites. Cela implique un caractère inflammatoire, qui est une caractéristique distinctive de la SA, notamment la spondylarthrite ankylosante (SA), le rhumatisme psoriasique (RP), l'arthrite réactive (REA), l'arthrite associée à une inflammation intestinale (AVZK). Cependant, même avec d'autres maladies, une enthésite peut survenir - polyarthrite rhumatoïde (PR), arthrose (OA) [2].
En AS, les enthèses sont impliquées dans le processus à la fois dans les articulations axiales (principalement fibro-cartilagineuses) et périphériques (principalement synoviales). En cas de SA, la fréquence des enthésites périphériques est détectée dans 25 à 58% des cas. Les plus typiques et les plus importants du point de vue clinique sont l’enthésite du fascia plantaire lors de son rattachement au tubercule du calcanéum, le tendon d’Achille à la surface postérieure du calcanéum, le tendon du quadriceps fémoral à la rotule, la région du trochanter, les condyles latéraux et médiaux, les attaches des muscles et des ligaments aux côtes et aux vertèbres. Les enthousiasmes des membres inférieurs atteints de SA sont touchés plus souvent que ceux des membres supérieurs. On pense que cela peut être dû à leur physiologie, à des facteurs mécaniques, les mouvements dans ces zones entraînent des étirements plus fréquents et plus vigoureux des ligaments et des enthèses [3,4].
Il est plus facile de diagnostiquer une enthésite périphérique en raison d'une douleur intense, mais par contre, en présence d'une synovite, une inflammation de l'enthèse peut être suggérée. Pour l'objectivation de la présence d'inflammation dans l'enthésis, des méthodes d'examen instrumentales sont nécessaires. La méthode la plus courante est la radiographie, qui permet de déterminer le flou de la surface osseuse, l'érosion, la calcification de l'enthèse et des tissus mous, la formation de nouveau tissu osseux, l'ostéopénie.
Dans une étude multicentrique portant sur divers domaines: colonne vertébrale lombaire et cervicale, mains, pieds, articulations pubienne et oro-sacrale, articulation du genou et du coude, des différences significatives d'érosion enthésique et de formation osseuse ont été détectées avec AU, PsA et PR avec la plus grande intensité et fréquence de ces signes dans l'UA. [5]
L'analyse aux rayons X reste la principale méthode de diagnostic de la SA axiale, révélant la formation de synesmophytes intervertébraux, la pathologie des articulations oro-sacrées, la colonne cervicale avec le développement de la destruction de l'articulation atlanto-axiale, les articulations apophisales. Cependant, il faut plusieurs années à partir du début des manifestations cliniques pour détecter ces changements par rayons X. Le diagnostic et le traitement de la maladie sont donc retardés.
L’examen par ultrasons (ultrasons), en tant que méthode d’examen non invasive et hautement sensible pour la détection des pathologies articulaires, peut être utilisé pour évaluer l’effet du traitement. Les Enthèses en présence d'inflammation perdent leur échogénicité fibrillaire normale, s'épaississent. De plus, des modifications focales et périostées peuvent être détectées, telles que l'érosion osseuse ou, au contraire, de nouvelles formations osseuses, caractéristiques de la forme axiale de l'UA [6].
La technologie Power doppler est plus informative, en particulier pour la visualisation de la vascularisation pathologique et de l’hyperémie des tissus mous. Dans une étude portant sur 14 zones d'enthésis chez 164 patients atteints d'AS, 34 atteints de PR, 30 atteints de maladies dégénératives de la colonne vertébrale, une fréquence élevée d'enthésite périphérique a été détectée chez des patients atteints d'AC présentant des signes de vascularisation près de l'os cortical. Des modifications ultrasonores plus lourdes ont été détectées dans la forme périphérique de la SA par rapport à la forme axiale [7].
Le diagnostic précoce de l 'HR contribue à l' apparition précoce d 'un traitement non seulement symptomatique, mais également pathogénétique. À cet égard, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) joue un rôle important, car elle permet de détecter le gonflement des tissus mous, l'inflammation des articulations, le processus érosif, le gonflement de la moelle osseuse et des tendons à un stade très précoce [8]. Les premières études utilisant l'IRM avec SA ont révélé la nature extra-articulaire des modifications inflammatoires. En utilisant le mode STIR - IRM, McGonagle et al. [9] ont montré que l’inflammation extracapsulaire dans l’AC était associée à une enthésite et était compatible avec un œdème des tissus mous et de la moelle osseuse, c.-à-d. peut être diffuse. Lorsque la synoviale devient enflammée, la synovite peut masquer la présence d’enthésite. Malheureusement, les méthodes instrumentales ne permettent pas le diagnostic différentiel des entézites avec RH, mais elles sont capables de détecter rapidement cette pathologie et sont importantes pour la surveillance d'un traitement qui supprime l'inflammation enthésiale.
Les recommandations ASAS / EULAR pour le traitement de l’UA indiquent la nécessité d’éduquer les patients et d’utiliser des thérapies physiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et des médicaments qui bloquent le facteur de nécrose tumorale alpha (TNFα). Le choix du schéma thérapeutique dépend de la présence de symptômes axiaux et périphériques (arthrite, enthésite). Il est connu que les signes axiaux ne sont pas affectés par les antirhumatismaux modificateurs de la maladie, tels que la sulfasalazine, le méthotrexate, le léflunomide. Un certain nombre d'études ont prouvé l'efficacité des anti-TNFα dans les SA, qui se traduisent par une diminution de l'intensité de la douleur, de la raideur et de la fatigue après 2 semaines. depuis le début du traitement par infliximab, adalimumab, étanercept, golimumab [10–14]. Il est important que ces médicaments aient un effet sur la variante axiale de l'AS. Cependant, il n'a pas été possible de confirmer la prévention de la progression radiographique de la maladie. Ces médicaments ont un effet sur la sévérité de l'enthésite [11,12].
Conformément aux recommandations internationales, les AINS sont un composant important du traitement de la SA [15], peuvent ralentir la progression de la maladie, ce qui est indiqué lors de l'administration à long terme de l'inhibiteur de la COX-2 - le célécoxib [16]. Selon les auteurs, cet effet pourrait être dû à la suppression de l'expression de la COX-2 et à l'inhibition des ostéoblastes. Il est important de noter qu'avec les deux années d'absorption du médicament, presque aucun effet secondaire grave n'a été observé à la fois du système cardiovasculaire (sténocardie, infarctus du myocarde) et du tractus gastro-intestinal (GIT) (ulcères gastriques et 12 duodénaux). Il existe des preuves d'un effet dépendant de la dose des AINS chez l'UA [17].
L'utilisation des AINS pour le traitement de la SA est plus sûre avec une utilisation à long terme qu'avec d'autres ARS, en raison de patients plus jeunes et du fait qu'ils ne reçoivent pas de corticostéroïdes par voie générale, ils ont moins de maladies comorbides ou sont absents. Selon les recommandations de l'Association des rhumatologues de Russie, les AINS sont également les principaux médicaments pour le traitement de l'AS, de l'arthrose et de la PR. Dans la PR, ils sont utilisés comme médicaments modifiant les symptômes [18].
Quels AINS sont préférables pour une utilisation à long terme? La préférence devrait être donnée le plus sûr. À cet égard, les nimésulides appartenant à la classe des sulfonanilides présentent un intérêt, ce qui les distingue des non sélectifs pour l'inhibition de la COX-2, qui sont des dérivés des acides et, par conséquent, affectent la muqueuse gastro-intestinale. L'avantage des nimésulides est leur effet relativement faible sur la COX-1 de la muqueuse gastrique, mais l'inhibition de son activité dans les foyers d'inflammation. En raison de ses propriétés biochimiques, le nimésulide pénètre facilement dans les foyers d'inflammation, en particulier dans les tissus de l'articulation, et sa concentration y est supérieure à celle du plasma [19]. En outre, le nimésulide (Nemulex), contrairement aux AINS non sélectifs, n’affecte pas la production d’histamine et ne contribue donc pas au développement des symptômes de «l’asthme à aspirine».
Ce groupe de médicaments a non seulement un effet symptomatique dépendant de la COX, mais est également capable de supprimer les réactions immunitaires dans une certaine mesure, ce qui se traduit par une diminution de l'activité des cytokines pro-inflammatoires (IL-6, TNFα); la métalloprotéase, l'enzyme phosphodiesterase IV, qui active l'activité des macrophages et des neutrophiles [20,21].
Un grand nombre de travaux, y compris ceux réalisés du point de vue de la médecine factuelle, ont démontré la grande efficacité du nimésulide (Nemulex) dans les douleurs aiguës et chroniques caractéristiques des maladies rhumatismales: polyarthrite rhumatoïde, ostéoarthrose, psoriasis, douleurs dans le bas du dos, etc. L'utilisation du nimésulide dans le traitement de la pathologie des tissus périarticulaires (périarthrite de l'épaule scapulaire, bursite, tendinite) a eu un effet légèrement supérieur à celui des AINS non sélectifs [22].
Outre les effets analgésiques et anti-inflammatoires prononcés, le nimésulide est bien toléré, comme le confirment de nombreuses études étrangères et russes [23,24]. L'hépatotoxicité du nimésulide n'est pas plus élevée que celle des AINS non sélectifs [25].
Les données présentées suggèrent que le nimésulide se caractérise par une bonne tolérance, un large spectre d’action dans différentes ER, ce qui permet de l’utiliser non seulement pour le soulagement de la douleur aiguë, mais également dans les processus inflammatoires rhumatismaux chroniques impliquant divers composants de l’articulation.

Enthésite: diagnostic, traitement (p. 1 de 2)

Pour de nombreuses maladies rhumatismales (RH), le signe clinique principal est une lésion articulaire (arthralgie, arthrite). Cependant, d'autres structures anatomiques de l'articulation sont également impliquées dans le processus pathologique: ligaments, tendons, fascia, capsule articulaire et muscles adjacents. La spondylarthrite (SA) se caractérise par l'implication d'entheses - sites de fixation du composant ligament-tendon de l'articulation à l'os, ce qui est reflété dans les critères de la SA (tableau 1).

Enthesis peut être impliqué dans le processus pathologique de diverses maladies: métaboliques, dégénératives, traumatisantes, considérées comme des enthésopathies, des enthésites. Cela implique un caractère inflammatoire, qui est une caractéristique distinctive de la SA, notamment la spondylarthrite ankylosante (SA), le rhumatisme psoriasique (RP), l'arthrite réactive (REA), l'arthrite associée à une inflammation intestinale (AVZK). Cependant, même avec d'autres maladies, une enthésite peut survenir - polyarthrite rhumatoïde (PR), arthrose (OA) [2].

En AS, les enthèses sont impliquées dans le processus à la fois dans les articulations axiales (principalement fibro-cartilagineuses) et périphériques (principalement synoviales). En cas de SA, la fréquence des enthésites périphériques est détectée dans 25 à 58% des cas. Les plus typiques et les plus importants du point de vue clinique sont l’enthésite du fascia plantaire lors de son rattachement au tubercule du calcanéum, le tendon d’Achille à la surface postérieure du calcanéum, le tendon du quadriceps fémoral à la rotule, la région du trochanter, les condyles latéraux et médiaux, les attaches des muscles et des ligaments aux côtes et aux vertèbres. Les enthousiasmes des membres inférieurs atteints de SA sont touchés plus souvent que ceux des membres supérieurs. On pense que cela peut être dû à leur physiologie, à des facteurs mécaniques, les mouvements dans ces zones entraînent des étirements plus fréquents et plus vigoureux des ligaments et des enthèses [3,4].

Il est plus facile de diagnostiquer une enthésite périphérique en raison d'une douleur intense, mais par contre, en présence d'une synovite, une inflammation de l'enthèse peut être suggérée. Pour l'objectivation de la présence d'inflammation dans l'enthésis, des méthodes d'examen instrumentales sont nécessaires. La méthode la plus courante est la radiographie, qui permet de déterminer le flou de la surface osseuse, l'érosion, la calcification de l'enthèse et des tissus mous, la formation de nouveau tissu osseux, l'ostéopénie.

Dans une étude multicentrique portant sur divers domaines: colonne vertébrale lombaire et cervicale, mains, pieds, articulations pubienne et oro-sacrale, articulation du genou et du coude, des différences significatives d'érosion enthésique et de formation osseuse ont été détectées avec AU, PsA et PR avec la plus grande intensité et fréquence de ces signes dans l'UA. [5]

L'analyse aux rayons X reste la principale méthode de diagnostic de la SA axiale, révélant la formation de synesmophytes intervertébraux, la pathologie des articulations oro-sacrées, la colonne cervicale avec le développement de la destruction de l'articulation atlanto-axiale, les articulations apophisales. Cependant, il faut plusieurs années à partir du début des manifestations cliniques pour détecter ces changements par rayons X. Le diagnostic et le traitement de la maladie sont donc retardés.

L’examen par ultrasons (ultrasons), en tant que méthode d’examen non invasive et hautement sensible pour la détection des pathologies articulaires, peut être utilisé pour évaluer l’effet du traitement. Les Enthèses en présence d'inflammation perdent leur échogénicité fibrillaire normale, s'épaississent. De plus, des modifications focales et périostées peuvent être détectées, telles que l'érosion osseuse ou, au contraire, de nouvelles formations osseuses, caractéristiques de la forme axiale de l'UA [6].

La technologie Power doppler est plus informative, en particulier pour la visualisation de la vascularisation pathologique et de l’hyperémie des tissus mous. Dans une étude portant sur 14 zones d'enthésis chez 164 patients atteints d'AS, 34 atteints de PR, 30 atteints de maladies dégénératives de la colonne vertébrale, une fréquence élevée d'enthésite périphérique a été détectée chez des patients atteints d'AC présentant des signes de vascularisation près de l'os cortical. Des modifications ultrasonores plus lourdes ont été détectées dans la forme périphérique de la SA par rapport à la forme axiale [7].

Le diagnostic précoce de l 'HR contribue à l' apparition précoce d 'un traitement non seulement symptomatique, mais également pathogénétique. À cet égard, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) joue un rôle important, car elle permet de détecter le gonflement des tissus mous, l'inflammation des articulations, le processus érosif, le gonflement de la moelle osseuse et des tendons à un stade très précoce [8]. Les premières études utilisant l'IRM avec SA ont révélé la nature extra-articulaire des modifications inflammatoires. En utilisant le mode STIR - IRM, McGonagle et al. [9] ont montré que l’inflammation extracapsulaire dans l’AC était associée à une enthésite et était compatible avec un œdème des tissus mous et de la moelle osseuse, c.-à-d. peut être diffuse. Lorsque la synoviale devient enflammée, la synovite peut masquer la présence d’enthésite. Malheureusement, les méthodes instrumentales ne permettent pas le diagnostic différentiel des entézites avec RH, mais elles sont capables de détecter rapidement cette pathologie et sont importantes pour la surveillance d'un traitement qui supprime l'inflammation enthésiale.

Les recommandations ASAS / EULAR pour le traitement de l’UA indiquent la nécessité d’éduquer les patients et d’utiliser des thérapies physiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et des médicaments qui bloquent le facteur de nécrose tumorale alpha (TNFα). Le choix du schéma thérapeutique dépend de la présence de symptômes axiaux et périphériques (arthrite, enthésite). Il est connu que les signes axiaux ne sont pas affectés par les antirhumatismaux modificateurs de la maladie, tels que la sulfasalazine, le méthotrexate, le léflunomide. Un certain nombre d'études ont prouvé l'efficacité des anti-TNFα dans les SA, qui se traduisent par une diminution de l'intensité de la douleur, de la raideur et de la fatigue après 2 semaines. depuis le début du traitement par infliximab, adalimumab, étanercept, golimumab [10–14]. Il est important que ces médicaments aient un effet sur la variante axiale de l'AS. Cependant, il n'a pas été possible de confirmer la prévention de la progression radiographique de la maladie. Ces médicaments ont un effet sur la sévérité de l'enthésite [11,12].

Conformément aux recommandations internationales, les AINS sont un composant important du traitement de la SA [15], peuvent ralentir la progression de la maladie, ce qui est indiqué lors de l'administration à long terme de l'inhibiteur de la COX-2 - le célécoxib [16]. Selon les auteurs, cet effet pourrait être dû à la suppression de l'expression de la COX-2 et à l'inhibition des ostéoblastes. Il est important de noter qu'avec les deux années d'absorption du médicament, presque aucun effet secondaire grave n'a été observé à la fois du système cardiovasculaire (sténocardie, infarctus du myocarde) et du tractus gastro-intestinal (GIT) (ulcères gastriques et 12 duodénaux). Il existe des preuves d'un effet dépendant de la dose des AINS chez l'UA [17].

L'utilisation des AINS pour le traitement de la SA est plus sûre avec une utilisation à long terme qu'avec d'autres ARS, en raison de patients plus jeunes et du fait qu'ils ne reçoivent pas de corticostéroïdes par voie générale, ils ont moins de maladies comorbides ou sont absents. Selon les recommandations de l'Association des rhumatologues de Russie, les AINS sont également les principaux médicaments pour le traitement de l'AS, de l'arthrose et de la PR. Dans la PR, ils sont utilisés comme médicaments modifiant les symptômes [18].

Quels AINS sont préférables pour une utilisation à long terme? La préférence devrait être donnée le plus sûr. À cet égard, les nimésulides appartenant à la classe des sulfonanilides présentent un intérêt, ce qui les distingue des non sélectifs pour l'inhibition de la COX-2, qui sont des dérivés des acides et, par conséquent, affectent la muqueuse gastro-intestinale. L'avantage des nimésulides est leur effet relativement faible sur la COX-1 de la muqueuse gastrique, mais l'inhibition de son activité dans les foyers d'inflammation. En raison de ses propriétés biochimiques, le nimésulide pénètre facilement dans les foyers d'inflammation, en particulier dans les tissus de l'articulation, et sa concentration y est supérieure à celle du plasma [19]. En outre, le nimésulide (Nemulex), contrairement aux AINS non sélectifs, n’affecte pas la production d’histamine et ne contribue donc pas au développement des symptômes de «l’asthme à aspirine».

Ce groupe de médicaments a non seulement un effet symptomatique dépendant de la COX, mais est également capable de supprimer les réactions immunitaires dans une certaine mesure, ce qui se traduit par une diminution de l'activité des cytokines pro-inflammatoires (IL-6, TNFα); la métalloprotéase, l'enzyme phosphodiesterase IV, qui active l'activité des macrophages et des neutrophiles [20,21].

Un grand nombre de travaux, y compris ceux réalisés du point de vue de la médecine factuelle, ont démontré la grande efficacité du nimésulide (Nemulex) dans les douleurs aiguës et chroniques caractéristiques des maladies rhumatismales: polyarthrite rhumatoïde, ostéoarthrose, psoriasis, douleurs dans le bas du dos, etc. L'utilisation du nimésulide dans le traitement de la pathologie des tissus périarticulaires (périarthrite de l'épaule scapulaire, bursite, tendinite) a eu un effet légèrement supérieur à celui des AINS non sélectifs [22].

Outre les effets analgésiques et anti-inflammatoires prononcés, le nimésulide est bien toléré, comme le confirment de nombreuses études étrangères et russes [23,24]. L'hépatotoxicité du nimésulide n'est pas plus élevée que celle des AINS non sélectifs [25].

Les données présentées suggèrent que le nimésulide se caractérise par une bonne tolérance, un large spectre d’action dans différentes ER, ce qui permet de l’utiliser non seulement pour le soulagement de la douleur aiguë, mais également dans les processus inflammatoires rhumatismaux chroniques impliquant divers composants de l’articulation.

1. Van der Heijde D., Maksymovych W.P. Spondiloarthrite: état de l'art et avenir // Ann.Rheum. Dis. 2010. Vol. 69. P. 949–954.

2. Slobodin G., M. Rozenbaum, Boulman N. et al. Diverses présentations d'enthesopaty // Semin. Arthrite Rheum. 2007. Vol. 37. R. 119-126.

3. Resnick D., Niwayama G. Enthèses et enthésopathie. Corrélation anatomique, pathologique et radiologique // Radiologie. 1983. Vol. 146. P. 1–9.

4. Benjamin M., McGonagle D. La base anatomique de la localisation de la spondylopathie séronégative au cours d'une anesthésie et de sites apparentés // J. Anat. 2001. Vol. 199. R. 503-526.

5. Helliwell P., Porter G. Sensibilité du rhumatisme psoriasique // Radiol squelettique. 2007. Vol. 36. P. 1061-1066.

Enthésopathie

Les enthésopathies sont un groupe de processus pathologiques avec des composants inflammatoires et dégénératifs-dystrophiques qui se produisent dans la zone de fixation du tendon, moins fréquemment des aponévroses, des ligaments et des capsules articulaires aux os. Manifeste une douleur au repos et au cours de l'effort physique avec la participation de la structure anatomique touchée, une restriction des mouvements, un œdème local, une hyperhémie et une sensibilité au toucher lors de la palpation. Diagnostiqué sur la base de plaintes, anamnèse, rayons X, IRM et échographie des articulations. Traitement du complexe enthésopathies, comprend la physiothérapie, la pharmacothérapie, le massage, la thérapie de l'exercice. Avec l'inefficacité des méthodes conservatrices, des interventions chirurgicales sont effectuées.

Enthésopathie

Enthésopathies (du latin. Enthesis - connexion du tendon à l'os) - un groupe commun de maladies du système musculo-squelettique. Le nom vient du mot "enthese" ou "enthesis", ce qui signifie le lieu de fixation des structures de tissu conjonctif aux structures osseuses, utilisé dans la littérature médicale depuis les années 60 du siècle dernier.

Certains experts adhèrent à une interprétation plus large de ce terme et incluent dans le groupe des enthésopathies non seulement les dommages directs causés par les enthésis, mais également les tendinites des zones tendineuses adjacentes, ainsi que les processus inflammatoires dans la zone des poches tendineuses. Selon les statistiques, des enthésopathies sont diagnostiquées chez 35 à 85% des patients atteints de maladies des articulations. Souvent détectés dans les pathologies auto-immunes, on les trouve chez les athlètes et les personnes de certaines professions. Ils ont tendance à évoluer à long terme avec progression progressive, dégénérescence dégénérative-dystrophique des tissus, détérioration de la fonction et augmentation de la probabilité de traumatisation de la structure anatomique altérée.

Causes des enthésopathies

Compte tenu du facteur étiologique en traumatologie et en orthopédie, on distingue deux types d'enthéses: primaire inflammatoire et primaire dégénérative. La pathologie inflammatoire primaire se développe avec la propagation de l'inflammation des articulations adjacentes atteintes d'arthrite. Le processus dégénératif primaire survient à la suite de blessures mineures récurrentes avec des surcharges constantes ou est le résultat d'un seul dommage majeur (contrainte, rupture dans la région de l'enthèse). La surcharge peut être à la fois une activité physique intense et une violation de la biomécanique du mouvement dans les maladies du système musculo-squelettique. Les facteurs qui augmentent le risque de formation d'énésopathies sont:

  • Activité physique monotone. La pathologie est souvent détectée chez les athlètes (joueurs de tennis, coureurs, footballeurs, haltérophiles, etc.) et chez certaines personnes (constructeurs, déménageurs, peintres, artistes de cirque et de ballet), provoquée par des mouvements répétitifs générant un stress excessif et des microtraumas répétés. Les microtraumatismes constants sont souvent exacerbés par des blessures plus graves avec formation de tissu cicatriciel.
  • Maladies articulaires. Les experts considèrent les enthésopathies comme un symptôme assez spécifique des spondylarthropathies séronégatives, y compris la maladie de Bechterew, le rhumatisme psoriasique, la maladie de Reiter et d'autres lésions réactives des articulations d'origine urogénique, ainsi que de l'arthrite réactive survenant dans le contexte d'entérocolites infectieuses, de colites ulcéreuses non spécifiques et de Crohn. La pathologie peut être détectée avec l'arthrite, particulièrement souvent avec des lésions dégénératives-dystrophiques des articulations du genou et de la hanche.
  • Troubles trophiques. La dégradation du métabolisme tissulaire dans la zone des enthèses peut être provoquée par une régulation nerveuse altérée dans les syndromes radiculaires, un apport sanguin local insuffisant en cas de maladies cardiovasculaires et des modifications du fond hormonal pendant la ménopause chez les femmes.
  • Dysplasie du tissu conjonctif. L’infériorité congénitale des structures du tissu conjonctif est associée à une probabilité élevée de microtraumatismes de l’appareil ligamentaire tendineux et au développement subséquent d’une inflammation, même avec un léger effort physique. Les collagénopathies héréditaires sont l’une des causes principales de l’enthésis de la défaite chez les jeunes.

Pathogenèse

Les bases de l'enthésopathie sont des processus inflammatoires et dégénératifs dans la zone de l'enthésis. La particularité de cette structure anatomique est l’inélasticité et une résistance mécanique élevée dans des conditions relativement défavorables de la circulation sanguine locale. Les enthèses sont dépourvues de leurs propres vaisseaux sanguins, les tissus sont fournis par les artères qui fournissent le sang aux os et aux tendons adjacents. Sous la charge, dans la zone de l'enthèse, une zone de la tension la plus intense est formée. En raison de la résistance mécanique élevée, la plupart des fibres restent intactes, ce qui fait qu'un seul micro-endommagement est asymptomatique et passe inaperçu.

En même temps, dans les zones de connexion des faisceaux de collagène avec le tissu osseux (avec enthésis fibreux) ou de la transformation des fibres de collagène en cartilage fibreux (avec connexion fibrose-cartilage), des micro-fractures uniques se forment. Avec les microtraumatismes répétés, le nombre de pauses augmente progressivement. Des zones de tissu graisseux apparaissent dans le tissu tendineux. Tout ce qui précède affecte négativement la force des enthèses, augmente la probabilité de ses dommages ultérieurs et contribue au développement de l'inflammation. Dans les lésions inflammatoires primaires, un mécanisme inverse est observé. L'inflammation crée des conditions favorables à l'apparition de micro-déchirures, le tissu tendineux est en cicatrisation et subit une dégénérescence graisseuse, des zones de dégénérescence de l'enthésis se forment.

Symptômes d'enthésopathies

Les lésions les plus courantes de l'enthèse sont considérées comme l'épicondylite, la trochantériose, l'enthémopathie de la colline sciatique, le «pied d'oie» et la surface latérale de la rotule, l'achillobie et la bursite du talon. Les symptômes communs de pathologies dans ce groupe sont des douleurs locales au site de fixation du tendon, avec tension des muscles correspondants ou se trouvant dans une certaine position. Le syndrome douloureux augmente avec la résistance au mouvement. La palpation est déterminée par la douleur, parfois des excroissances osseuses révélées et un gonflement limité des tissus mous.

L'épicondylite de l'articulation du coude peut être externe ("coude de tennis") et interne ("coude de golfeur"), affectant respectivement la fixation des tendons aux condyles externe et interne de l'humérus. L'épicondylite latérale est caractérisée par des douleurs clairement localisées apparues après un exercice inhabituel et qui sont aggravées par la résistance à la tentative d'extension du poignet. L'épicondylite médiale se manifeste par une douleur locale, aggravée par une résistance à la flexion du poignet. La fonction de l'articulation du coude est généralement préservée.

En règle générale, la trochanterite se développe sur le fond d'arthrose de la hanche, plus souvent diagnostiquée chez les patientes âgées de plus de 40 ans. Il y a de la douleur dans la région de la grande brochette lorsque vous essayez de vous coucher du côté endolori. Enthésopathie n'affecte généralement pas l'amplitude du mouvement, il peut y avoir certaines limitations dues à une arthrose concomitante. La palpation du trochanter est douloureuse. Il y a une augmentation de la douleur tout en résistant à l'abduction de la hanche. Les patients atteints de tuberculose sciatique se plaignent de douleurs qui se produisent en position assise (avec une pression corporelle sur la zone touchée).

La bursite de l’ansérine ou une lésion de l’enthésie dans la région du «pied d’oie» est une inflammation du site de fixation des tendons de trois muscles: le demi-tendineux, un corps gracieux et une particule le long de la surface interne du tibia sous l’articulation du genou. Généralement diagnostiqué chez les femmes d'âge moyen et âgées en surpoids et atteintes de gonarthrose. Il se manifeste par des douleurs au début du mouvement et lors de la montée le long des marches, une douleur locale dans la projection de l'enthésis. Une autre enthésopathie de l'articulation du genou est le processus dans la zone de fixation du ligament patellaire le long de son bord externe ou interne. Comme la pathologie précédente, il est plus souvent détecté pendant l'arthrose, accompagné de douleur lors de la palpation et des mouvements.

L'acillodynie est souvent diagnostiquée chez les athlètes, chez les personnes atteintes de collagénopathies héréditaires. Il se caractérise par une douleur intense lors des mouvements et une position debout prolongée. La bursite à Podyatochny peut être principalement inflammatoire ou dégénérative primaire. Dans le premier cas, il est retrouvé chez des patients atteints de spondylarthropathie, dans le second (épine de talon), il est observé chez les personnes âgées de 40 ans et plus. Douleur typique au repos sur le pied, plus prononcée au début de la marche.

Diagnostics

En fonction de l'étiologie de la maladie, les activités de diagnostic sont réalisées par des traumatologues-orthopédistes ou des rhumatologues. Si des enthéopathies surviennent à la suite de spondylarthropathies urogéniques et entérogènes, un spécialiste en urologie, un proctologue ou un spécialiste des maladies infectieuses peut être référé aux spécialistes énumérés. Jusqu'à récemment, le diagnostic reposait sur des données cliniques et sur les résultats d'études radiographiques. Actuellement, la liste des enquêtes comprend les procédures suivantes:

  • Enquête, inspection. L'histoire indique souvent des facteurs prédisposants. Si vous suspectez une spondylarthropathie, une histoire familiale est étudiée et des signes caractéristiques sont révélés par d'autres organes. Lors d'un examen objectif, on constate une douleur locale, parfois un œdème et une croissance osseuse limités, une douleur accrue lors de la tension du muscle correspondant, notamment dans le contexte d'une résistance au mouvement.
  • Radiographie de l'articulation. Au début, les changements dans les programmes artistiques sont absents ou faiblement exprimés. Avec l'évolution du processus, l'ostéopénie locale, la discontinuité de la couche corticale, l'ossification de la partie fibreuse de l'enthèse, la croissance osseuse sont visualisées.
  • Échographie. Au stade précoce, l'échographie des articulations confirme la structure altérée de l'enthèse fibreuse. Dans la suite, l’image est complétée par des zones d’ossification du tendon faisant partie de l’érosion des articulations et des os.
  • IRM L’enthèse elle-même est mal visible lors de la numérisation, mais la méthode offre une grande précision dans la détection de changements spécifiques dans les structures anatomiques proches. L'IRM de l'os confirme la présence d'un œdème osseux avant l'apparition de signes d'enthésopathie aux rayons X.

Compte tenu de la localisation et des manifestations cliniques de la maladie, un diagnostic différentiel est réalisé avec arthrite, arthrose, bursite, tendinite, tendovaginite, fibrose, autres processus inflammatoires et dégénératifs dystrophiques dans la zone articulaire et périarticulaire. Lors de la différenciation, il faut tenir compte du fait que l’enthésopathie peut être associée aux pathologies énumérées.

Traitement de l'entezopathie

Le traitement des lésions des enthèses est effectué en ambulatoire, y compris la pharmacothérapie et les méthodes d'exposition non médicamenteuses. Il est recommandé aux patients de changer les stéréotypes moteurs pour réduire la charge sur les enthèses affectées. Les interventions chirurgicales sont relativement rares, comme en témoigne le syndrome de douleur intense et l'inefficacité du traitement conservateur. La liste des mesures thérapeutiques possibles comprend:

  • Blocus médicinal. L’administration locale de glucocorticoïdes (blocage périarticulaire) est le moyen le plus efficace d’éliminer rapidement le syndrome douloureux prononcé. Des injections fréquentes de médicaments peuvent provoquer des changements dégénératifs-dystrophiques dans les os et les tissus mous; par conséquent, les médicaments sont prescrits avec prudence au maximum 1 à 2 fois par an avec une série d'au plus 3 injections.
  • Physiothérapie La thérapie physique joue le rôle le plus important dans l'élimination ou la réduction des manifestations de la pathologie. Dans la période d'exacerbation, des mouvements passifs, des exercices d'étirement sont utilisés, dans la phase de rémission, ils constituent un programme pour renforcer les muscles du segment affecté. En outre, ils utilisent la thérapie au laser, les ultrasons, la cryothérapie et la réflexologie. Les techniques manuelles (massage, thérapie manuelle) sont largement utilisées. De nombreux experts notent l'efficacité de la thérapie par ondes de choc.
  • Interventions chirurgicales. Selon les indications, une ténotomie ou une tendopériostéotomie est réalisée, parfois en association avec d'autres techniques chirurgicales (par exemple, une fasciotomie). Ces dernières années, les chirurgies endoscopiques ont été utilisées avec succès dans les enthézopathies de certaines localisations.

L'utilisation des AINS à des doses thérapeutiques dans la plupart des cas ne donne pas l'effet souhaité, la douleur diminue légèrement, tout en limitant la charge sur le segment affecté. La douleur et l’inflammation dans certaines localisations superficielles enthezopatii sont temporairement réduites après l’application de fonds locaux contenant des AINS et le réchauffement des onguents. Avec une localisation profonde des entrailles, les préparations topiques sont inefficaces.

Pronostic et prévention

Le pronostic pour les enthésopathies est relativement favorable. Avec un traitement bien choisi et le respect des recommandations du médecin, les manifestations cliniques de la maladie diminuent ou disparaissent. Cependant, la maladie est sujette à un cours chronique, le rétablissement complet est rarement observé, avec une augmentation de la charge sur le segment ou une exacerbation des pathologies des articulations voisines, le risque de rechute est élevé. Au fil du temps, la pathologie progresse, ce qui entraîne une détérioration de la fonction du membre. Les mesures préventives impliquent le rejet d'efforts physiques excessivement monotones, le respect de la technique consistant à effectuer des mouvements dans le processus sportif et professionnel, le traitement opportun de la pathologie vasculaire, des lésions des articulations et du système nerveux.

En Savoir Plus Sur Les Convulsions

L'apparition de noyaux d'ossification des articulations de la hanche et leur taux

L'état du système musculo-squelettique et de l'articulation de la hanche est étroitement lié. Le processus d'ossification des articulations de la hanche se déroule progressivement chez l'homme et se termine à l'âge de 20 ans.


Pourquoi les vaisseaux dans mes jambes me font-ils mal? Les principales causes du symptôme

Chaque personne est familière avec une sensation douloureuse survenant dans les membres inférieurs (NK). Cela peut être une lourdeur, des picotements, une sensation de brûlure ou un autre inconfort.