Muscles de la cuisse. Groupe médial

1. M. pectineus, le muscle peigne, partant de la branche supérieure et de la crête de l'os pubien et du lig. pubicum superius, descend et un peu sur le côté et est attaché à la linea pectinea du fémur. Avec son bord latéral, le muscle peigne est en contact avec m. iliopsoas.
Ces deux muscles, convergeant l'un avec l'autre, forment une fosse triangulaire, la fosse iliopectinée, dans laquelle les vaisseaux fémoraux sont placés immédiatement après sa sortie du pelvis. (Inn. L2-3, Nn. Obturatorius et femoralis.)

2. M. adductor longus, le long muscle adducteur, prend naissance à la surface antérieure de la branche supérieure de l'os pubien et s'attache à la partie médiane de son corps, dans son tiers médian. (Inn. L2-3, N. obturatorius.)

3. Le muscle adducteur, un muscle adducteur court, est situé sous les muscles précédents. Il commence à partir de la surface antérieure de l'os pubien et est attaché à la lèvre médiale linea aspera femoris dans la partie supérieure. (Inn. L2-4, N. obturatorius.)

4. M. adductor magnus, un grand muscle adducteur, le plus puissant de tous les adducteurs. Il se situe plus loin en arrière et est recouvert en avant dans sa partie proximale mm. adductores brevis et longus.
À partir des branches des os pubiens et sciatiques et de tuber ischiadicum, m. Le grand adducteur est envoyé sur le côté latéral et est attaché à la lèvre médiale, linea aspera femoris, jusqu’au condyle médial du fémur. Les fibres musculaires supérieures s'étendent presque transversalement de l'os pubien au site de fixation et sont décrites séparément sous le nom de petit adducteur, m. adducteur minimus. (Inn. N. obturatorius et partiellement n. Ischiadicus.)

5. M. gracilis, un muscle mince, une bande musculaire longue et étroite, passant superficiellement le long du bord médial de la masse totale des muscles adducteurs. Son début est situé sur la branche inférieure de l'os pubien près de la symphyse pubienne. Attaché au fascia de la jambe chez tuberositas tibiae. (Inn. L3-4, N. obturatorius.)

Fonction Tous les muscles adducteurs, selon leur nom, produisent un pli de la hanche en le tournant légèrement vers l'extérieur. Ceux qui traversent l’axe transversal de l’articulation de la hanche à l’avant (mm. Pectineus, adducteur long et court) peuvent également plier cette articulation, un m. Le grand adducteur, situé en arrière de cet axe, au contraire, en produit une extension.
M. gracilis, qui s'étend sur deux articulations en plus de ramener la hanche, plie également le bas de la jambe au niveau de l'articulation du genou et le retourne vers l'intérieur.

Groupe médial. Muscles de la cuisse

Les muscles du groupe médial sont minces, en peigne et principaux (longs, courts et grands). La fonction principale des muscles de ce groupe est la réduction de la hanche, ils sont donc appelés muscles adducteurs. Ils réalisent un fort développement chez l'homme grâce à la marche en position verticale. Ces muscles commencent à la surface externe des os sciatiques et pubiens, près du foramen obturateur. Les endroits du début des muscles occupent une surface relativement grande - du niveau du tubercule pubien au tubercule ischiatique.

De temps en temps, nous ajoutons une deuxième séance comme «rappel» à la fin de la semaine pour tenter d’accroître la croissance d’un certain groupe musculaire. Mais en fait, est-il possible de travailler le muscle deux ou même trois fois par semaine? Vous pouvez imaginer que la réponse mérite d'être développée. Cependant, vous comprendrez rapidement certaines des règles pour mieux organiser votre programme.

Pour travailler plus souvent afin d'aller plus vite, le raisonnement semble logique et valable. Quand un groupe de muscles est en retard, doubler ou même tripler le nombre de séances peut être une bonne idée si vous ajustez le volume en fonction du groupe de muscles en question. Que le développement de l'hypertrophie, de la force ou de l'endurance, en travaillant plus souvent, reste la meilleure solution. Mais le plus souvent, cela ne signifie pas la même chose en fonction du groupe musculaire en question. Même si, a priori, la multiplication des entraînements reste une bonne initiative, il est nécessaire de respecter la constitution de base du muscle.

Les muscles adducteurs s’attachent dans la zone allant de la petite brochette à l’épicondyle interne de la cuisse. La direction générale des faisceaux musculaires est oblique: ils s'étendent de l'avant vers l'arrière, de haut en bas, jusqu'à la ligne de cuisse approximative, qui sert de site d'attache pour la plupart de ces muscles.

Le muscle mince (m.gracilis) est plat, long et situé superficiellement le long de la surface médiale de la cuisse. Cela commence par un tendon court sur la moitié inférieure de la symphyse pubienne et sur la branche inférieure de l'os pubien. Dans le tiers inférieur de la cuisse, l'abdomen se situe entre les muscles du tailleur et les muscles semi-membraneux. Le tendon du petit muscle est attaché à la surface médiale du haut du corps du tibia et participe à la formation du pied d'oie superficiel.

Par exemple, les épaules et les épaules ne réagiront pas de manière égale à beaucoup de travail. Par conséquent, il est raisonnable d’adapter non seulement la fréquence de la formation, mais également le volume de chaque session. Chaque muscle est constitué de fibres lentes et de fibres rapides. La proportion de ces fibres varie en fonction du groupe musculaire et c'est ce détail qui sera important pour l'organisation de votre programme. Plus la proportion de fibres rapides est élevée, plus le muscle sera capable de fournir des efforts importants, mais de courte durée. Cependant, la récupération prendra plus de temps.

Au contraire, plus la proportion de fibres lentes est élevée, plus le muscle sera efficace, moins il sera puissant, mais plus le travail sera long. Et dans ce cas, ça va récupérer plus vite. Ainsi: les muscles constitués d’une plus grande proportion de fibres lentes peuvent être entraînés plus souvent et avec une grande quantité de travail. Les muscles constitués d'une plus grande proportion de fibres rapides doivent être entraînés moins souvent et avec moins de stress.

Fonction: conduit la cuisse; plie le mollet en le tournant vers l'intérieur.

Approvisionnement en sang: artères verrouillées, génitales et externes.

Le muscle peigne (m.pectmeus) est court, plat, commence sur la crête et la branche supérieure de l'os pubien. Fixation d'un tendon plat et plat sur le site, située entre la surface arrière de la petite brochette et la ligne de la cuisse rugueuse.

Mais veillez à ne pas trop tirer vos hanches. Distribution lumineuse entre les deux types de fibres pour le dilatateur de hanche. La plupart des fibres rapides pour les jumeaux. La distribution exacte des fibres dépend de chaque personne. Mais les lectures que vous avez pu trouver plus haut dans cet article vous donnent une base de travail et vous permettent de personnaliser la distribution au fur et à mesure. N'hésitez pas à tester différentes organisations et à être à l'écoute de vos sentiments.

Travailler avec les seins deux fois par semaine jusqu'à ce que vos jambes soient en retard est inutile. En plus de prendre en compte la composition de chaque muscle, n'oubliez pas de respecter une certaine hiérarchie. Certains groupes seront toujours plus grands que d'autres. En équitation, équilibre et détente sont deux éléments de base mais ne suffisent pas. Pour que votre selle soit ferme et stable, vous devez suivre un entraînement sportif actif: l'équitation n'est pas un sport pour ceux qui veulent que ce soit dur, puis professionnel.

Fonction: participe à l'adduction et à la flexion de la hanche.

Innervation: nerf obturateur (L II-L III).

Le long muscle adducteur (m.adductor longus) a une forme triangulaire, se situe médialement et vers le bas par rapport au peigne, recouvre le muscle adducteur court et les faisceaux supérieurs du grand muscle adducteur situé devant. Il commence par un tendon épais à la surface externe de l'os pubien (entre la crête et la symphyse pubienne). Descend et latéralement, passe dans un tendon large et mince, qui est attaché à la lèvre interne de la ligne rugueuse de la cuisse entre les points d'attache du grand muscle adducteur et du muscle large interne de la cuisse.

Un coureur peut être divisé en deux catégories: «talentueux», qui utilise les muscles sans le comprendre, et «sceptique», qui pense qu'il suffit de rester en selle pour l'équilibre et la détente. En fait, pour vous conformer au fait que nous faisons partie intégrante du cheval et que nous avons acquis une certaine «stabilité», vous devez d’abord vous asseoir correctement assis. La coquille adhère à la selle à trois pointes formée par la tubérosité sacrée et ichihatique, qui sont deux extrémités arrondies et des creux à l'intérieur.

Fonction: dirige la cuisse, plie et la tourne simultanément vers l’extérieur.

Innervation: nerf obturateur (L II-L III).

Approvisionnement en sang: artères obturatrices et génitales externes, artère fémorale profonde.

Le muscle adducteur court (m.adductor brevis) est épais, de forme triangulaire. Il commence à la surface extérieure du corps et à la branche inférieure de l'os pubien. Il est situé derrière le muscle peigne et le long muscle adducteur. En descendant et latéralement, le muscle se dilate et s'attache à la partie supérieure de la ligne rugueuse à l'aide de faisceaux de tendons courts.

Ces os sont vraiment sur la selle. Cependant, pour atteindre "l'endurance sur la selle", l'équilibre, bien que fondamental, est insuffisant, mais il est nécessaire de mettre les "jambes" en action. Établir des «jambes» signifie avoir un entraînement sportif. Pour obtenir un bon résultat, il est souvent nécessaire d’intégrer les heures de conduite aux heures d’entraînement au gymnase avec des exercices ciblés. En bref, l’équitation n’est pas un sport pour ceux qui le veulent durement, puis le travail.

Nous commençons avec les muscles de la cuisse. Ils développent plus que tout autre muscle des membres inférieurs. À partir du moment où une personne est assise sur un cheval, ce groupe de muscles commence immédiatement à agir. L'équilibre de la piscine et l'action «resserrer les jambes» sont donnés par quatre adducteurs: long, court, gros et minimal, de tels muscles sont insérés dans le bassin et le fémur.

Fonction: dirige la cuisse, participe à la flexion de la cuisse.

Innervation: nerf obturateur (L II-L III).

Approvisionnement en sang: artères obturatrices et perforantes.

Le grand muscle adducteur (m.adductor mаgnus) est épais, de forme triangulaire. Il commence sur le tubercule sciatique, la branche de l'ischion et sur la branche inférieure de l'os pubien. Attaché sur toute la lèvre médiale de la ligne rugueuse. Il est situé derrière les muscles conducteurs courts et longs. Derrière elle se trouvent le semitendinosus, le semimembranosus et la longue tête du biceps fémoral. Les touffes musculaires proximales sont orientées presque horizontalement, passant de l'os pubien à la partie supérieure de la cuisse. Les touffes de la partie distale du muscle sont dirigées verticalement vers le bas - du tubercule ischiatique à l'épicondyle médial de la cuisse. Le tendon du gros muscle adducteur situé sur le site de fixation au tubercule résultant (tuberculum adductorium) du fémur limite l'ouverture appelée fente du tendon (hiatus tendmeus adductorius). À travers cette brèche, l'artère fémorale du canal des adducteurs de la cuisse passe dans la fosse poplitée. À côté de l'artère se trouve la veine fémorale.

La grande musculature musculaire est un muscle qui fait partie des muscles médiaux de la cuisse, elle est utilisée pour relâcher les hanches par les muscles et les rayons antérieurs permettent une rotation interne et une flexion, tandis que les faisceaux postérieurs permettent une extension et un prolongement. Le muscle court est un muscle qui fait partie des muscles antérieurs de la cuisse. La forme triangulaire est située entre le muscle peigne et le muscle long, elle sert à relâcher les muscles de la cuisse, ce qui permet la rotation interne du fémur.

Le muscle long est le muscle qui fait partie des muscles antérieurs de la cuisse. La forme triangulaire est un muscle plat, il se situe entre le muscle externe et le muscle court, il est utilisé pour libérer les hanches par les muscles, ce qui lui permet de pivoter à l'intérieur. Le minimum d'adhérence musculaire est un muscle qui est partiellement combiné à un grand entraînement musculaire, utilisé pour libérer les hanches des muscles et à l'extérieur de la cuisse.

Fonction: est le muscle afférent le plus fort de la cuisse; Les faisceaux musculaires médiaux originaires du tubercule sciatique sont également impliqués dans l’extension de la cuisse.

Innervation: nerfs obturateur (L II-L III) et sciatique (L IV -L V).

Approvisionnement en sang: artères obturatrices et perforantes.

Fascia et topographie de la cuisse

La région est délimitée au sommet du pli inguinal, en bas par une ligne horizontale tracée sur deux doigts transversaux au-dessus de la rotule, à l'extérieur par une ligne verticale de la colonne vertébrale antérieure supérieure jusqu'au condyle externe du fémur et de l'intérieur par une ligne allant de la jonction pubienne au condyle interne. Sur la face antérieure de la cuisse, un canal fémoral, un triangle fémoral, un canal obturateur et un canal poplité fémoral sont isolés (Fig. 172). La peau de la région est mince, mobile. Il est innervé par nn branches. cutanei femoris anterior (du nerf fémoral), nn. cutanei femoris lateralis (du plexus lombaire). Sur le côté médial, l'innervation de la peau est réalisée n. obturatorius, et au-dessous du ligament inguinal - n. génito-fémoral. Dans le tissu sous-cutané sont: a. pudenda externa (alimente en sang le scrotum chez l'homme, les grandes lèvres chez la femme), aa. epigastrica superficialis (en direction du nombril) et a. circumflexa ilium superficialis (entoure l’épine antérieure supérieure). Toutes sont des branches de l'artère fémorale, en partent de la région du triangle fémoral et sont accompagnées des mêmes veines qui se jettent dans le v. femoralis ou v. saphena magna. Dans la zone de la bouche de ce dernier se trouvent les ganglions lymphatiques inguinaux superficiels recevant la lymphe de la moitié inférieure de la paroi abdominale, du périnée, des organes génitaux, des régions fessière et lombaire et des cuisses.

Les muscles qui facilitent le contact des jambes ne sont pas moins importants. Cette action augmente la connexion physique, et l'engagement vous permet de percevoir instantanément la maîtrise du cheval. Le cavalier doit être entraîné à mesurer la force du veau lorsqu'il monte un cheval sans repos ou un objet froid.

Muscle obstructif interne: Il s'agit d'un muscle oblat et triangulaire situé près du muscle principal et du biceps musculaire du fémur. Grâce à son action sur l'os du fémur, il bouge la hanche pour la faire sortir. Porte musculaire externe: c'est un muscle aplati et triangulaire situé près du grand fessier, parmi les divers muscles médiaux les plus profonds. Il apporte l'os de la cuisse ou l'amène à l'intérieur. Muscle combiné: il s’agit d’un muscle faisant partie des muscles antérieurs de la cuisse, c’est un muscle large et quadrilatéral dont l’origine est située au-dessus de l’obstruction obstructive de la crête thoracique.

Le fascia du fémur (f. Lata) entoure le fémur, fusionne en haut avec le ligament inguinal et en dessous se transforme en fascia du tibia. Le large fascia de la cuisse donne au fémur un septum fascial intermusculaire divisant tous les muscles de la cuisse en trois groupes: antérieur (lit des extenseurs de la jambe), interne (lit des muscles adducteurs de la cuisse) et du dos (lit des fléchisseurs de la jambe). En outre, son propre fascia forme des coquilles fasciales pour mm. sartorius, gracilis et tensor fasciae lata et dans la zone du triangle fémoral est divisé en deux feuilles - superficielle et profonde.

Il est utilisé pour étirer les hanches avec les muscles, il interfère également avec les mouvements de flexion et de rotation interne, et grâce à ces muscles, l'équilibre correct du bassin se produit. Il agit à la fois au niveau du genou, permettant la rotation interne du tibia et la flexion de la jambe, aussi bien au niveau de la cuisse que la flexion de la hanche sur le bassin et la rotation externe. Le muscle gracieux est la hanche qui relie la branche supérieure de la symphyse en forme de haricot pubien au membre supérieur de la face médiale du tibia.

Sa forme est aplatie et son emplacement est profond par rapport aux adaptateurs courts et au long conducteur. C'est un muscle biarticulaire qui agit sur deux articulations, le seul parmi les muscles adductifs qui possèdent cette caractéristique. Muscle sémitiste: il s’agit d’un muscle long et plat qui n’est pas utilisé pour l’expansion de la hanche, causé par la flexion possible de la jambe, la jambe intra-buccale semi-réticulée elle-même.

Les extenseurs des jambes comprennent m, quadriceps fémoral, composé de: 1) m. droit fémoral, 2) m. vastus medialis, 3) m. vastus lateralis, 4) m. vastus intermedius. Les quatre têtes du muscle sont connectées dans un tendon commun qui entoure la rotule, continue en tant que lig. patellae et attaché à la tubérosité tibiale. M. sartorius longe la cuisse de l'intérieur en traversant le quadriceps du muscle de la cuisse. À l'extérieur est m. tenseur du fascia lata, qui est tissé dans le large fascia de la cuisse. Deeper est m. iliopsoas. Ayant pénétré dans la cuisse par la lacuna musculorum, le muscle est attaché à la petite broche de la hanche. Tout ce groupe de muscles de la cuisse est innervé par des branches n. femoralis. Le groupe des adducteurs de la cuisse est m. pectineus m. long adducteur, m. gracilis, m. petit adducteur, m. adducteur magnus. Les muscles principaux sont innervés par les branches n. obturatorius.

De plus, ce muscle fléchit le genou avec les autres muscles et lui permet de tourner médialement quand il est plié. Le muscle semi-muqueux est un muscle dorsal et médial de la cuisse, profondément ancré dans le muscle semi-sténoïdien, capable d'étirer la cuisse, de plier la jambe et de se mettre à genoux pour envahir le bas des jambes et tirer. Les actions des membres inférieurs sont également déterminées.

Le muscle quadriceps fémoral: il s'agit du muscle situé à l'avant de la cuisse. Elle est définie comme la masse corporelle maigre la plus massive. Il se compose de quatre parties: la fémorale droite, la médiane large, la médiane large et large, c’est un muscle biarctique, car il permet de se déplacer entre deux articulations, le moulin à café et le genou, et participe avec les muscles des doigts et des extenseurs des dents en soulevant l’orteil pour favoriser les mouvements de poussée. les talons, ainsi que les peroneals long et court aux jumeaux, la semelle et la semelle permettent de "donner les jambes".

Mince muscle, m. gracilis, long, légèrement aplati, se situe sous la peau, est situé plus médialement de tout ce groupe de muscles. Le muscle provient de la surface antérieure de l'os pubien et, en descendant, entre dans un long et mince tendon qui, après s'être courbé autour de l'arrière du namyslochek médial de la cuisse, est attaché au tuberose tibia. Même avant le site de fixation du tendon m. gracilis fusionné avec des tendons m. Sartorius et m. semitendinosus, ainsi qu’avec le fascia cruris, formant un pied d’oie superficiel. Il y a aussi un petit sac appelé jambe d'oie, Bursa anserina cruris.

Le muscle grand fessier est un muscle situé au fond des fesses. Il a une forme oblate et triangulaire et est innervé par le nerf fessier supérieur. Il est utilisé pour étirer la cuisse lorsque les faisceaux avant tournent à l'intérieur, avec des faisceaux externes; s'étire et se penche vers la piscine lorsqu'elle prend un point fixe sur la cuisse; la réduction bilatérale contribue au maintien de l'équilibre au poste de commande. Le muscle grand fessier: c'est une masse quadrangulaire massive qui relie le bassin au fémur.

Situé superficiellement dans la région fessière, il est innervé par le nerf fessier inférieur. Il s'étire et tourne la cuisse; si elle reste fixée sur la cuisse, se propage au bassin; aide à maintenir la station érigée; favorise la marche; le genou est plié, pliant la jambe sur la cuisse avec l'action de la fesse moyenne à travers ce qu'on appelle «la flexion du messager» ou «la flexion iléo-tibiale». Le genou étendu participe à la fixation de l'expansion par le même mécanisme que le point précédent.

Action : dirige la cuisse et participe également à la flexion du tibia, en retournant la jambe.

Long muscle adducteur, m. long adducteur, plat, ressemblant quelque peu à un triangle, situé sur la surface antéro-médiale de la cuisse.

Le muscle commence par un tendon court et puissant de l'os pubien situé sous le tuberculum pubicum, latéralement à m. gracilis Puis, progressivement en expansion, descend et se fixe au tiers médian du labium media lineae asperae.

Le muscle du fémur est le muscle arrière et latéral de la cuisse. Par ses actions, elle peut étirer sa cuisse, plier sa jambe et ses genoux pour faire tourner sa jambe et sa cuisse à l'extérieur. Le muscle tibial antérieur est un muscle qui fait partie des muscles de la jambe. Les muscles sont utilisés pour fléchir et libérer les jambes. Il participe à l'acte de supination.

Ces groupes musculaires sont fortement encouragés et nécessitent un entraînement sportif intense. Federico Tomassi, Basic Riding, édition méditerranéenne, Rome. La biopsie musculaire est un trouble neuromusculaire vague qui ne peut être diagnostiqué avec des méthodes de laboratoire moins invasives. Pour les données sur l'héritage, le diagnostic est généralement posé par un test génétique. Avec une profusion de preuves cliniques qui dirigent une unité nosologique spécifique, les tests génétiques sont précédés d'une biopsie musculaire, ce qui rétrécit le diagnostic envisagé et permet le dépistage génétique.

Action : conduit la cuisse, participe à sa flexion et à sa rotation vers l'extérieur.

Muscle adducteur court, m. le petit adducteur, a une forme triangulaire; situé plus profond que le précédent.

Le muscle commence à la surface antérieure de la branche inférieure de l'os pubien, latéralement à m. gracilis En descendant, il se dilate légèrement et se fixe au tiers supérieur du labium mediale lineae asperae.

Action : dirige la cuisse, participe à sa flexion et à sa rotation vers l’extérieur.

Grand muscle adducteur, m. le grand adducteur, large, épais, le plus grand parmi les muscles de ce groupe. Il est plus profond que les muscles menant long et court, à partir de m. gracilis

Le muscle a pour origine un tendon court et puissant allant de la branche inférieure des branches osseuses du pubis et du sciatique jusqu'au tuber ischiadicum. Ensuite, les faisceaux musculaires, ventilés vers le bas et l'extérieur, sont reliés par un tendon large sur tout le labium mediale lineae asperae femoris. Une partie des faisceaux musculaires distaux va dans un tendon fin qui se fixe à l'épicondyle médialis fémoral.

Action : conduit la cuisse en la tournant légèrement vers l’extérieur.

Petit muscle adducteur, m. adductor minimus, fait partie des faisceaux supérieurs du gros muscle adducteur.

Elle commence à la surface antérieure de la branche inférieure de l'os pubien et de la branche de l'os ischiatique; ses touffes sont attachées à la lèvre médiale de la ligne de cuisse approximative. Il a une forme triangulaire et est situé devant le muscle adducteur court, bordé en haut avec l'obturateur externe et le muscle carré de la cuisse, en bas avec le grand muscle adducteur.

Action : fléchit, mène et fait pivoter la cuisse vers l'extérieur.

Peigne musculaire, m. pectineus, plat, de forme approchant un quadrilatère. Sur le côté latéral, il borde m. iliopsoas et de la médiale - c m. long adducteur. Entre m. iliopsoas et m. pectineus forme une petite dépression.

Le muscle prend naissance dans le ramus superior et le pecten ossis pubis et, se dirigeant vers le bas et légèrement vers l'extérieur, s'attache au linea pectinea.

Action : se plie et mène la cuisse en la tournant légèrement vers l’extérieur.

GROUPE MÉDIAL DU MUSCLE DE LA HANCHE.

Les muscles du groupe médial sont minces, en peigne et principaux (longs, courts et grands) (la réduction des hanches est la fonction principale de ce groupe. Ils sont appelés muscles adducteurs. Ils se développent fortement chez l'homme grâce à la position debout. Muscle mince, m. gracilis, - muscle long et plat; Fonction: dirige la cuisse, plie la jambe en la retournant simultanément. Innervation: N. obturatorius (LII - LIV) Apport sanguin: a. obturatoria, a. pudenda externe, a. femoralis.Crest muscle, M. pectineus, - muscle court et plat, part de la crête et du haut Fonction: participe à la fonte et à la flexion de la cuisse Innervation: N. obturatorius (LII - LIII) Apport sanguin: a obturatoria, a. pudenda externe, a. profunda femoris.Long, long muscle adducteur, M. adductor longus, de forme triangulaire, située médialement et vers le bas depuis le peigne, recouvre la partie antérieure du muscle adducteur court et les faisceaux supérieurs du grand muscle adducteur.Fonction: dirige la cuisse, simultanément la courbe et la tourne vers l’extérieur. Innervation: n. obturatorius (L II - L III). Approvisionnement en sang: a.obturatoria, a.pudenda externa, a. Profonda femoris, muscle adducteur court, m. petit adducteur, - muscle adipeux de forme triangulaire; commence sur la surface externe du corps et la branche inférieure de l'os pubien. Fonction: dirige la cuisse, participe à la flexion de la cuisse. Innervation: n. obturatorius (L II - L III). Approvisionnement en sang: a. obturatoria, aa. perforantes. Grand muscle adducteur, m. le grand adducteur, épais, de forme triangulaire, le plus grand parmi les muscles du groupe médial de la cuisse. Fonction: est le muscle afférent le plus fort de la cuisse; les faisceaux musculaires médiaux, issus de la tubérosité sciatique, sont également impliqués dans l’extension de la cuisse. Innervation: n. obturatorius (L II - L III), n. ischiadicus (L IV - L V). Approvisionnement en sang: a. obturatoria, aa. perforantes

10 paires de nerfs crâniens. Nerf vague, n. Le vague est un nerf mixte. Ses fibres sensorielles se terminent dans le noyau d'un chemin solitaire, les débuts moteurs d'un double noyau (les deux noyaux sont communs avec un nerf glossopharyngé) et les autonomiques - du noyau postérieur du nerf vague. La partie principale du nerf vague se situe entre le début du nerf et le noeud supérieur. 1. Branche méningée, r. meningeus, s'éloigne du noeud supérieur et va à la coquille dure du cerveau dans la fosse crânienne postérieure2. Branche d'oreille, r. auricularis, partant du bas du noeud supérieur, pénètre dans la fosse jugulaire et pénètre dans le canal mastoïdien de l'os temporal. innerve la peau de la paroi postérieure du conduit auditif externe et la peau de la surface externe de l'oreille vers la région cervicale 1. branches de pharynx, rr. pharyngei [pharingealis], allez au mur pharyngien, où, se connectant avec les branches du nerf glossopharyngé et du tronc sympathique, forment le plexus pharyngé, plexus pharyngeus [pharyngealis]. ils innervent la membrane muqueuse du pharynx, les muscles constricteurs, les muscles du palais mou, à l'exception du muscle qui tend le rideau palatin. Supérieur

N ° 38 branches du cœur cervical, rr. cardiaci cervicales superiores, en nombre de 1 à 3, partent du nerf vague, descendent le long de l’artère carotide commune et, avec les branches du tronc sympathique, pénètrent dans le plexus cardiaque. Nerf laryngé supérieur, n. laryngeus [laryngealis] supérieur, s'éloigne du noeud inférieur du nerf vague, avance le long de la surface latérale du pharynx et, au niveau de l'os hyoïde, est divisé en branches externe et interne. innerve le muscle cricoïde du larynx. les branches terminales innervent la membrane muqueuse du larynx au-dessus de la glotte et une partie de la membrane muqueuse de la racine de la langue. Nerf laryngé récurrent, n. laryngeus [laryngealis] récurrens,. Le nerf laryngé récurrent gauche commence au niveau de la crosse aortique, tandis que le nerf laryngé récurrent droit part du nerf vague au niveau de l’artère sous-clavière droite. La dernière branche du nerf laryngé récurrent - le nerf laryngé inférieur, n. laryngealis inferieur, innerve la membrane muqueuse du larynx en dessous de la glotte et tous les muscles du larynx, sauf la cricothyroïde. Région thoracique —1. Branches cardiaques thoraciques, rr. cardiaci thoracici, envoyé au plexus cardiaque.2. Branches bronchiques, rr. bronchiales, allez à la racine du poumon, où, avec les nerfs sympathiques, forme le plexus pulmonaire, le plexus pulmonalis, qui entoure les bronches et pénètre dans le poumon avec elles. Le plexus œsophagien, plexus oesophagien [oesophagealis], est formé par les branches des nerfs vagues droit et gauche (troncs), qui sont reliés l'un à l'autre à la surface de l'œsophage. Les branches de la paroi de l'œsophage se détachent du plexus. La section abdominale 1. Le tronc vagal antérieur, le tronc vagal antérieur, passe de la surface antérieure de l'œsophage à la surface antérieure de l'estomac, près de sa moindre courbure. branches gastriques antérieures, rr. gastrici anteriores, ainsi que les branches hépatiques, r. hepatici, allant entre les feuilles de l'omentum petit au foie.2. Le tronc vaginal postérieur, truncus vagalis postérieur, passe de l'œsophage à la paroi postérieure de l'estomac, suit sa courbure inférieure, rend les branches gastriques, rr. gastrici posteriores, ainsi que les branches coeliaques, rr. coeliaci. Les branches coeliaques atteignent le plexus coeliaque. Les fibres des nerfs vagues ainsi que les fibres sympathiques du plexus cœliaque vont au foie, à la rate, au pancréas, au rein, aux tissus fins

FOIE, l’héparine est impliquée dans les processus de digestion (production de bile), de formation de sang et de métabolisme. Dans le foie, il existe deux surfaces: la surface diaphragmatique et viscérale, la surface diaphragmatique du foie, le ligament de soutien du foie, lig..... falciforme (hepatis ligament coronaire, lig coronarium droite et ligament triangulaire gauche, lig triangulare dextrum et lig triangulare sinistrum impression cardiaque, cardiasa Impressio 3 sillon alloué sur la surface viscérale du foie: rond ligament, scissure ligamenti teretis, et à l'arrière - ligament veineux fissura ligamenti venosi. Il y a une entaille ligamentaire ronde, incisura lig. teretis, ligament veineux, lig. venosum, - le canal veineux recouvert, qui reliait la veine ombilicale du fœtus à la veine cave inférieure, le sagittal droit et gauche fusionnant profondément qui s'appelle la porte du foie, p orta hepatis, situés au niveau du bord postérieur de la fente du ligament circulaire et de la fosse biliaire de la vésicule biliaire, sur la veine porte, sa propre artère hépatique, ses nerfs, son canal hépatique commun et ses vaisseaux lymphatiques, sur la face viscérale du lobe droit du foie, un lobe carré, lobe caudé, lobus caudatus.– processus caudé, processus caudatus, situé entre la porte du foie et le sillon de la veine cave inférieure. L'autre processus, processus papillaire, est également dirigé vers l'avant et repose contre la porte du foie à côté de la crevasse noznoy ligament. Surface viscérale formée par des dépressions. impression gastrique, impression gastro, impression œsophagienne, impression œsophagienne. dépression duodénale intestinale (duodénale), impressio duodenalis. impression rénale, impressio renalis, et à sa gauche, impression surrénalienne, impressio suprarenalis. Sur la surface viscérale, près du bord inférieur du foie, il y a une impression colono-intestinale, impressio colica, La construction du foie. En dehors du foie, une membrane séreuse, tunica serosa, représentée par le péritoine viscéral, est recouverte. par voie intrapéritonéale. tunica fibreuse, tunica fibrosa (capsule de glisson). Dans le lobe gauche, il y a 3 secteurs et 4 segments, dans le droit - 2 secteurs et également 4. Le foie est une glande tubulaire ramifiée complexe dont les canaux excréteurs sont les voies biliaires. L'unité morphofonctionnelle du foie est le lobule du foie, le lobulus hepatis.

VÉNASSITÉ DES MEMBRES SUPÉRIEURSSélectionnez les veines superficielles et profondes du membre supérieur. VIGNES DE SURFACE DES MEMBRES SUPÉRIEURS. les métacarpales dorsales (4) et les anastomoses qui les séparent forment sur le dos des doigts, le métacarpe et le poignet le réseau veineux dorsal de la main, rete venosum dorsale manus. Sur la face palmaire de la main, les veines superficielles sont plus fines que la dorsale. Veine saphène externe du bras, v. cephalica, (fig. 071), (Cephalicus (grec) - tête; de ​​cette veine dans l'Antiquité saigne avec maux de tête et douleurs d'une autre localisation - d'où l'ancien nom "tête de la veine") commence à partir de la partie radiale du réseau veineux du dos de la main, étant une continuation de la première veine métacarpienne dorsale, v. metacarpalis dorsalis I. Ici, la veine saphène externe du bras s'anastomose à travers la veine intermédiaire du coude avec la veine saphène interne du bras. Veine saphène interne du bras, v. basilique, veine intermédiaire du coude, v. intermedia [mediana] cubiti, n'a pas de valves, est situé sous la peau dans la région du coude avant. Elle s'étend obliquement de la veine saphène externe du bras à la veine saphène interne du bras, également anastomosée avec des veines profondes. VÉNAS PROFONDES DES EXTRÉMITÉS SUPÉRIEURES La paume des veines des doigts se situe dans l'arc veineux palmaire superficiel, Arcus venosus palmaris superficiel, situé près de la surface artérielle de l'arc palmaire. Couples veines métacarpiennes palmaires, vv. palmarès métacarpien, se dirigeant vers l'arc veineux palmaire profond, arcus venosus palmaris profundus. Les arcs veineux palmaires superficiels aussi bien que superficiels continuent dans les veines profondes de l’avant-bras - les veines radiales du coude et du radial, vv. ulnares et vv. radiales qui accompagnent les artères du même nom. veine sous-clavière, v. subclavia. La veine axillaire, comme ses affluents, a des valves; il est adjacent au demi-cercle antéromédial de l'artère axillaire, il recueille le sang des veines superficielles et profondes du membre supérieur. Ses affluents correspondent aux branches de l'artère axillaire. Les principaux affluents de la veine axillaire sont la veine thoracique latérale, v. thoracica lateralis, dans lequel s’écoulent les veines hématopoïétiques, vv. thoracoepigastricae, anastomosant avec la veine épigastrique inférieure - l’afflux de la veine iliaque externe. La veine thoracique latérale reçoit également des veines minces, qui sont connectées aux veines intercostales postérieures I-VII. Dans les veines thoraciques, des vaisseaux veineux s’écoulent hors de l’aréole, plexus veineux aréolaris, formés par les veines saphènes de la glande mammaire.

№39

L'articulation du coude, articulatio cubiti, est formée par l'articulation de trois os: l'huméral, l'ulna et le radial, entre lesquels se forment trois articulations enfermées dans une capsule articulaire commune: l'huméro-lactique, l'humérum et le radiocartéral proximal. Articulation de l'épaule, articulatio humeroulnaris. L'articulation est formée par l'articulation du bloc de l'humérus et par l'encoche en forme de bloc de l'ulna. Les surfaces articulaires ont la forme d'un joint en bloc, l'articulation humérale, articulatio humeroradialis. C'est une articulation de la tête de l'épaule et de la fosse articulaire de la tête de l'os radial. L'articulation est sphérique. Articulation radioulnaire proximale, articulatio radioulnaris proximalis. C'est un joint cylindrique. Formé par l'articulation de la circonférence articulaire de l'os radial et de l'encoche radiale de l'ulna. Rayonnement ligament collatéral, lig. La collatérale radiale, épaisse et forte, sur l'humérus part de l'épicondyle latéral. Dans l'articulation du coude, des mouvements autour de l'axe frontal et de l'axe longitudinal s'étendant le long de l'axe de l'os radial sont possibles. Autour de l'axe frontal de l'articulation du coude, la flexion et l'extension de l'avant-bras sont possibles, la coupe en bloc de l'os ulnaire se déplaçant autour du bloc de l'humérus.

INTERLÉTION LOMBAIRE Le plexus lombaire, plexus lumbalis, est formé par les branches antérieures des trois lombaires supérieures (L I - L III), partie de la branche antérieure de la cuisse thoracique (Th XII), et par la branche antérieure des nerfs lombaires IV (L IV). Branches du plexus lombaire: 1. Branches musculaires, rr. muscles, grands et petits muscles lombaires et muscles latéraux interdimensionnels des reins. Nerf iliaque, n. iliohypogastricus (Th XII - L I) innerve les muscles transversaux et droits de l'abdomen, les obliques interne et externe de l'abdomen et la peau dans la partie supérieure latérale de la région fessière, la partie latérale supérieure du fémur, où sa branche latérale de la peau est dirigée, r. cutaneus lateralis. 3. nerf iliaque-inguinal, n. ilioinguinalis (Th XII - L IV4. Nerf génital-génital, n. genitofemoralis (LI - L II5. Nerf cutané latéral de la cuisse, n. cutaneus femoris lateralis (L IL II)), innerve la peau de la face postérieure inférieure de la région glutéale, l'autre - la peau de la surface latérale cuisses jusqu'au niveau de l'articulation du genou 6. Le nerf optique, N. obturatorius (L II - L, innerve l'obturateur externe, le gros muscle adducteur et la capsule articulaire de la hanche. 7. Le nerf fémoral, N. femoralis (LI - L IV) - et protège la peau cuisse antéromédiale (Fig. 189): le nerf sous-cutané, N. saphène, est la plus longue branche des cuisses e nerf. et fournit les zones adjacentes de la peau pour le pouce.

La plèvre, qui est la membrane séreuse du poumon, est divisée en viscérale (pulmonaire) et pariétale (pariétale). Chaque poumon est recouvert de plèvre (pulmonaire). La plèvre pariétale (plèvre pariétale) est une feuille solide qui se développe avec la surface interne de la paroi thoracique et dans chaque moitié de la cavité thoracique forme un sac fermé contenant le poumon droit ou gauche, recouvert d'une plèvre viscérale. Sur la base de la position des parties de la plèvre pariétale, on distingue la plèvre thoracique, médiastinale et diaphragmatique. La plèvre costale [partie], la plèvre [pars] ​​costalis, recouvre la surface interne des côtes et des espaces intercostaux et repose directement sur le fascia intrathoracique. Plèvre médiastinale [partie], plèvre [pars] ​​mediastinalis, adjacente aux organes médiastinaux du côté latéral, située dans la direction antéropostérieure, s'étendant de la surface interne du sternum à la surface latérale de la colonne vertébrale. Au niveau de la racine du poumon, la plèvre médiastinale l'englobe et devient viscérale. Au sommet, au niveau de l'ouverture supérieure du thorax, la plèvre thoracique et la plèvre médiastinale se transforment en un dôme formant la coupole de la plèvre, la cupule pleurale. Ces sinus sont des espaces de réserve des cavités pleurales droite et gauche, ainsi que des récipients dans lesquels le liquide pleural (séreux) peut s'accumuler en violation des processus de sa formation ou de son absorption. Entre la plèvre costale et diaphragmatique, il y a un sinus profond costal-diaphragmatique bien marqué, le recessus costodiaphragmaticus, atteignant la plus grande taille au niveau de la ligne axillaire moyenne (ici, sa profondeur est d'environ 9 cm). À la place de la transition de la plèvre médiastinale au diaphragmatique, il existe un sinus médian diaphragmatique peu profond, à orientation sagittale, récessus phrenicomediastinalis. Un sinus moins prononcé (dépression) est présent au site de transition de la plèvre costale (dans sa partie antérieure) au médiastinal. Voici le sinus médiastinal des côtes, le recessus costomediastinalis.

L'organe du goût, l'organum gustus, se développe à partir de l'ectoderme. Les papilles gustatives humaines, calliculi gustatorii, en quantités d'environ 2000 se trouvent principalement dans la membrane muqueuse de la langue, ainsi que dans le ciel, la gorge et l'épiglotte. Le plus grand nombre de papilles gustatives est concentré dans les sillons, les papilles vallées et les papilles en forme de feuilles, les papilles foliacées, moins que dans les papilles fongoïdes, les papilles fongiformes, la membrane muqueuse du dos de la langue. Dans les papilles filiformes, elles n'existent pas du tout. Chaque bourgeon gustatif est constitué de cellules gustatives et de soutien. Au sommet du rein, une ouverture gustative (pore), porus gustatorius, s'ouvre à la surface de la muqueuse, à l'extrémité des cellules gustatives se trouvent les terminaisons des fibres nerveuses, qui perçoivent la sensibilité gustative dans le tiers postérieur de la langue et dans la région de la papille rainurée - les extrémités du glossophary nerve. Ce nerf fournit l'innervation du goût de la membrane muqueuse du palais et des arcades palatines. Les processus centraux des neurones, qui effectuent l'innervation du goût dans la cavité buccale, sont dirigés, en tant que partie des nerfs crâniens correspondants (VII, IX, X), vers leur noyau sensoriel commun, le noyau solitarius, qui se présente sous la forme d'un cordon cellulaire longitudinal dans la partie postérieure de la médulla. Les axones des cellules de ce noyau sont envoyés au thalamus, où l'impulsion est transmise aux neurones suivants, dont les processus centraux se terminent dans le cortex cérébral, le crochet du gyrus parahippocampal. Dans ce gyrus se trouve la fin corticale de l’analyseur de goût.

№40

1) Classification des composés osseux

4) canal lymphatique thoracique

CLASSIFICATION DES COMPOSÉS OSSEUX. Il existe trois types de composés osseux. Les joints continus ont une élasticité, une résistance et une mobilité généralement plus grandes. Selon le type de tissu qui relie les os, il existe trois types de connexions continues:

1) articulations fibreuses, 2) synchondrose (articulations cartilagineuses) et 3) articulations osseuses.

Les articulations fibreuses, articulationes fibrosae, sont des composés osseux forts au moyen d'un tissu conjonctif fibreux dense. Trois types de composés fibreux ont été identifiés: syndesmoses, sutures et martelages.Syndesmoz, syndesmose, formée par le tissu conjonctif, dont les fibres de collagène fusionnent avec le périoste des os qui les relient et y passent sans limite nette. La syndesmose comprend les ligaments et les membranes interosseuses. Les faisceaux, les ligaments, sont des faisceaux épais ou des plaques formées par un tissu conjonctif fibreux dense.

Membranes interosseuses, membranae interosseae, tendues entre la diaphyse des os longs. Souvent, les membranes interosseuses, les ligaments servent de point de départ aux muscles.

Couture, sutura, est un type de jonction fibreuse dans laquelle se trouve une couche de tissu conjonctif étroite entre les bords des os de connexion. La suture articulaire des os ne se trouve que dans le crâne. Selon la configuration des bords des os de liaison, une suture en dents de scie est libérée, sutura serrata; couture écailleuse, sutura squamosa et couture plate, sutura plana. Un type spécial de composé fibreux est marteler, gomphose (par exemple, jonction dento-alvéolaire, articulatio dentoalveolaris). Ce terme fait référence à la connexion de la dent avec le tissu osseux des alvéoles dentaires. Une fine couche de tissu conjonctif se forme entre la dent et l'os - la synchondrose, la synchondrose, sont des articulations osseuses à l'aide du tissu cartilagineux. Ces composés sont caractérisés par la force, la faible mobilité, l'élasticité due aux propriétés élastiques du cartilage. Le degré de mobilité des os et l'amplitude des mouvements élastiques dans une telle connexion h dépendent de l'épaisseur et de la structure de la couche cartilagineuse entre les os. Si le cartilage entre les os de liaison existe toute la vie, alors cette synchondrose est permanente. Dans les cas où la couche cartilagineuse située entre les os est préservée jusqu'à un certain âge (par exemple, la synchondrose occipitale), il s'agit d'une jonction temporaire dont le cartilage est remplacé par du tissu osseux. Ce composé à substitution osseuse est appelé composé osseux - synostose, synostose (BNA). la paroi arrière de la cavité abdominale.

12TI PATE DE TRAITEMENT. La longueur du duodénum chez une personne vivante est de 17-21 cm et celle d'un cadavre de 25-30 cm. On distingue quatre parties: la partie supérieure, la partie descendante, l'horizontale et la partie ascendante. La partie supérieure, la partie supérieure, part du pylore de l'estomac à droite du thorax XII ou du côté lombaire vertèbre, et forme le coude supérieur du duodénum, ​​flexura duodeni superior, allant dans la partie descendante. La partie descendante, pars descendens, part du coude supérieur du duodénum au niveau I de la vertèbre lombaire et descend le long du bord droit de la colonne vertébrale, où se trouve le niveau III la vertèbre tourne brusquement à gauche, entraînant une courbure inférieure du duodénum, ​​flexura duodeni inférieure. La partie horizontale, pars horizontalis, part du coude inférieur du duodénum et va horizontalement à gauche au niveau du corps de la IIIe vertèbre lombaire, tandis que la partie ascendante, pars ascendens, se termine par une forte courbure vers le bas à l'avant et à gauche du bord gauche du corps de la IIe vertèbre lombaire., flexura duodenojejunalis, ou lieu du passage du duodénum au jéjunum. Lorsqu'il est associé au canal pancréatique, il s'ouvre dans la lumière du duodénum par son grand

N ° 40 à la papille.Le duodénum n'a pas de mésentère, est situé rétropéritonéal. Le péritoine est adjacent à l'intestin antérieur, sauf là où il est traversé par le côlon transverse (pars descendens) et la racine mésentère de l'intestin grêle (pars horisontalis). Certains duodénum séparé - il ampoule ( « ampoule »), ampoule, toutes couvertes par la paroi surface de duodénum intérieure visibles plis circulaires du péritoine, plicae circularesKrome Cette duodénum de pliage longitudinal, de plica de duodeni, situé sur la paroi interne de la partie descendante. Dans la partie inférieure du pli se trouve une grande papille du duodénum, ​​papilla duodeni major, où le canal biliaire commun et le canal pancréatique s'ouvrent par une ouverture commune. En haut de la papille principale se trouve une petite papille duodénale, papilla duodeni minor, sur laquelle est située l'ouverture du canal pancréatique accessoire. Dans la lumière du duodénum, ​​ouvrez les glandes duodénales, glandulae duodenales. Ils sont situés dans la sous-muqueuse de la paroi intestinale.

Ovaire. Dans l'ovaire, il y a deux surfaces libres: la face interne du visage, face à la cavité pelvienne, et la face latérale latérale, adjacente à la paroi du petit bassin. Les surfaces de l'ovaire passent dans une marge libre (postérieure) convexe, margo liber, et de l'avant dans la marge mésentérique, margo mésovaricus, qui est attachée au mésentère de l'ovaire. À ce bord de l'organe se trouve un sillon ressemblant à un sillon, appelé col d'ovaire, hilum ovarii, par lequel l'artère, les nerfs, les veines et les vaisseaux lymphatiques pénètrent dans l'ovaire. Le ligament qui suspend l'ovaire appartient également au lig longitudinal de l'ovaire. suspensoria, extrémité tubaire supérieure, extremitas tubaria, faisant face à la trompe de Fallope, et extrémité utérine inférieure, extremitas utérine, reliée à l'utérus par le ligament de l'ovaire, lig. ovarii proprium. Ce faisceau en forme de cordon rond va de l'extrémité utérine de l'ovaire à l'angle latéral de l'utérus, situé entre deux feuilles du ligament large de l'utérus. La suspension ligamentaire de l'ovaire appartient également à l'appareil ligamenteux de l'ovaire, lig. suspensorium ovarii, qui est un repli du péritoine s'étendant de la paroi pelvienne à l'ovaire et contenant les vaisseaux de l'ovaire et des faisceaux de fibres fibreuses à l'intérieur. L'ovaire est également fixé par un court mésentère, le mésovarium, qui est une duplication du péritoine allant du dos de la feuille du ligament large de l'utérus au bord mésentérique de l'ovaire. Les ovaires eux-mêmes ne sont pas couverts par le péritoine. La plus grande frange ovarienne de la trompe de Fallope est fixée à l'extrémité tubulaire de l'ovaire. La topographie de l'ovaire dépend de la position de l'utérus, de sa taille (pendant la grossesse). Les ovaires appartiennent aux organes très mobiles de la cavité pelvienne: la structure de l'ovaire. La surface de l'ovaire est recouverte d'un épithélium germinal monocouche. En dessous se trouve une tunique dense de tissu conjonctif, tunica albuginea. Le tissu conjonctif de l'ovaire forme son stroma, stroma ovarii, riche en fibres élastiques. La substance de l'ovaire, son parenchyme, est divisée en deux couches: externe et interne. La couche interne, située au centre de l'ovaire, plus près de sa porte, s'appelle médulla, medulla ovarii. Dans cette couche du tissu conjonctif lâche se trouvent de nombreux vaisseaux sanguins et lymphatiques, des nerfs. La couche externe de l'ovaire, sa substance corticale, cortex ovarii, plus dense. Il existe de nombreux tissus conjonctifs dans lesquels se trouvent des follicules vésiculaires ovariens (grapha vésicules), folliculi ovarici vesiculosi et des follicules ovariens primaires en cours de maturation, folliculi ouarici primarii. Le follicule ovarien mature atteint un diamètre de 1 cm et possède une gaine de tissu conjonctif. En son sein, l’extérieur externe, theca externe, constitué d’un tissu conjonctif dense, et l’interne interne, theca interna, dans lequel se trouvent de nombreux sang, capillaires lymphatiques et cellules interstitielles, sont isolés. Une couche granulaire, stratum granulosum, est une membrane granulaire (membrana granulesa) fixée à la coque interne. À un endroit, cette couche est épaissie et forme un monticule d'œufs, le cumulus oophorus, dans lequel se trouve l'ovule - ovocyte, ovocytus. À l'intérieur du follicule ovarien mature se trouve une cavité contenant un liquide folliculaire, liquor follicularis. L'ovule est situé dans la butte d'œufs, entouré d'une zone transparente, zone pellucide, et d'une couronne radiante, corona radiata, issue des cellules folliculaires. En vieillissant, le follicule atteint progressivement la couche superficielle de l'ovaire. Pendant l'ovulation, la paroi d'un tel follicule est brisée, l'ovule ainsi que le liquide folliculaire pénètrent dans la cavité péritonéale, où il tombe sur la frange du tube, puis dans l'ouverture abdominale (péritonéale) de la trompe de Fallope.

Le canal lymphatique thoracique, canal thoracique, se forme dans la cavité abdominale, dans le tissu rétropéritonéal, au niveau de la vertèbre lombaire XII thoracique - II résultant de la fusion des troncs lymphatiques lombaires droits et gauches, trunci lumbales dex et sinister. Ces troncs sont formés à partir de la confluence des vaisseaux lymphatiques sortants des ganglions lombaires droit et gauche, respectivement. Dans environ 25% des cas, un à trois vaisseaux lymphatiques sortants des ganglions mésentériques, appelés troncs intestinaux, trunci intestinales, pénètrent dans la partie initiale du canal thoracique. Les vaisseaux lymphatiques sortants de la rencontre occasionnelle avec les ganglions lymphatiques prévertébraux, intercostaux et viscéraux (préaortiques) de la cavité thoracique s’écoulent dans le canal thoracique. La longueur du canal thoracique 30-41 cm

№41

1) La connexion des os de la ceinture scapulaire

CONNEXION DES OS DE LA CEINTURE D’ÉPAULE Le thorax et l’articulation claviculaire, articulatio sternoclavicularis. L'articulation est formée par la surface articulaire sternale de l'extrémité sternale de la clavicule et par l'encoche de la clavicule du sternum. Les surfaces articulaires sont incrustées et leur forme s’approche à plat ou en forme de selle. Entre les surfaces articulaires se trouve le disque articulaire, discus articularis, qui élimine les irrégularités et contribue à augmenter la congruence des surfaces articulaires. Articulation acromioclaviculaire: articulation acromioclaviculaire: la surface articulaire de l'extrémité acromiale de la clavicule et la surface articulaire située sur le bord intérieur de l'acromion de l'omoplate sont formées. Les deux surfaces articulaires sont légèrement incurvées. Dans 1/3 des cas, le disque articulaire, discus articularis, présente parfois un trou. Dans l'articulation acromio-claviculaire, des mouvements sont possibles autour de trois axes: au niveau de la ceinture du membre supérieur, il existe des ligaments propres de l'omoplate: le ligament coraco-acromial, ainsi que les tricots transversaux supérieur et inférieur.

L'organe du goût, l'organum gustus, se développe à partir de l'ectoderme. Les papilles gustatives humaines, calliculi gustatorii, en quantités d'environ 2000 se trouvent principalement dans la membrane muqueuse de la langue, ainsi que dans le ciel, la gorge et l'épiglotte. Le plus grand nombre de papilles gustatives est concentré dans les sillons, les papilles vallées et les papilles en forme de feuilles, les papilles foliacées, moins que dans les papilles fongoïdes, les papilles fongiformes, la membrane muqueuse du dos de la langue. Dans les papilles filiformes, elles n'existent pas du tout. Chaque bourgeon gustatif est constitué de cellules gustatives et de soutien. Au sommet du rein, une ouverture gustative (pore), porus gustatorius, s'ouvre à la surface de la muqueuse, à l'extrémité des cellules gustatives se trouvent les terminaisons des fibres nerveuses, qui perçoivent la sensibilité gustative dans le tiers postérieur de la langue et dans la région de la papille rainurée - les extrémités du glossophary nerve. Ce nerf fournit l'innervation du goût de la membrane muqueuse du palais et des arcades palatines. Les processus centraux des neurones, qui effectuent l'innervation du goût dans la cavité buccale, sont dirigés, en tant que partie des nerfs crâniens correspondants (VII, IX, X), vers leur noyau sensoriel commun, le noyau solitarius, qui se présente sous la forme d'un cordon cellulaire longitudinal dans la partie postérieure de la médulla. Les axones des cellules de ce noyau sont envoyés au thalamus, où l'impulsion est transmise aux neurones suivants, dont les processus centraux se terminent dans le cortex cérébral, le crochet du gyrus parahippocampe (Fig. 219). Dans ce gyrus se trouve la fin corticale de l’analyseur de goût.

L'utérus, situé au milieu de la cavité pelvienne, se trouve derrière la vessie et devant le rectum. Il distingue le fond, le corps et le col de l'utérus.Le site de la transition du corps de l'utérus au col est rétréci et est appelé isthme de l'utérus, isthme de l'utérus. La partie inférieure du col utérin est appelée la partie vaginale du col utérin, Portio vagindlis cervicis, et la partie supérieure du col utérin est appelée la partie supravaginale du col de l'utérus, Portio supra-vagindlis cervicis. Sur la partie vaginale, vous pouvez voir l'ouverture de l'utérus, l'ostium utéri (bouche utérine). L'ouverture de l'utérus est limitée aux lèvres antérieure et postérieure, labium anterius et labium posterius. L'utérus a des surfaces antérieures et postérieures. La surface avant s'appelle le kystique, fait face à vesicdlis, et le dos - rectangulaire, fait face à rectdlis. Ces surfaces de l'utérus sont séparées les unes des autres par les bords droit gauche de l'utérus, margo utérus dextre et margo utérus sinistres. La structure de l'utérus. L'utérus, cavitas utérus pénètre dans le canal cervical, canalis cervicis utéri. La paroi utérine est constituée de trois couches: la membrane séreuse, tunica serosa, la sous-séreuse, tela subserosa, et la couche musculaire, tunica musculdris, dans laquelle on distingue trois couches: l’oblique interne, la partie médiane (circulaire) et l’oblique externe. Rapport entre l'utérus et le péritoine La majeure partie de la surface de l'utérus est recouverte du péritoine (à l'exception de la partie vaginale du col de l'utérus). À partir du bas de l'utérus, le péritoine continue jusqu'à la surface kystique (antérieure) et atteint le col de l'utérus, puis passe à la vessie. Cette poche profonde, formée par le péritoine, qui recouvre également la surface postérieure de la vessie, est appelée la cavité vésicule-utérine, excavatio vesicouterina. Le péritoine recouvrant la surface rectale (postérieure) de l'utérus atteint la paroi postérieure du vagin, d'où il s'élève jusqu'à la paroi antérieure du rectum. En se déplaçant de l'utérus au rectum, le péritoine forme une cavité utérine rectale, excavatio rectouterina. À droite et à gauche, cette dépression est limitée aux plis rectovasculaires du péritoine qui s'étendent du col utérin au rectum. Ligaments de l'utérus: les listes du péritoine forment les ligaments larges droit et gauche de l'utérus.

CLASSIFICATION DES OS. Pour la commodité de l'étude, on distingue les groupes d'os suivants: long (tubulaire), court (spongieux), plat (large), anormal (mixte), pneumatique (Fig. 15).

L'os long (tubulaire), os longum, a une forme allongée, cylindrique ou triangulaire de la partie médiane - le corps de l'os, la diaphyse, la diaphyse (du grec dia - entre, phyo-croissance). Ses extrémités épaissies sont appelées épiphyses, épiphyse (du grec. Epi - ci-dessus). Chaque épiphyse a une surface articulaire, se fane articuldris, recouvert de cartilage articulaire, qui sert à se connecter avec les os adjacents. La zone de l'os où la diaphyse se transforme en épiphyse est isolée sous la forme d'une métaphyse, métaphyse. Cette zone correspond au cartilage épiphysaire, qui est ossifié dans l’ontogenèse postnatale. Les os tubulaires constituent le squelette des membres et fonctionnent comme des leviers. Les os sont longs (huméral, fémoral, avant-bras et os de la jambe) et courts (métacarpiens, métatarsiens, phalanges des doigts).L'os court (spongieux), en os, a la forme d'un cube irrégulier ou d'un polyèdre. Ces os sont situés dans des zones du squelette, où la force des os est combinée à la mobilité, dans les articulations entre les os (os carpiens, tarses). Les os plats (larges), ossa plana, participent à la formation de cavités corporelles et remplissent également la fonction de protection (les os du toit du crâne, os du bassin, sternum, côtes). Dans le même temps, ils représentent des surfaces d'attachement musculaire étendues.

Les os anormaux (mixtes), les ossa irréguliers, sont difficiles à construire, leur forme est diverse. Par exemple, le corps vertébral dans sa forme (et sa structure) fait référence aux os spongieux, à l’arc, aux processus - à l’appartement Les os respirant, ossa pneumatica, ont une cavité dans le corps, tapissée de muqueuse et remplie d’air. Ceux-ci incluent certains des os du crâne: la mâchoire supérieure frontale, en forme de coin, ethmoïde.

№42

Os du bassin. L'iléon, os illium, se compose de deux parties: le corps de l'iléon, corpus ossis illi, participe à la formation du cotyle; aile iliaque, ala ossis ilii. L'aile de l'Ilium se termine par un bord convexe - la crête iliaque, crista iliaca. Sur la crête iliaque, trois lignes brutes sont clairement visibles pour attacher les muscles abdominaux larges: la lèvre externe, le labium externum, la lèvre interne, le labium internum et la ligne intermédiaire, linea intermedia. La crête iliaque à l'avant et à l'arrière présente des protubérances osseuses - les épines iliaques supérieure et inférieure. Le pubis, os pubis, a une partie élargie - un corps et deux branches. Le corps de l'os pubien, corpus ossis pubis, constitue la partie antérieure de l'acétabulum. Le devant de la branche supérieure est considéré comme la branche inférieure de l'os pubien, l'osselet pubien inférieur. Sur la branche supérieure de l'os pubien, il y a un tubercule pubien, tuberculum pubicum, dont la crête pubienne, crista pubica, est latérale le long du bord postérieur de la branche supérieure. L'os sciatique, os ischii, a un corps épaissi, le corpus ossis ischii, qui complète l'acétabule d'en bas et passe dans ramus ossis ischii rameau d'ischion. Le corps de l'os sciatique est un angle de branche ouvert vers l'avant. La branche de l'os sciatique se raccorde à la branche inférieure de l'os pubien, fermant ainsi l'obturateur ovale situé en bas, le foramen obturatum, l'os du bassin.Les articulations de la ceinture du membre inférieur, articulationes cinguli auntbri inferiores, sont formées en reliant les os du bassin avec le sacre. La partie postérieure de chaque os pelvien s'articule avec le sacrum en utilisant l'articulation sacro-iliaque appariée, et les os pelviens avant forment la symphyse pubienne: les os du bassin et le sacrum, reliés aux articulations sacro-iliaques et à la symphyse pubienne, forment le bassin, bassin. Le bassin est un anneau osseux dans lequel se trouve une cavité contenant des organes internes: le rectum, la vessie, etc. Avec la participation des os du bassin, le tronc se joint également aux membres inférieurs libres. Le bassin est divisé en deux parties: supérieure et inférieure. La partie supérieure est le grand bassin et la partie inférieure est le petit bassin. Le grand bassin est séparé du petit par la ligne de démarcation qui est formée par le cap du sacrum, la ligne arquée des os iliaques, la crête des os pubiens.

Artère humaine, a. brachialis, est une continuation de l'artère axillaire. Il commence au niveau du bord inférieur du muscle grand pectoral, où l'artère brachiale est située devant le muscle coraco-brachial. Ensuite, l’artère est située sur la face antérieure du muscle de l’épaule, dans le sillon, passant en dedans du biceps de l’épaule. Dans la fosse ulnaire, au niveau du radius, l’artère brachiale est divisée en ses branches finales - les artères radiales et ulnaires - un nombre de branches partant de l’artère brachiale: 1) branches musculaires, rr. musculaires, aux muscles de l'épaule; 2) artère profonde de l'épaule, a. profunda brachii, partant de l'artère brachiale dans le tiers supérieur de l'épaule, accompagne le nerf radial du canal brachial entre la surface postérieure de l'humérus et le triceps du muscle de l'épaule, ce qui donne plusieurs branches: les artères qui nourrissent l'humérus, aa. nutriciae humeri, branche deltoïde, r. deltoideus, aux muscles éponymes et brachiaux, artère collatérale moyenne, a. Le collateralis média, qui donne des branches au triceps de l'épaule, passe dans le sulcus ulnaire latéral postérieur et s'anastomose avec l'artère interosseuse récurrente et l'artère collatérale radiale, a. collateralis radialis, qui est envoyé au sulcus ulnaire latéral antérieur, où il s'anastomose avec l'artère radiale récurrente; 3) artère collatérale ulnaire supérieure, a. collateralis ulnaris superior, part de l'artère brachiale sous l'artère profonde de l'épaule. Il accompagne le nerf ulnaire, se situe dans le sillon ulnaire postérieur médial, anastomoses avec la branche postérieure de l'artère ulnaire récurrente; 4) l'artère collatérale ulnaire inférieure, a. collateralis ulnaris inferior, partant de l'artère brachiale juste au-dessus de l'épicondyle médial de l'humérus, va en direction médiale le long de la surface antérieure du muscle brachial et s'anastomère avec la branche antérieure de l'artère ulnaire récurrente. et la peau dans la région de cette articulation.

L'intestin épais, l'intestin crassum, suit l'intestin grêle et constitue l'extrémité du système digestif. Il se termine par les processus de digestion, des masses fécales sont formées et éliminées par l'anus vers l'extérieur. Dans le gros intestin, le caecum avec le processus vermiforme, le côlon ascendant, le côlon transverse, le côlon descendant, le côlon sigmoïde et le rectum se terminant par l'anus sont séparés, le gros intestin dans la cavité abdominale du petit bassin est situé, sa longueur fluctue depuis sa glande pelvienne et la longueur de l'intestin. 65m Le diamètre du gros intestin est de 5–8 cm, contre environ 4 cm dans la dernière section. Le gros intestin présente plusieurs caractéristiques distinctives (Fig. 213).1. Sur la surface externe du côlon, trois brins longitudinaux sont visibles - des rubans du côlon, taeniae coli, formés à la suite de la concentration de la couche musculaire longitudinale à ces endroits. Chacune de ces bandes a une largeur d'environ 1 cm et porte son propre nom. La bande mésentérique, taenia mesocolica, correspond au lieu de fixation du gros intestin (côlon transverse, côlon sigmoïde) du mésentère ou à la ligne de fixation de l'intestin (côlon ascendant et descendant) à la paroi abdominale postérieure. La bande de glande, taenia omentalis, est située sur la surface antérieure du côlon transverse, où elle est attachée

Le n ° 42 est un grand omentum et se poursuit dans d'autres parties du côlon. La bande libre, taenia libera, est située sur la face avant (libre) du côlon ascendant et du côlon descendant, et sur le côlon transverse à sa surface inférieure en raison de son affaissement et de sa légère torsion autour de l'axe longitudinal. Entre les rubans du côlon, il y a de nombreuses saillies en forme de poches sur la paroi du côlon - le haustra du côlon, haustrae [sacculotiones] coli, séparés les uns des autres par de profondes rainures, ce qui donne un aspect ondulé aux contours extérieurs du côlon. Les gaustras sont formés à la suite d'incohérences entre les longueurs des rubans et les sections du côlon entre les rubans. Sur la surface externe du côlon, le long des rubans libres et omental, se trouvent les protrusions en forme de doigts de la membrane séreuse, contenant le tissu adipeux, les processus omental, les appendices epiploicae. Leur longueur atteint 4-5 cm.

SAIGNEMENT DES FRUITS. Le sang traversant l’artère utérine pénètre dans le placenta ("siège de bébé"). La circulation sanguine du fœtus est donc appelée placentaire. Dans le placenta, le sang fœtal reçoit les nutriments de la mère. Du placenta, le sang artériel pénètre dans la veine ombilicale, v. L'ombilicalis du fœtus (fig. 078), qui fait partie du cordon ombilical, passe au bord inférieur du foie et se situe dans le sillon de la veine ombilicale et se divise en deux branches au niveau de la porte du foie. La première branche coule dans la veine porte et la seconde branche - le canal veineux (arancia), ductus venosus, dans l'une des veines cave ou hépatique inférieure. Ainsi, le sang artériel, qui circule dans la veine ombilicale à partir du placenta, pénètre partiellement directement dans la veine cave inférieure et partiellement dans le foie, organe de la formation de sang chez le fœtus. De plus, par le biais des veines hépatiques, le sang pénètre dans la veine cave inférieure, où il se mêle au sang veineux provenant de la partie inférieure du fœtus. Dans la veine cave inférieure, le sang mélangé pénètre dans l'oreillette droite et passe par l'ouverture ovale du septum interaural dans l'oreillette gauche, où sa valvule est guidée par la valve de la veine cave inférieure (Eustachia) nettement développée. À partir de l'oreillette gauche, le sang entre dans le ventricule gauche, puis dans l'aorte et les artères qui s'y prolongent, se dirige vers les organes et les tissus du corps du fœtus, tandis que le sang veineux provenant de la partie supérieure du fœtus pénètre dans l'oreillette droite par la veine cave supérieure. À travers l'ouverture atrioventriculaire droite, ce sang passe dans le ventricule droit, puis dans le tronc pulmonaire, puis dans le grand canal artériel (Botallou), canal artériel, directement dans l'aorte (au-dessous de l'artère sous-clavière gauche). Dans l'aorte, de nouvelles portions de sang veineux sont ajoutées au sang mélangé du ventricule gauche. Ce sang mélangé circule à travers les branches de l'aorte vers tous les organes et les parois du corps du fœtus. Ainsi, la moitié supérieure du corps fœtal (en particulier le cerveau), alimentée par les branches de la crosse aortique, s’étendant bien avant celle du canal artériel (artères carotide commune et sous-clavière), reçoit du sang plus riche en oxygène et en nutriments que la moitié inférieure. L'enrichissement du sang fœtal en oxygène et en nutriments a lieu dans le placenta, où le sang mélangé de l'aorte passe par les artères iliaques internes, puis le long de ses branches - l'artère ombilicale appariée, a. ombilicalis, - dans le placenta Après la naissance, le système vasculaire du nouveau-né subit des modifications importantes: il se produit une transition abrupte de la circulation placentaire vers la voie pulmonaire. Les poumons, les artères pulmonaires et les veines commencent à fonctionner. Les vaisseaux ombilicaux ligotés après la naissance deviennent vides: le tronc de la veine ombilicale se transforme en un ligament rond du foie et les artères ombilicales se transforment en ligaments ombilicaux latéraux droit et gauche; la lumière des artères n'est conservée que dans leur section initiale. Ces ligaments ombilicaux sont situés sur la surface arrière de la paroi abdominale antérieure. Le canal veineux se transforme en un ligament veineux et le canal artériel

№43

Le canal fémoral, canalis femoralis, se forme dans la région du triangle fémoral avec le développement d'une hernie fémorale. Cette section médiane de la veine fémorale s'étend de l'anneau fémoral (interne) de ce canal à la fissure sous-cutanée qui, en cas de hernie, devient l'ouverture externe du canal.L'anneau interne fémoral anulus femoralis se situe dans la partie médiane de la lacune vasculaire. Il est limité antérieurement par le ligament inguinal, postérieurement par le ligament en peigne, par le ligament médio-lacunaire, par la veine fémoro-latérale. Du côté de la cavité abdominale, l'anneau fémoral est fermé par une section du fascia transversal détaché de l'abdomen - le septum fémoral, septum fémoral. Au canal fémoral, il y a trois parois: antérieure, latérale et postérieure. La paroi antérieure du canal est constituée du ligament inguinal et de la corne supérieure du bord croissant du large fascia de la cuisse, épissée avec elle. La paroi latérale est formée par la veine fémorale et la paroi postérieure est l'astika profonde du large fascia recouvrant le muscle peigne.

L'oreille interne, auris interna, est située à l'intérieur de la pyramide de l'os temporal, séparée de la cavité tympanique par son mur labyrinthe. Il est constitué de labyrinthes osseux et palmés insérés dans le labyrinthe osseux, labyrinthus osseus, dont les parois sont formées par la substance osseuse compacte de la pyramide osseuse temporale. Dans le labyrinthe en os, distingue le vestibule; la cochlée se trouve en amont, derrière elle se trouvent les canaux semi-circulaires.Le vestibule est une cavité de petite taille et de forme irrégulière. La fosse postérieure est allongée, plus près des canaux semi-circulaires - il s’agit d’un évidement elliptique, recessus ellipticus. Dans la niche elliptique se trouve le trou intérieur de l'aqueduc du vestibule, un escargot, un cochlée, la partie avant du labyrinthe en os, le serpentin en spirale du cochlea, le coalisme, la base du cochlée, la base du cochlée canal auditif; en haut - le dôme de la cochlée, cupula cochleae, est dirigé vers la cavité tympanique. L'axe de la cochlée, qui se trouve horizontalement, est la tige osseuse, modiolus. Un canal en spirale osseuse, lamina spiralis ossea, est enroulé autour de la tige.Le canal semi-circulaire antérieur (sagittal, supérieur), canalis semicircularis antérieur, est orienté perpendiculairement à l'axe longitudinal de la pyramide. Le canal semi-circulaire postérieur (frontal), canalis semi-circulaire, le plus long des canaux, est presque parallèle à la surface postérieure de la pyramide.. Ce canal est plus court que les autres canaux semi-circulaires, trois canaux semi-circulaires s’ouvrant à la veille des cinq trous. Le labyrinthe membraneux, le labyrinthus membranaceus, est situé à l'intérieur du labyrinthe osseux et reprend essentiellement ses contours. Les parois du labyrinthe membraneux sont constituées d'une mince plaque de tissu conjonctif recouverte d'épithélium plat. Entre la surface interne du labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux, il y a un espace étroit - l'espace périlymphatique, spatium perilymphaticum, rempli du fluide périlympha, perilympha. À partir de cet espace situé le long du canal périlymphatique, canalus périlymphatique, qui passe dans la cochlée de la cochlée, la périlymphe peut s'écouler dans l'espace sous-arachnoïdien situé à la face inférieure de la pyramide de l'os temporal. Le labyrinthe membraneux est rempli d'endolymphe, l'endolympha, qui peut traverser le canal endolymphatique, le canal endolymphatique, passant dans l'aqueduc du vestibule sur la surface arrière de la pyramide, dans la plus grande partie de la surface sacs sphériques, trois canaux semi-circulaires et le canal cochléaire, dans les sacs elliptiques et sphériques, ainsi que sur la surface interne des parois des ampoules membraneuses des canaux semi-circulaires et eyutsya revêtue formation de substance gélatineuse contenant des cellules capteur de cheveux (sensibles). Dans les sacs elliptiques et sphériques, ce sont des taches blanchâtres, les macules: la tache du sac elliptique, la macula utriculi, et la tache du sac sphérique, la macula sacculi. Avec la participation d'oscillations d'endolymphe, des positions statiques de la tête et des mouvements rectilignes y sont perçus. Dans les ampoules membraneuses des conduits semi-circulaires, il y a des coquilles Saint-Jacques ampullaires, des ampoules à crête, capturant des tours de tête dans différentes directions. Les irritations des cellules sensorielles des cheveux présentes dans les taches et les coquilles Saint-Jacques sont transmises sur ces cellules aux extrémités sensibles de la partie antérieure du nerf pré-vésiculaire. Les corps des neurones de ce nerf sont situés dans le nœud préporté situé au bas du conduit auditif interne, et les processus centraux de la composition du nerf pré-cochléaire sont dirigés à travers le conduit auditif interne dans la cavité crânienne, puis dans le cerveau jusqu'aux noyaux vestibulaires situés dans le champ vestibulaire, zone vestibulaire., une fosse en forme de diamant. Les processus des cellules des noyaux vestibulaires (le neurone suivant) sont envoyés aux noyaux de la tente cérébelleuse et de la moelle épinière, formant le chemin précérébrospinal, et entrent également dans le faisceau longitudinal dorsal (faisceau de Bechterew) du tronc cérébral. Une partie des fibres de la partie antérieure du nerf cochléaire pré-porte va directement dans le cervelet - dans le nodule, nodulus, en contournant les noyaux vestibulaires (Fig. 214).Le labyrinthe membraneux de la cochlée, du canal cochléaire, du canal cochléaire, commence en aveugle, continue en avant dans le canal en spirale de la cochlée. Au niveau du sommet de la cochlée, le canal cochléaire se termine à l’aveugle. À l'intérieur du canal cochléaire, sur la membrane spirale, se trouve un organe auditif acoustique (organe de Corti), l'organum spirale. La base de l'organe spiralé est la lame basilaire (membrane), lamina basilaris, qui contient jusqu'à 23 000 fibres de collagène minces (cordes) tendues du bord de la lame spiralée à la paroi opposée du canal spiral de la cochlée, de sa base au dôme.. Sur la plaque basilaire, il y a des cellules de soutien (support) et de récepteur (sensorielles) percevant des oscillations mécaniques du périlymphe situées dans les escaliers du vestibule et du tambour. Les vibrations périlymphes sont causées par les mouvements de la base de l'étrier dans la fenêtre du vestibule et sont transmises à la lame basilaire (Fig. 216). Dans l'escalier du vestibule, ces vibrations s'étendent vers le dôme de la cochlée, puis à travers l'ouverture de la cochlée jusqu'à la périlymphe de l'escalier à tambour, qui est fermé à la base de la cochlée par le tympan secondaire. En raison de l'élasticité de cette membrane, un fluide presque incompressible - la périlymphe - est mis en mouvement: les vibrations sonores de la périlymphe dans l'escalier de tambour sont transmises à la membrane basilaire (membrane) sur laquelle se trouve l'organe spiral (auditif) et à l'endolymphe dans le canal cochléaire. Les oscillations de l'endolymphe et de la plaque basilaire imposent l'action d'un appareil récepteur de sons, dont les cellules du cheveu (sensorielles, récepteurs) transforment les mouvements mécaniques en impulsions nerveuses.

URETER, l'uretère, part de la partie rétrécie du pelvis rénal et finit par s'écouler dans la vessie. La fonction de l'uretère est d'éliminer l'urine du rein dans la vessie. À 3 endroits différents, l'uretère a des contractions: le début de l'uretère à partir du pelvis, le passage de la partie abdominale de l'uretère au pelvien, à l'intersection de la ligne de démarcation du pelvis et à l'endroit où l'urètre se jette dans la vessie. L'uretère est situé de manière rétropéritonéale (rétropéritonéale). Dans l'uretère, il y a les parties suivantes: abdominale, pelvienne et intrapariétale. La partie abdominale, partie abdominale, se situe sur la surface antérieure du muscle psoas majeur. Le début de l'uretère droit est situé derrière la partie descendante du duodénum et celui de gauche, derrière le coude duodénal maigre. L'artère et la veine testiculaires (ovariennes), le péritoine pariétal sont situés à l'avant de l'uretère. La partie pelvienne, le pars pelvina (pars pelvica), l'uretère droit est situé devant les artères et les veines iliaques internes droites, et la gauche - devant les artères et les veines iliaques internes. Chez la femme, la partie pelvienne de l'uretère passe derrière l'ovaire, puis l'uretère fait le tour du col utérin du côté latéral, puis se situe entre la paroi antérieure du vagin et la vessie. Chez les hommes, la partie pelvienne est située à l'extérieur du canal déférent, puis la traverse et légèrement sous le bord supérieur de la vésicule séminale pénètre dans la vessie. La dernière partie de la partie pelvienne de l'uretère, qui perce les parois de la vessie dans une direction oblique de 1,5 à 2 cm, est appelée la partie intrapariétale. La paroi de l'uretère est constituée de trois membranes. La muqueuse interne, tunica muqueuse, forme des plis longitudinaux. La couche musculaire moyenne tunica muscularis se situe dans la partie supérieure de l'uretère en deux couches musculaires longitudinale et circulaire et dans la partie inférieure de trois couches: interne et externe longitudinale et moyenne. Dehors, l'uretère a adventitia, tunica adventitia, les vaisseaux et les nerfs de l'uretère. Les vaisseaux sanguins de l'uretère proviennent de plusieurs sources. Les branches urétérales (r. Ureterici) des artères rénales, ovariennes (testiculaires) (A. Renalis, A. Testicularis, S. Ovarica) correspondent à la partie supérieure de l'uretère. La partie médiane de l'uretère est alimentée par les branches de l'uretère (ureterici) de l'aorte abdominale, des artères iliaques communes et internes. À la partie inférieure de l'uretère, il y a des branches (r. Ureterici) provenant des artères rectales moyennes et inférieures. Les veines de l'uretère s'écoulent dans les veines lombaires et iliaques internes.

BIOMÉCANIQUE DES ARTICULATIONS On distingue trois types de composés osseux.1. Connexions continues dans lesquelles il existe une couche de tissu conjonctif ou de cartilage entre les os. Il n'y a pas d'espace ou de cavité entre les os de connexion. Les articulations déconnectées, ou articulations (articulations synoviales), sont caractérisées par la présence d'une cavité d'attente osseuse et par la membrane synoviale recouvrant la capsule articulaire de l'intérieur.

3. Les symphyses, ou demi-articulations, ont un petit espace dans la couche de tissu cartilagineux ou conjonctif entre les os qui se connectent (forme de transition des articulations continues aux articulations discontinues).

En Savoir Plus Sur Les Convulsions

Comment guérir rapidement l'hématome sur la jambe après la blessure?

Un hématome peut survenir avec des chutes et des collisions aiguës avec une surface dure. En règle générale, une douleur intense accompagnée d'un gonflement indique une formation d'hématome et la surface de la peau endommagée acquiert une teinte foncée sur le site de la blessure.


Douleur au pied près du talon, pourquoi le pied fait mal au talon, causes et traitement de la douleur

Contenu de l'article:Douleur au pied au talonLa présence de douleur près du talon ou du pied peut indiquer à la fois une blessure mineure au pied et la présence d'une maladie grave nécessitant une intervention médicale urgente.